National | Media Release

NFU Applauds Cap on Oil and Gas Emissions, Demands Transitional Support for Farmers

le français suit

Glasgow, Scotland – The National Farmers Union (NFU) applauds Prime Minister Trudeau’s announcement of a new cap on greenhouse gas emissions from oil and gas production in Canada and is encouraged by this step towards lowering Canada’s emissions, with a commitment to reach net zero by 2050. We must now shift our attention to the urgent need to end fossil fuel subsidies and invest in the transition to renewable power and non-emitting vehicles, including low- or zero-emission agricultural equipment. Without an end to fossil fuel subsidies, Canada will not lead the transition to clean energy and corporations will continue to hide behind false solutions like offset protocols, credits and related emissions-trading schemes.

Seven farmer members of the NFU are in Scotland, attending the COP26 negotiations and working to ensure that the interests of farmers and all food producers are at the forefront in these talks.

It is imperative that announcements like today’s are met with swift and unfettered action on a timeline that reflects the severity of the crisis we find ourselves in. Farmers are already feeling the effects of climate change as increasingly severe and unpredictable weather serves to make farming even riskier and imperils the future of our food system. The cost of doing nothing or acting too slowly will have lasting negative impacts on our food and farming systems. This is a moment for timely action in order to avoid the worst effects of the climate crisis.

The NFU recognizes the need for workers currently engaged in the fossil fuel industry to be assisted in retraining for employment in the growing field of clean energy. Many farmers and ranchers, especially in Canada’s west, take work in the fossil fuel industry during their farming off-season so we see multiple angles of impact on agriculture, and we look forward to working with this government to ensure that farmers’ livelihoods, food production and the struggle for food sovereignty can continue and thrive through this necessary transition.

Fortunately, across the National Farmers Union’s membership alternatives to high-input and high emission production models are already widespread. Many progressive farmers are already using alternatives to nitrogen fertilizer, sequestering carbon and building organic matter in their soils by using improved cropping and grazing practices, and practicing agroecology.

To encourage farmers to continue developing these low-emission practices, increased government support is essential. The Canadian government must create comprehensive, publicly funded awareness and incentive programs to encourage farmers to enhance and protect Canada’s soils. Further, encouraging widespread energy efficiency upgrades and transition to on-farm renewable energy generation must be accompanied by significant funding commitments from both provincial and federal governments. Finally, scaling up investments and incentives for agroecological practices that increase biodiversity, improve soil health, and foster healthy ecosystems is vital. These, along with other farmer-led and developed mitigation and adaptation strategies, are the real solutions we need to see supported and promoted by the Canadian government.

30

Jessie MacInnis, Stuart Oke, and Glenn Wright are part of the NFU’s farmer contingent at the COP26 talks in Scotland.

To get into contact with our NFU farmers contingent, please email:

Darrin Qualman, NFU Director of Climate Crisis Policy and Action, qualman@nfu.ca

**Translation supported by Heritage Canada 

Communiqué de presse: L’UNF applaudit le plafond fixe des émissions de pétrole et de gaz et exige un soutien transitoire pour les agriculteurs

Glasgow, Écosse – L’Union Nationale des Fermiers (UNF) applaudit l’annonce du Premier ministre Trudeau au sujet d’un nouveau plafond fixe des émissions de gaz à effet de serre provenant de la production de pétrole et de gaz au Canada. Cette étape vers la réduction des émissions du Canada, avec un engagement à atteindre le zéro net d’ici 2050 est encourageante. Nous devons maintenant porter notre attention sur la nécessité urgente de mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles et d’investir dans la transition vers les énergies renouvelables et les véhicules non polluants, y compris les équipements agricoles à émissions faibles ou nulles. Sans la fin des subventions aux combustibles fossiles, le Canada ne dirigera pas la transition vers l’énergie propre et les entreprises continueront de se cacher derrière de fausses solutions telles que les protocoles de compensation, les crédits et les mécanismes de commerce du carbone.

Sept membres agriculteurs de l’UNF sont en Écosse pour assister aux négociations de la COP26 et s’efforcent de veiller à ce que les intérêts des agriculteurs et de tous les producteurs alimentaires soient au premier plan dans ces pourparlers.

Il est impératif que les annonces comme celle d’aujourd’hui soient suivies d’une action rapide et sans entrave selon le délai qui reflète la gravité de la crise dans laquelle nous nous trouvons. Les agriculteurs ressentent déjà les effets du changement climatique, car des conditions météorologiques de plus en plus sévères et imprévisibles rendent l’agriculture encore plus risquée et mettent en péril l’avenir de notre système alimentaire. Le coût de ne rien faire ou d’agir trop lentement aura des effets négatifs durables sur nos systèmes alimentaires et agricoles. C’est le moment d’agir afin d’éviter les pires effets de la crise climatique.

La NFU reconnaît la nécessité d’aider les travailleurs actuellement engagés dans l’industrie des combustibles fossiles en leur reconversion professionnelle dans le domaine en pleine croissance de l’énergie propre. De nombreux agriculteurs et éleveurs, en particulier dans l’Ouest canadien, travaillent dans l’industrie des combustibles fossiles hors leur saison de production agricole et nous voyons donc de multiples angles d’impact sur l’agriculture. Nous attendons avec grand intérêt de travailler avec ce gouvernement pour garantir que les moyens de subsistance des agriculteurs, la production alimentaire et la lutte pour la souveraineté alimentaire puissent se poursuivre et prospérer tout au long de cette transition nécessaire.

Heureusement, parmi les membres de l’Union Nationale des Fermiers, des alternatives aux modèles de production à haut intrant et à fortes émissions sont déjà répandues. De nombreux agriculteurs progressistes utilisent déjà des alternatives aux engrais azotés, séquestrant le carbone et accumulant de la matière organique dans leurs sols en utilisant des pratiques de culture et de pâturage améliorées et en pratiquant l’agroécologie.

Pour encourager les agriculteurs à continuer de développer ces pratiques à faibles émissions, un soutien accru du gouvernement est essentiel. Le gouvernement canadien doit créer des programmes complets de sensibilisation et d’incitation financés par l’État pour encourager les agriculteurs à améliorer et à protéger les sols du Canada. De plus, l’encouragement de l’amélioration généralisée de l’efficacité énergétique et de la transition vers la production d’énergie renouvelable à la ferme doit s’accompagner d’engagements financiers importants de la part des gouvernements provinciaux et fédéral. Enfin, il est essentiel d’intensifier les investissements et les incitations pour les pratiques agroécologiques qui augmentent la biodiversité, améliorent la santé des sols et favorisent des écosystèmes sains. Celles-ci, ainsi que d’autres stratégies d’atténuation et d’adaptation dirigées et développées par les agriculteurs, sont les vraies solutions que nous devons voir soutenues et promues par le gouvernement canadien.

 一30 一

Jessie MacInnis, Stuart Oke et Glenn Wright font partie du contingent de fermiers de l’UNF dans les discussions à la COP26 en Écosse.

Pour entrer en contact avec notre contingent de fermiers, veuillez envoyer un courriel à:

Darrin Qualman, Directeur des politiques et de l’action sur le climat pour l’UNF, qualman@nfu.ca

**La traduction est soutenue avec le financement de l’héritage Canada.

Back to Top