National | Media Release

NFU Statement on the International Day of Peasant Struggle: Food Sovereignty in Canada

Le français suit

#NoFutureWithoutFoodSovereignty

Every year on April 17, La Via Campesina (LVC) honours the work of peasants, small-scale farmers, rural workers, and Indigenous peoples around the globe by marking the International Day of Peasant Struggle. This year is especially notable, being the 25th anniversary of the term “food sovereignty”, coined by LVC members in 1996 while demonstrating against the capitalist industrial food systems’ model being proposed at the World Food Summit in Rome.  As defined by LVC, food sovereignty is the right of peoples to healthy and culturally appropriate food produced through sustainable methods, and their right to define their own food and agriculture systems. It emphasizes democratically controlled food and agriculture systems, horizontal learning networks, and agroecology. The National Farmers Union, a founding member of LVC, quickly resonated with the concept, and it is now a deep-rooted principle and vision for an alternative food system that informs our policy, movement-building, and solidarity work. 

The NFU takes this occasion to reflect on the struggles of its farmer members, as well as those of First Nations, Inuit, and Metis communities across Turtle Island, migrant farmworkers, the food insecure, and all food producers and rural workers whose right to food sovereignty is challenged. We stand in solidarity with you.  

Who represents the peasantry in Canada? 

La Via Campesina is attempting to reclaim the word ‘peasant’ from its derogatory, pejorative connotations to represent a distinct political social group with specific human rights demands. According to the recently adopted United Nations Declaration on the Rights of Peasants and Other People Working in Rural Areas (UNDROP) – a landmark achievement for LVC, who developed and pushed the UNDROP from local peasant organizations to the UN – peasants are those who engage in small-scale or family-based agriculture, pastoralism, fishing, forestry, hunting or gathering, migrant and hired farmworkers. This wide-reaching definition acknowledges that despite differences, people in these categories often face similar oppressive forces when engaging in their livelihoods. Forces of neoliberalism, globalization, and corporate driven food systems leading to human rights violations. The undermining of dignity and justice of peasants brings together seemingly disparate farmer organizations around the globe into LVC. In Canada, though many do not relate to the word ‘peasant’ in a literal sense, as farmers in the NFU we are part of this wider umbrella of the peasant movement that seeks food system transformation rooted in food sovereignty. 

What does food sovereignty look like in Canada? 

When we use the language of food sovereignty, we connect ourselves in the NFU to the broader peasant movement around the globe. This year, the movement has called on its member organizations to highlight dimensions of food sovereignty that reflect our particular contexts. Achieving food sovereignty is not a linear, uniform process: it looks different in each community and region. Just as communities and geographies vary across the country, so too do the struggles for food sovereignty. Food sovereignty looks like community gardens, farm to school food programs, agroecological farms, Indigenous communities practicing their traditional foodways, and small-scale farmers direct marketing their products – just to name a few. Food sovereignty also looks like national food and agriculture policy that creates space for local food systems, small-scale, family and cooperative farms and rural communities to thrive. 

The theme for this year’s International Day of Peasant Struggle is #NoFutureWithoutFoodSovereignty, so let’s take this opportunity to reflect on a few of the many NFU campaigns that embody the spirit of food sovereignty:

Save our Seed: The NFU has been a strong, steadfast voice in defending Canada’s public seed regulatory framework from corporate takeover, with an understanding that the proposal for a royalty system would harm farmers, eaters, and the food system in general. Seed sovereignty – farmer’s rights to save, breed, exchange, and have access to open source seed – is a key component of food sovereignty.

Indigenous solidarity: The NFU has a long-standing commitment to act in solidarity with Indigenous peoples. We understand that Canada is a settler colonial country and that, as treaty people, or people living on unceded Indigenous territory, we have a social and legal responsibility to uphold the original agreements settlers made with sovereign Indigenous nations. The Indigenous Solidarity Working Group was started in 2015 by NFU members eager to deepen the NFU’s understanding of Indigenous food sovereignty and settler colonialism to better act in solidarity with First Nations, Inuit, and Metis communities who are fighting to defend their territories and rights. 

Fighting for climate justice: Not only does the NFU have a strong record of climate policy analysis, the organization is a founding member of Farmers for Climate Solutions (FCS), a national alliance of farmer organizations and supporters who believe agriculture must be part of the solution to climate change. FCS works to advance agricultural policies that will help farmers mitigate and adapt to the climate crisis. 

