La campagne Sauvons nos semences

Modernisation de la réglementation des semences

Les agriculteurs d'aujourd'hui ont toujours opéré dans le cadre réglementaire actuel des semences - c'est notre «normal» et cela constitue une base solide pour notre système alimentaire. Il est conçu pour:

  • Protéger les agriculteurs des marchands de semences peu scrupuleux et de la fraude et des fausses déclarations au sein du système semencier
  • Établir des normes de germination et de pureté et prévenir la prolifération des mauvaises herbes nuisibles et des maladies des cultures grâce à des tableaux de classement des semences
  • Réglementer les semences importées
  • Fournir un mécanisme fiable pour fournir de nouvelles variétés aux agriculteurs via la production et la certification de semences pédigrées
  • Construire, maintenir et protéger la valeur des produits agricoles canadiens pour les agriculteurs et les utilisateurs finaux grâce à un processus d'enregistrement des variétés transparent et fondé sur des données probantes
  • Assurer une amélioration continue en exigeant que les nouvelles variétés atteignent ou dépassent les performances des variétés témoins dans chaque région de culture
  • S'assurer que les agriculteurs peuvent facilement obtenir des informations pertinentes et significatives sur les semences qu'ils utilisent

Bien que cela puisse sembler naturel et permanent, il est maintenant gravement menacé. En réponse à la Synergie de semences lobby et les entreprises Table de stratégie économique pour l'agroalimentaire recommandations, le gouvernement fédéral a accepté d'ouvrir tous les Règlement sur la Loi sur les semences pour une refonte complète. L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) gère le processus de consultation. Il a mis en place un  Groupe de travail sur la modernisation de la réglementation des semences  de fournir des recommandations pour des changements à la réglementation. Il y aura des occasions de consultation publique à plusieurs moments du processus et la NFU sera impliquée.

Webinaire Sauvez notre semence avec Terry Boehm

En 2019, Ag Canada a tenu des consultations sur les propositions visant à augmenter les redevances sur les semences soit par une redevance de point final ou par des contrats de suivi. Le système de redevances proposé obligerait les agriculteurs qui utilisent leurs propres semences à payer des millions de dollars de plus aux sociétés semencières chaque année, et rendrait illégale l'ancienne pratique consistant à conserver et à réutiliser librement les semences en créant de nouveaux règlements en vertu de la Loi sur la protection des obtentions végétales. Dans ce webinaire du 21 février 2019, Terry Boehm, président du Comité national des semences de l'Union des agriculteurs et ancien président de la NFU, explique comment le système de redevances proposé nuirait aux agriculteurs, aux citoyens et à la société en général - et ce que nous pouvons faire pour empêcher que cela ne se produise. . Le webinaire comprenait également une session de questions et réponses.

Cliquez ici pour voir le PowerPoint présentation donnée ou regarder le webinaire (heure 1.25):

Op-Eds et communiqués de presse récents

Op Ed: La graine est la clé du royaume
Par Cathy Holtslander Cet éditorial a été initialement publié par le Centre canadien de politiques alternatives sur The Monitor Online. Le 31 mars, la nouvelle représentante au commerce des États-Unis (USTR), Katherine Tai, a publié le rapport sur l'estimation du commerce national (NTE) 2021 détaillant les barrières commerciales importantes perçues pour les exportations américaines. Onze pages sont consacrées au Canada, dont une section
Action: Consultation publique de Santé Canada sur les plantes génétiquement modifiées
Exigez une divulgation obligatoire et des évaluations de sécurité pour toutes les plantes génétiquement modifiées! Passez à l'action en envoyant un courriel à Santé Canada.
Alerte à l'action: Votre réponse à l'enquête de l'ACIA est essentielle pour la qualité des semences et l'accès aux semences!
Le gouvernement fédéral procède à un examen majeur du Règlement sur la Loi sur les semences. Les pressions en faveur de cet examen viennent des sociétés multinationales de semences qui souhaitent que les règles soient radicalement modifiées pour servir leurs propres intérêts. La première occasion pour les agriculteurs de donner leur avis pour faire savoir au gouvernement ce dont nous avons besoin et ce que nous voulons est une enquête auprès des intervenants de l'ACIA pour obtenir des commentaires sur les changements potentiels dans la façon dont les semences sont réglementées au Canada. Veuillez le remplir après avoir lu les informations générales ci-dessous. La date limite est le lundi 15 mars. Il y a un lien vers le sondage au bas de ce message.
Lettre de l’UNF au ministre BainsLettre de l’UNF au ministre Bains
La NFU s'oppose à l'utilisation de «Semences Canada» comme nom commercial de cette entité au motif que, en la désignant comme étant un ministère ou un organisme gouvernemental, elle est contraire au Règlement sur les sociétés par actions au Canada, article 26.

