L’Union nationale des fermiers est l’organisme agricole national du Canada qui s’engage envers les fermes familiales et collectives. Faisant la promotion de l’agroécologie et de la souveraineté alimentaire depuis plus de XNUMX ans, l’UNF ne vacille pas dans sa vision progressive pour les fermiers, les mangeurs et la planète, bien ancrée dans la justice sociale et économique au Canada et à l’étranger.

L'UNF est une organisation à adhésion directe composée de familles d'agriculteurs canadiennes partageant des objectifs communs. Tous les membres de la famille agricole - y compris les enfants âgés de XNUMX à XNUMX - sont membres à part entière de l’Union. Cette structure reconnaît que chaque membre de la famille contribue à la ferme en y travaillant directement ou indirectement par le biais d’emplois non agricoles.

Les familles membres de l'Union croient que grâce à une organisation représentant tous les produits fabriqués au Canada, il est possible de promouvoir la ferme familiale comme moyen de production agricole le plus approprié et le plus efficace. Notre objectif est de travailler ensemble pour mettre en place des politiques agricoles qui garantissent la dignité et la sécurité des revenus des familles agricoles tout en améliorant les terres pour les générations futures.

Les membres associés sont un élément précieux de le syndicat national des agriculteurs la famille aussi. Les membres associés sont des non-agriculteurs qui comprennent que la question de l'alimentation concerne tout le monde et qui souhaitent aider les agriculteurs familiaux à mettre en place un système alimentaire durable et nutritif au Canada.

L'Union Nationale des Fermiers est le seul organisme agricole national volontaire au Canada qui s'est engagé à:Couverture de la brochure NFU Jan 2016

  • faire en sorte que les exploitations familiales constituent la principale unité de production alimentaire;
  • promouvoir des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement;
  • donner la ferme femmes voix égale dans l'élaboration de la politique agricole;
  • travailler pour des prix alimentaires justes pour les agriculteurs et les consommateurs;
  • impliquer, éduquer et responsabiliser les populations rurales jeunesse pour un avenir meilleur;
  • bâtir des communautés rurales saines et dynamiques;
  • assurer un approvisionnement adéquat en aliments sains et nutritifs aux Canadiens.
  • solidarité avec les agriculteurs familiaux internationalement

L'Union Nationale des Fermiers est unique parmi les organisations agricoles qui travaillent pour les intérêts des gens contre le contrôle de notre système alimentaire par les entreprises.

Les objectifs de l’Union National des Fermiers

  • Aider les fermiers à atteindre leurs objectifs économiques et sociaux.
  • Diriger des projets dans l’intérêt des agriculteurs en ce qui concerne le développement des marchés et la commercialisation des produits agricoles.
  • Obtenir une réduction des coûts et mettre en œuvre d’autres mesures visant à augmenter les bénéfices économiques des activités agricoles.
  • Réaliser des projets éducatifs et des projets de recherche dans l’intérêt des fermiers.
  • Promouvoir et obtenir l’adoption de mesures législatives et de mesures gouvernementales dans l’intérêt des fermiers.
  • Promouvoir un niveau de vie communautaire plus élevé dans le milieu de l’agriculture.
  • Fournir des services à ses membres en conformité avec ses objectifs et collaborer avec toute personne ou tout organisme afin d’atteindre ses objectifs.

En savoir plus sur la NFU dans les illustrations Livre d'histoire de 40th Anniversary: ​​travailler pour les agriculteurs pendant des années 40 publié en 2009.

L'UNF - L'union fait la force - La voix du Syndicat national des cultivateurs du Canada

Vidéo créée pour le XNUMXe anniversaire de l'UNF.

Énoncé des buts et des objectifs de l’Union nationale des fermiers - 1969

INTRODUCTION:
Le présent énoncé de politique vise à dresser les grandes lignes des buts et des objectifs de l’Union nationale des fermiers (UNF).

Notre mouvement est fondé sur la compréhension. C’est la compréhension qui permet de mettre en lumière les concepts positifs et les besoins qui nous unissent en tant que fermiers, car elle découle de l’apprentissage, et nous apprenons qu’en tant que fermiers, nous avons un intérêt commun dans le bien-être des uns des autres et de notre pays.

Nous apprenons également que la poursuite exclusive des intérêts personnels mène inévitablement à l’autodestruction. Nous apprenons que la société dans laquelle nous vivons et travaillons d’arrache-pied est basée sur l’exploitation, et que le pouvoir d’abondance que nous détenons est largement exploité au profit de l’économie – et à notre désavantage.

Nous espérons et nous souhaitons tous que la puissance créatrice que possèdent les fermiers soit une bénédiction pour l’humanité, et non pas une malédiction. Nous espérons et nous souhaitons tous que nos familles puissent vivre dans la dignité et la prospérité, que nous puissions, en tant que fermiers, vivre en harmonie les uns avec les autres et que l’ensemble de la population mondiale puisse vivre dans la paix.