Supporting the UNDROP: Despite Canada failing to adopt the UNDROP at the General Assembly vote in 2018, NFU members and LVC allies continue to push for implementation of the Declaration into international treaties and national policies. The UNDROP is just as relevant to Canada as it is in other countries: just last year, human rights lawyers in Ontario referred to Article 14 of the UNDROP – which states in part that “Peasants and other people working in rural areas, irrespective of whether they are temporary, seasonal or migrant workers, have the rights to work in safe and healthy working conditions…” –  in defense of migrant farmworkers whose rights were violated when their employer failed to provide adequately safe and healthy living conditions during COVID-19 quarantine requirements. They won the case, a victory for migrant farmworker rights and the power of the UNDROP.  

The NFU’s food sovereignty journey is a work in progress, as we strive to self-educate to better work in solidarity with Black, Indigenous, and communities of colour across the country. This April 17th, the NFU stands in solidarity with all those who believe there is #NoFutureWithoutFoodSovereignty 

–30–

For more information:
Jessie MacInnis, International Program Committee Chair: 902‐292‐1040  jessiemacinnis@gmail.com

Communiqué de presse 

Le 17 avril 2021

Déclaration de l’UNF à l’occasion de la Journée internationale des luttes paysannes : Souveraineté alimentaire au Canada

#PasDeFuturSansSouverainetéAlimentaire

Chaque année, le 17 avril, La Via Campesina (LVC) rend hommage au travail des paysans, des petits agriculteurs, des travailleurs ruraux et des peuples autochtones du monde entier en marquant la Journée internationale des Luttes Paysannes. Cette année est particulièrement remarquable, puisqu’elle marque le 25e anniversaire du terme “souveraineté alimentaire”, inventé par les membres de LVC en 1996 alors qu’ils manifestaient contre le modèle de systèmes alimentaires industriels capitalistes proposé lors du Sommet mondial de de Rome sur la sécurité alimentaire.  Selon la définition de LVC, la souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation saine et culturellement appropriée, produite par des méthodes durables, et leur droit de définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles. Elle met l’accent sur les systèmes alimentaires et agricoles contrôlés démocratiquement, les réseaux d’apprentissage horizontaux et l’agroécologie. L’Union nationale des fermiers (UNF), membre fondateur de LVC, a rapidement adhéré à ce concept, qui constitue aujourd’hui un principe et une vision profondément enracinés d’un système alimentaire alternatif qui inspire notre politique, la création de mouvements et notre travail de solidarité.

L’UNF saisit cette occasion pour réfléchir aux luttes de ses membres agriculteurs, ainsi qu’à celles des communautés des Premières Nations, les peuples Inuits et des Métis, des travailleurs agricoles migrants, des personnes en situation d’insécurité alimentaire et de tous les producteurs d’aliments et travailleurs ruraux dont le droit à la souveraineté alimentaire est remis en question. Nous sommes solidaires avec vous.

Qui représente la paysannerie au Canada? 

La Via Campesina tente de récupérer le mot “paysan” de ses connotations dérogatoires et péjoratives pour représenter un groupe social politique distinct avec des demandes spécifiques en matière de droits humains. Selon la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP), récemment adoptée – une réalisation historique pour LVC, qui a développé et poussé l’UNDROP des organisations paysannes locales aux Nations Unies – les paysans sont ceux qui pratiquent l’agriculture à petite échelle ou familiale, le pastoralisme, la pêche, la sylviculture, la chasse ou la cueillette, les travailleurs agricoles migrants et engagés. Cette définition très large reconnaît qu’en dépit de leurs différences, les personnes appartenant à ces catégories sont souvent confrontées à des forces oppressives similaires lorsqu’elles exercent leurs activités de subsistance. Les forces du néolibéralisme, de la mondialisation et des systèmes alimentaires sont dirigés par les entreprises, qui entraînent des violations des droits de l’homme. L’atteinte à la dignité et à la justice des paysans rassemble des organisations d’agriculteurs apparemment disparates dans le monde entier au sein de LVC. Au Canada, bien que beaucoup ne se réfèrent pas au mot “paysan” au sens propre, en tant qu’agriculteurs de la NFU, nous faisons partie de ce mouvement paysan plus large qui cherche à transformer le système alimentaire en s’appuyant sur la souveraineté alimentaire.

À quoi ressemble la souveraineté alimentaire au Canada ? 

