Protéger les communs

La NFU s'emploie activement à protéger les aspects des ressources communes qui sont essentiels pour l'agriculture, l'agriculture et la poursuite de l'agriculture familiale.

À propos de la campagne

Bon nombre des questions sur lesquelles le Syndicat national des agriculteurs a développé des positions de politique publique concernent la protection et la défense de la qualité et de la disponibilité de ressources qui ne sont pas de propriété privée, mais essentielles au bien-être des communautés. Ces ressources, souvent appelées « les biens communs », sont vulnérables si elles ne sont pas activement gérées par les communautés, que ce soit par le biais de réglementations explicites ou de pratiques culturelles.

Les biens communs ont été définis comme «des éléments dont nous héritons et créons ensemble et qui (espérons-le) dureront pour les générations à venir. Les biens communs comprennent des dons de la nature tels que l'air, les océans et la faune, ainsi que des créations sociales partagées telles que des bibliothèques, des espaces publics, des recherches scientifiques et des œuvres de création. "(Voir Aux Communs pour plus d'informations). Le regretté économiste Elinor Olstrom a reçu le prix Nobel pour son travail sur la gouvernance des communes.

La NFU a pour politique de protéger activement les aspects essentiels de l’agriculture, de l’agriculture et de la poursuite de l’agriculture familiale: sol, eau, biodiversité, génétique, santé, etc. climat et seed, par exemple. Les menaces pesant sur les biens communs incluent la privatisation et la dégradation. Souvent, la NFU appelle à la protection des biens communs par un contrôle et une gestion démocratiques publics par le biais de la réglementation publique, de la transparence, du financement public et des institutions démocratiques.

Mises à jour récentes de la campagne