Ressources de la campagne:

Sauvez notre pétition - Télécharger et imprimer cette pétition et recueillir des signatures. Téléchargez le Pétition française ici. Chaque fois que vous avez des pétitions avec 25 ou plusieurs signatures envoyer les pétitions originales complétées à votre député pour présentation au Parlement. Aucun frais de port n'est requis lorsque vous envoyez du courrier à votre député à la Chambre des communes, Ottawa, ON, K1A 0A6. Vous pouvez également remettre les pétitions à votre député en personne à son bureau de circonscription. Nous vous encourageons également à envoyer une copie des pétitions remplies (photocopie, numérisation ou télécopie) au bureau national de l'UNF ainsi que le nom du député auquel vous les avez soumis. Vous pouvez également télécharger les instructions ici.

Sauvez notre carte postale de graine - Télécharger cette carte postale et envoyez le fichier à votre imprimerie locale pour impression sur du papier cartonné, puis distribuez-le aux gens pour qu'ils l'envoient à leurs députés. Écrivez simplement le nom du député - la carte postale est pré-imprimée avec l'adresse postale de la Chambre des communes.

Brochure Sauvez notre graine  SOS - Sauvez nos graines! Une nouvelle initiative du groupe Seed Synergy fait avancer l'idée que la sélection végétale doit être financée en facturant des redevances aux agriculteurs sur les semences conservées à la ferme ou sur l'ensemble de la récolte de l'agriculteur. Nous pouvons empêcher cela en s'impliquant et en nous exprimant!  Téléchargez et imprimez ce document SOS sur une page 2 pour la distribution lors d'événements.

 

Redevances de semences sauvegardées à la ferme: ce que vous devez savoir - Le Syndicat national des agriculteurs appelle au maintien du droit des agriculteurs de conserver et d'utiliser librement leurs propres semences, ainsi qu'à un financement public et à un financement par prélèvement contrôlé par les agriculteurs pour soutenir la sélection végétale. Nous nous opposons à tout règlement visant à supprimer ou à restreindre le «privilège des agriculteurs» en vertu de la Loi sur la protection des obtentions végétales. Téléchargez et imprimez ce document FSS sur une page 2 pour la distribution lors d'événements.

 

Rencontrez votre député - Un guide NFU - Consultez ce guide pratique puis contactez votre député pour organiser une réunion pour discuter de la question des semences.

 

 

 

Conserver le droit des agriculteurs à utiliser des semences conservées à la ferme

L'industrie semencière corporative fait pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il franchisse la prochaine étape vers un système obligeant les agriculteurs à payer chaque année les entreprises semencières pour leurs semences, même lorsque nous utilisons des semences de ferme. Ils proposent de modifier la réglementation dans le cadre de l'UPOV '91 Loi sur la protection des obtentions végétales, et envisagent deux approches - les redevances de point final ou les contrats de suivi qui s'appliqueraient aux nouvelles variétés enregistrées après février 2015.

La méthode de la redevance au point final exigerait que les agriculteurs paient une redevance sur leur récolte récoltée (une redevance par boisseau) s’ils cultivent une nouvelle variété. L’approche du contrat de suivi obligerait les agriculteurs à demander à la société semencière l’autorisation de planter des semences provenant d’une culture précédente d’une variété plus récente et à leur faire payer une redevance lorsqu’ils utilisent des semences conservées à la ferme. L’industrie des semences préfère l’option des contrats de suivi, car elle rapporterait plus d’argent et impliquerait la mise en place d’un système complet de collecte de données permettant de suivre les utilisateurs de semences sauvegardées à la ferme.

L’industrie des semences s’attend à percevoir chaque année plus de millions de dollars 100 sur ces paiements obligatoires. Cet argent irait à des entreprises de semences telles que Bayer, Syngenta, BASF et DowDupont. Le système d’imposition d’une redevance sur les cultures récoltées à partir de semences conservées à la ferme serait mis au point pour le blé d’abord, avec l’intention de l’appliquer ultérieurement à d’autres cultures céréalières, légumineuses et autres types de cultures.