Lorsque nous utilisons le langage de la souveraineté alimentaire, nous nous relions, au sein de la UNF, au mouvement paysan plus large qui existe dans le monde entier. Cette année, le mouvement a demandé à ses organisations membres de souligner les dimensions de la souveraineté alimentaire qui reflètent nos contextes particuliers. Atteindre la souveraineté alimentaire n’est pas un processus linéaire et uniforme ; il se présente différemment dans chaque communauté et région. Tout comme les communautés et les géographies varient à travers le pays, il en va de même pour les luttes pour la souveraineté alimentaire. La souveraineté alimentaire se présente sous la forme de jardins communautaires, de programmes alimentaires de la ferme à l’école, de fermes agroécologiques, de communautés autochtones pratiquant leurs modes d’alimentation traditionnels et de petits agriculteurs commercialisant directement leurs produits, pour n’en citer que quelques-uns. La souveraineté alimentaire, c’est aussi une politique nationale en matière d’alimentation et d’agriculture qui permet aux systèmes alimentaires locaux, aux petites exploitations familiales et coopératives et aux communautés rurales de prospérer.

Le thème de la Journée internationale des luttes paysannes de cette année est #PasDeFuturSansSouverainetéAlimentaire, alors profitons de cette occasion pour réfléchir à quelques-unes des nombreuses campagnes de l’UNF qui incarnent l’esprit de la souveraineté alimentaire:

Save our Seed : L’UNF a été une voix forte et inébranlable dans la défense du cadre réglementaire des semences publiques du Canada contre la prise de contrôle par les entreprises, avec la compréhension que la proposition d’un système de redevances nuirait aux agriculteurs, aux mangeurs et au système alimentaire en général. La souveraineté des semences – le droit des agriculteurs de conserver, de reproduire, d’échanger et d’avoir accès à des semences de source ouverte – est un élément clé de la souveraineté alimentaire.

Solidarité autochtone : L’UNF s’est engagée depuis longtemps à agir en solidarité avec les peuples autochtones. Nous comprenons que le Canada est un pays de colonisation et que, en tant que personnes visées par un traité, ou vivant sur un territoire autochtone non cédé, nous avons la responsabilité sociale et juridique de faire respecter les accords originaux que les colons ont conclus avec les nations autochtones souveraines. Le groupe de travail sur la solidarité autochtone a été créé en 2015 par des membres de l’UNF désireux d’approfondir la compréhension de l’UNF de la souveraineté alimentaire autochtone et du colonialisme de peuplement afin de mieux agir en solidarité avec les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis qui luttent pour défendre leurs territoires et leurs droits.

Lutter pour la justice climatique : Non seulement l’UNF possède un solide dossier d’analyse des politiques climatiques, mais l’organisation est un membre fondateur de Fermiers pour la transition climatique (FTC), une alliance nationale d’organisations d’agriculteurs et de partisans qui croient que l’agriculture doit faire partie de la solution au changement climatique. FTC s’efforce de faire progresser les politiques agricoles qui aideront les agriculteurs à atténuer les effets de la crise climatique et à s’y adapter.

Soutenir l’UNDROP : Bien que le Canada n’ait pas réussi à adopter le DNUDP (UNDROP) lors du vote de l’Assemblée Générale en 2018, les membres de l’UNF et les alliés de LVC continuent de faire pression pour la mise en œuvre de la Déclaration dans les traités internationaux et les politiques nationales.

La DNUDP est tout aussi pertinente au Canada que dans d’autres pays : même l’année dernière, des avocats spécialisés dans les droits de l’homme en Ontario ont fait référence à l’article 14 de la « UNDROP » – qui stipule notamment que ” Les paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales, qu’il s’agisse de travailleurs temporaires, saisonniers ou migrants, ont le droit de travailler dans des conditions sûres et saines… ” – pour défendre des travailleurs agricoles migrants dont les droits avaient été violés lorsque leur employeur n’avait pas fourni des conditions de vie sûres et saines adéquates pendant les exigences de la quarantaine COVID-19. Ils ont gagné le procès, une victoire pour les droits des travailleurs agricoles migrants et le pouvoir de la déclaration « l’UNDROP ».

Le parcours pour la souveraineté alimentaire de l’UNF est un travail en cours, alors que nous nous efforçons de nous éduquer pour mieux travailler en solidarité avec les communautés noires, indigènes et de couleur à travers le pays. Ce 17 avril, l’UNF est solidaire de tous ceux qui croient qu’il n’y a #PasDeFuturSansSouverainetéAlimentaire.

–30–

Pour plus d’information :

Jessie MacInnis, présidente du comité du programme international : 902-292-1040 jessiemacinnis@gmail.com

Back to Top