BUT No 1:
Nous devons nous atteler à la résolution des problèmes créés par les humains en cette ère technologique. Notre capacité de produire des aliments n’est pas utilisée à son plein potentiel, et pourtant, la malnutrition et la pauvreté continuent de sévir dans de grandes franges de la population canadienne et auprès d’une grande partie de la population mondiale.

Les prévisions indiquent que la population mondiale devrait atteindre 2,000 milliards d’individus d’ici l’an XNUMX, alors que des millions de personnes continuent de vivre dans la faim quotidiennement. Nous portons le fardeau d’une capacité de production alimentaire mal exploitée qui constitue une véritable source d’embarras pour notre nation. L’obligation morale que ressentent les fermiers de mettre en place un système de distribution des aliments capable de réduire la menace de la famine mondiale et de la pauvreté doit être partagée par tous les Canadiens et les Canadiennes. En tant que pays, nous devons surmonter les considérations plus étroites relatives à l’économie mondiale et les lacunes politiques et faire en sorte que la nourriture puisse soulager la souffrance humaine et contribuer à établir la paix dans le monde.

BUT No 2
Nous croyons fermement qu’il faut maintenir des collectivités rurales fortes au Canada, car elles sont un élément essentiel de notre culture nationale, et qu’il faut continuer d’accorder une place particulière aux fermiers dans l’identité nationale, à titre de producteurs agricoles de base. En raison de la capacité du Canada à produire des aliments en grande quantité, les grandes entreprises qui contrôlent le marché accaparent de plus en plus le secteur de la production. Les forces concurrentielles des secteurs intégrés de production alimentaire peuvent, selon nous, anéantir peu à peu les principes de la production agricole basés sur la gestion individuelle, la propriété et le contrôle des ressources de production par les fermiers.

La production alimentaire doit servir les intérêts nationaux canadiens. Les aliments sont les produits du sol, qui constitue une précieuse ressource naturelle. La production primaire d’aliments est la plus importante de nos industries nationales toujours sous le contrôle économique et politique du Canada, et nous estimons qu’il faut qu’il en reste ainsi. Il est dans l’intérêt de notre pays d’assurer la santé de ses collectivités rurales, en misant sur une industrie agricole efficace et en bonne posture économique et en permettant aux familles de fermiers d’assurer dans une large mesure la propriété et le contrôle des ressources primaires pour la production alimentaire.

BUT No 3
Nous vivons dans une société organisée. L’organisation implique une discipline d’actions entre les membres d’un groupe d’une société qui partage des intérêts et des objectifs communs. Cette discipline est largement exercée au détriment des fermiers dans le commerce et les échanges, par l’entremise d’un système de marché et d'une structure de prix gérés par le complexe industriel d'entreprises, tant en ce qui concerne les biens et services achetés par les agriculteurs que la vente des produits agricoles. En raison du contrôle total des conditions du commerce exercé par le secteur des entreprises, il existe au sein de ce secteur d’importantes inefficacités, notamment le dédoublement des services, la sous-utilisation des usines et des installations et l'obsolescence technique, qui imposent aux fermiers des exigences d'efficacité encore plus grandes en matière de production et de réduction des marges de rendement.

Seuls, les fermiers n’ont pas de véritable influence sur le marché. Seuls, les fermiers se nuisent souvent et s’exploitent les uns les autres. Les fermiers doivent s’organiser et négocier collectivement, en tant que groupe, afin d'obtenir le degré de discipline et d'organisation nécessaire pour s’imposer en tant que force compensatrice efficace dans notre société.

BUT No 4
Aucune force dans notre société ne peut rivaliser avec le pouvoir que détiennent collectivement les fermiers. La production des aliments est absolument essentielle. Les fermiers ont droit à un rendement équitable par rapport à leur travail et à leurs investissements. Une fois organisés , les fermiers doivent passer à l’action. Ils doivent apprendre à vivre les uns avec les autres plutôt qu’aux dépens des uns des autres. En collaborant et en agissant collectivement, les fermiers pourront exercer le pouvoir de négociation qui découle de l’organisation.

BUT NO 5:
Le gouvernement a la lourde responsabilité de déterminer la structure de production des aliments du pays en adoptant une approche philosophique qui se reflète dans les lois et les politiques publiques. Les fermiers doivent mettre en œuvre tous les moyens légitimes pour aider les législateurs à élaborer des lois qui peuvent garantir l’équité pour les fermiers ainsi que la survie et l’épanouissement des collectivités rurales du Canada.

Les fermiers doivent participer à l’élaboration de politiques agricoles saines et promouvoir leur adoption pour assurer le bien-être futur de l’agriculture.

Restez au courant des problèmes qui touchent les agriculteurs canadiens.
Recevez les dernières nouvelles de l'UNF dans votre boîte aux lettres!
S'abonner