La NFU s'oppose à la loi UPOV '91 sur les semences, que le Canada a promulguée en 2015, car elle transforme le droit séculaire des agriculteurs de conserver et d'utiliser les semences de ferme en un privilège qui peut être retiré par règlement.

La NFU est opposée aux redevances de point final et aux contrats de suivi. Ce sont simplement des moyens d'augmenter le pouvoir de monopole des sociétés semencières en obligeant les agriculteurs à payer plus pour les semences, en restreignant le droit des agriculteurs à conserver les semences et en nous faisant les payer pour les semences que nous cultivons dans nos fermes.

Nous appelons à préserver le droit des agriculteurs de conserver et d'utiliser nos propres semenceset pour le financement public et le financement par prélèvement contrôlé par les agriculteurs pour soutenir la sélection végétale. Le gouvernement doit être empêché d'introduire un règlement pour supprimer le «privilège des agriculteurs» en vertu de la Loi sur la protection des obtentions végétales.

Qu'est-ce que l'UPOV?

au jugement, Union internationale pour la protection des nouvelles variétés de plantes (UPOV) est une organisation intergouvernementale qui a créé des lois types permettant aux développeurs de semences de revendiquer des droits de propriété analogues à ceux des brevets. Le Canada a adhéré à l’UPOV et a adopté son Loi type 1978 en passant le Loi sur la protection des obtentions végétales en 1990. le Loi type 1991, connue sous le nom de UPOV 91, renforce les droits des sociétés semencières multinationales telles que Bayer, Syngenta, Dow-DuPont, Limagrain, Viterra, Pioneer et Cargill, tout en limitant les droits des agriculteurs. Canada formellement adopté UPOV '91 le 19 juin 2015.

Article trimestriel de Union Farmer, Le prix des semences brevetées

En adoptant l'UPOV, 91 Canada a:

  • réduit la liberté et l'indépendance des agriculteurs canadiens en rendant beaucoup plus difficile la sauvegarde et la réutilisation des semences de nouvelles variétés de plantes, les obligeant à payer davantage pour les semences;
  • a ouvert la porte à un système de redevances final Cela permettrait aux entreprises semencières de percevoir des redevances sur l'ensemble de la culture issue de nouvelles variétés - y compris chaque coupe de foin sur des cultures fourragères - si elles ne le peuvent pas ou ne le collectent pas sur les semences.
  • transféré des millions de dollars chaque année, des agriculteurs aux détenteurs de droits d'obtenteur
  • consolidé le pouvoir et le contrôle des plus grandes entreprises agroalimentaires au monde sur les semences, et donc sur le système agricole et alimentaire canadien.

De plus, à la suite de l’adoption par le Canada du UPOV '91:

  • Le droit des agriculteurs de conserver, de stocker ou de nettoyer de nouvelles variétés de semences pour la replantation a été converti en un privilège - qui peut être retiré par règlement. Lire Projet de loi C-18 et privilège des agriculteurs pour en savoir plus.
  • Les entreprises ont le droit de royalties pour au moins 20 years sur chaque nouvelle variété pour laquelle ils détiennent des droits d'obtenteur (au lieu des années 18 précédentes sous le régime canadien de l'UPOV '78.)
  • Les nettoyeurs de semences qui conditionnent et traitent les semences, ainsi que les moulins et les transformateurs qui achètent des cultures issues de nouvelles variétés, auront besoin de l’assurance que l’agriculteur-vendeur a versé des redevances PBR afin d’éviter les dommages. risque de litige par le titulaire du droit d'obtenteur.

Les demandes d’UPOV '91 concernant Paiements de redevances, avec restrictions futures potentielles sur les semences de ferme, auront implications à long terme pour l'agriculture canadienne qui changer sa structure et affecter négativement les moyens de subsistance des agriculteurs. Certains des changements probables incluent:

  • coût de production plus élevé par acre en raison de la hausse des prix des semences;
  • des marges plus faibles car si les redevances d'utilisation finale sont appliquées, elles réduiront le revenu brut potentiel à la vente;
  • fermes moins nombreuses et plus grandes parce que la rentabilité réduite entraînera de plus grandes échelles de production;
  • perte de nettoyage indépendant des semences les entreprises en tant qu'agriculteurs se tournent vers l'achat de semences directement auprès des titulaires de droits d'obtenteur ou de leurs titulaires de licence au lieu de nettoyer une partie de leurs récoltes récoltées pour les utiliser comme semences;
  • augmentation des litiges au sein de la chaîne de valeur, les titulaires de droits d’obtenteur cherchent à maximiser les revenus de redevances;
  • utilisation accrue d'intrants tels que les engrais, les herbicides et les insecticides alors que les agriculteurs cherchent à maximiser les rendements et à réduire les risques pour couvrir le coût accru des semences;
  • effets négatifs sur l'air, l'eau, le sol, la biodiversité en raison de l'utilisation accrue d'intrants;
  • perte de communautés rurales dynamiques au fur et à mesure que l'activité économique décroît du fait que la richesse est transférée des agriculteurs locaux aux détenteurs distants, souvent étrangers, de PBR.

L'UPOV '91 interagit également avec d'autres éléments du système de réglementation des semences du Canada. Proposition et récent changements à la Règlement sur l'enregistrement des variétés et l’équipe de privatisation de l'inspection des cultures de semences généalogiques tous travaillent ensemble pour renforcer le contrôle que les entreprises de semences peuvent exercer sur les agriculteurs et le système alimentaire. La NFU a mis en garde contre ces mécanismes dans son mémoire 2006, Analyse de la «proposition de l'Agence canadienne d'inspection des aliments visant à faciliter la modernisation du cadre de réglementation des semences» L'UPOV '91 est une dent de plus sur le «cliquet des entreprises» utilisé pour accroître et consolider le pouvoir des sociétés agroalimentaires mondiales sur les agriculteurs et notre approvisionnement alimentaire.

Il existe des alternatives à l'UPOV '91!

Promouvoir l’adoption d’une véritable loi sur les semences favorable aux agriculteurs qui équilibre les intérêts du public, des agriculteurs et des obtenteurs de plantes d'une manière acceptée par le public canadien et permet au Canada de respecter ses obligations internationales en matière de protection des droits de propriété intellectuelle.

Rétablir le financement de la sélection végétale publique. Les phytogénéticiens canadiens sont respectés à l'échelle internationale et ont apporté une contribution incommensurable à l'agriculture canadienne. Par exemple, le canola a été mis au point par des phytogénéticiens de l’Université du Manitoba dans le système 1970. Laird, une variété de lentilles adaptée à la production dans les Prairies, a été mise au point au Crop Development Centre (CDC) de l'Université de la Saskatchewan. Presque toutes nos variétés de blé ont été élaborées par AAC en collaboration avec plusieurs universités canadiennes. Aucune de ces variétés n'aurait fait partie de l'agriculture canadienne sans le soutien à long terme du gouvernement pour la sélection végétale publique. Les avantages de cet investissement public sont clairs.

Les budgets fédéraux allant de 2012 à 2015 ont réduit le financement alloué à la sélection végétale publique et les fonds restants sont alloués à des partenariats de financement public-privé et à des initiatives de commercialisation. Les fonds publics sont donc orientés vers le soutien des intérêts commerciaux privés plutôt que vers la recherche d'intérêt public pour le bien public.

Amenez la sélection végétale publique au niveau des variétés. Le gouvernement fédéral a cessé de financer la sélection végétale d'importantes cultures céréalières au-delà du développement de germoplasme, qui doit ensuite être vendu à des sélectionneurs privés afin de développer des variétés destinées à la commercialisation. Les nouvelles variétés ainsi développées appartiennent à des propriétaires privés et sont soumises aux droits des obtenteurs. Les agriculteurs, dont les fonds de soutien appuient cette recherche, paieront encore une fois l’augmentation des redevances versées au titre de l’UPOV '91. Ce système d’intérêts privés bénéficiant à deux reprises - d’abord en utilisant des fonds publics pour la recherche, puis en percevant des redevances sur les semences et la production - est injuste et contraire à l’intérêt public.

Protégez les agriculteurs des litiges coûteux concernant les litiges relatifs aux variétés végétales et aux brevets. La NFU recommande quet le gouvernement crée un organisme semblable à la Commission canadienne des grains qui réglerait les différends. Les agriculteurs seraient alors sur un pied d'égalité avec les entreprises multinationales et les frais juridiques ne feraient pas obstacle à leur défense.

Des «accords commerciaux» sont utilisés pour faire respecter les droits des obtenteurs et empêcher les agriculteurs de conserver leurs semences. Voir CETA et C-18 = Trop de puissance pour les entreprises de semences et Fiche technique #6 pour savoir comment AECG est liée à l'attaque de notre droit de sauver des semences. le Partenariat trans-Pacifique (TPP) oblige les pays à adhérer à l'UPOV '91.

Lors de la Convention de la NFU 2012, le président de la NFU, Terry Boehm, a fait une présentation intitulée «UPOV '91 à nouveau»Décrivant l'état de l'attaque contre la sauvegarde des semences.

Vous pouvez également être intéressé par le film, Graines de changement, un documentaire produit dans le cadre d’une étude plus vaste, un film axé sur les agriculteurs Analyse de risque des cultures génétiquement modifiées dans les Prairies canadiennes

Dans 2005, la NFU a travaillé avec des alliés et des citoyens partout au Canada et nous avons été en mesure d’empêcher les modifications à la Loi sur les semences proposées par la Examen du secteur des semences.

Ensemble, nous pouvons conserver le contrôle de l'approvisionnement vital en semences du Canada.

DEVELOPPEMENTS récents

Le secteur semencier des entreprises demande plus de pouvoir pour contrôler les semences avec sa campagne «Seed Synergy».

Le secteur semencier en entreprise réalise un projet majeur qu’il appelle «Synergie de semences”Qui vise à influencer la révision attendue de la politique canadienne Loi sur les semences Règlements.
Les «collaborateurs de synergie de semences» sont les conseils d'administration et les directeurs exécutifs des organisations du secteur 6 qui sont dominées par les multinationales des semences: Association canadienne des producteurs de semences (ACPS); L'Association canadienne du commerce des semences  (CSTA); L'Institut canadien des semences  (CSI); L'Association canadienne des analystes de semences commerciales  (CSAAC); Agence canadienne de la technologie phytosanitaire (CPTA) (le CPTA n’a pas de site Web - elle engage des enquêteurs privés pour retrouver et poursuivre les agriculteurs soupçonnés d’être victimes de droits de reproduction ou de violation de brevets); et CropLife Canada. Ils préconisent une transformation radicale du système de réglementation des semences du Canada, qui éliminerait la surveillance publique et permettrait aux sociétés de maximiser leur pouvoir et d'accroître leur richesse sous le nouveau régime de protection des obtentions végétales de l'UPOV 91.
La synergie des semences “Livre vert”(Brouillon) publié dans 2017 décrit leur vision. En surface, il tente de donner l’impression de résoudre des problèmes pratiques et de promouvoir l’efficacité. En fait, cela donnerait la responsabilité à la multinationale des sociétés de semences et de produits agrochimiques. Une lecture attentive du livre vert indique que Seed Synergy propose de:
  • Accélération des nouvelles approbations de cultures d'OGM brevetées aider les sociétés de biotechnologie à augmenter leurs revenus provenant de redevances sur les semences.
  • Remplacer notre système d'enregistrement public des variétés et ses mesures de contrôle de la qualité avec une liste de toutes les variétés que les entreprises de semences veulent vendre.
  • Habiliter les entreprises de semences privées à superviser la certification des semences traite et contrôle toutes les données impliquées, payées avec l'argent des contribuables.
  • Remplacer l'inspection sur le terrain par une tierce partie indépendante des cultures de semences avec les entreprises de semences inspectant les champs des agriculteurs sous contrat pour cultiver leurs variétés de semences.
  • Arrosez les normes de semences certifiées au plus bas niveau, les clients toléreront comme un moyen d'économiser de l'argent.
  • Réduisez autant que possible l'utilisation de semences communes en rendant coûteuse, difficile, impossible et / ou illégale pour les agriculteurs la vente d'une culture issue de semences de ferme.
  • Faire payer les agriculteurs des redevances de point final ensemencer des sociétés sur leurs récoltes récoltées. Doublez les revenus de redevances des entreprises semencières en faisant en sorte que le contribuable paie les paiements EPR effectués par les agriculteurs.
  • Restreindre l'utilisation des semences sauvegardées à la ferme en supprimant le privilège des agriculteurs, en exigeant l'autorisation de l'entreprise et le paiement de redevances pour utiliser les céréales récoltées pour semer la récolte de l'année suivante.
  • Créer une base de données contrôlée par l'industrie pour toutes les transactions de vente de semences pour faire respecter le paiement de la redevance sur les droits des obtenteurs, permettre de poursuivre plus facilement les agriculteurs soupçonnés de contrefaçon et d'identifier les variétés populaires sans redevance à des fins de radiation.
  • Assurez-vous que les semences de toute nouvelle culture au Canada sont soumises aux droits des obtenteurs.
  • Faire pression pour une acceptation internationale des semences et des cultures contaminées par des OGM non approuvés
  • Intensifier la participation du Canada au sein de l'organisation internationale UPOV '91 renforcer le pouvoir des sociétés semencières en matière d'extraction de redevances et de contrôle de l'accès aux semences.
  • Supprimer le financement public des organismes de réglementation gouvernementaux et autoriser un consortium d'entreprises multinationales de semences à établir les priorités du système de semences du Canada.
  • Créer un groupe de super lobby des sociétés de biotechnologie et de semences agro-chimiques réglementer les semences au Canada.

La loi modifiée sur les droits d'obtenteur restreint le droit des agriculteurs et des autres Canadiens à conserver, réutiliser, échanger et vendre des semences.

Le mois de février 27, 2015, les modifications apportées à la Loi sur la protection des obtentions végétales entré en vigueur après l’adoption du projet de loi C-18 par le Parlement. À présent, le régime de protection des obtentions végétales de l’UPOV '91 s’applique à toutes les nouvelles variétés de plantes si elles se voient accorder des droits d’obtenteur après cette date. Les variétés qui étaient sur le marché avant février 27, 2015 continuent d’être traitées selon les règles précédentes, l’UPOV '78,. Pour un résumé imprimable de la situation actuelle sur une page 2, voir Mise à jour de l'UPOV, février 2016.

Pour plus d'informations sur la manière dont la loi actuelle affecte vos droits de sauvegarde des semences, veuillez consulter l'article de la lettre d'information de la NFU, Sauvegarde des semences en vertu de la loi modifiée sur la protection des obtentions végétales. L’Association canadienne du commerce des semences fournit un base de données des variétés de cultures enregistrées au Canada et leur statut de droits d’obtenteur où vous pouvez savoir si les variétés que vous cultivez sont sous UPOV '91, UPOV' 78 ou dans le domaine public.

En décembre 9, le projet de loi 2013 C-18, leLoi sur la croissance agricole”A été présenté au Parlement. C’était un projet de loi omnibus qui, entre autres mesures, modifiait la Loi sur la protection des obtentions végétales se conformer à l'UPOV '91. La NFU s’est opposée à ce projet de loi. Nos actions comprenaient une campagne citoyenne appelée Arrêtez le projet de loi C-18 ainsi que l'engagement dans le processus législatif. Terry Boehm, président du comité des semences et du commerce des semences de la NFU présenté nos arguments contre le projet de loi C-18 devant le Comité de l'agriculture de la Chambre des communes le octobre 9, 2014. La transcription officielle de sa présentation est posté ici.

La NFU a également soumis un bref. Par la suite, la NFU a présenté ses conclusions devant le Comité sénatorial de l’agriculture et des forêts en février 3, 2014 (lire le communiqué officiel). transcription et bref).

Le projet de loi C-18 a été appuyé par une campagne de relations publiques orchestrée par Partenaires en innovation, un groupe «Astroturf» (fausses bases) qui prétendait représenter les agriculteurs, mais était en réalité un porte-parole de l'industrie des semences. La NFU exposé le Partenaires en innovation campagne et discrédité ses revendications.

Projet de modification C-18Bien que le projet de loi C-18 ait été adopté, la NFU a contribué à obtenir un amendement très important passé. Le projet de loi initial aurait donné au titulaire du droit d'obtenteur le droit exclusif de stocker des semences (stockées), privant ainsi les agriculteurs du privilège de reproduire et de conditionner les semences. L'amendement a ajouté le stockage de semences aux dispositions relatives au privilège des agriculteurs, ce qui leur donne plus d'espace pour exercer leurs pratiques traditionnelles de conservation des semences qu'il ne l'aurait été autrement.

L’UNF a publié un communiqué de presse après l’entrée en vigueur du projet de loi C-18, Les entreprises de semences, et non les agriculteurs, gagneront avec le projet de loi C-18 sur la sanction royale, selon la NFU. Elle comprenait la déclaration suivante de Jan Slomp, président du NFU:

Les restrictions à la conservation des semences par les agriculteurs et le transfert massif de richesse des agriculteurs aux sociétés semencières qui suivront ne sont pas nécessaires pour le développement de nouvelles variétés utiles. Il est dommage que le gouvernement du Canada ait décidé d’adopter une loi qui enrichira certaines des sociétés mondiales les plus riches et les plus puissantes aux dépens des agriculteurs canadiens et de la biodiversité du système alimentaire canadien.

Restez au courant des problèmes qui touchent les agriculteurs canadiens.
Recevez les dernières nouvelles de l'UNF dans votre boîte aux lettres!
S’abonner
Retour au sommet