National | Communiqué de presse

Le président de l'UNF rencontre les dirigeants agricoles de l'UE à Bruxelles, discute de la crise des produits laitiers et du CETA

Courtenay, Colombie-Britannique- En septembre 19, 2016, Jan Slomp, présidente du Canada Union Nationale des Fermiers (UNF) a rencontré des dirigeants du European Milk Board et des fonctionnaires de la Commission européenne à Bruxelles. Il y a été invité à commenter sa lettre de juillet 22, adressée au commissaire de laiterie de l'Union européenne (UE), Phil Hogan, dans laquelle il a encouragé l'Europe à résoudre sa crise laitière actuelle en adoptant un système de gestion de l'offre à la canadienne, au lieu d'essayer d'utiliser le commerce accord visant à augmenter les exportations de produits laitiers au Canada.

Les récents changements apportés à la politique agricole de l'Union européenne dans le but de promouvoir les exportations de produits laitiers ont entraîné une chute des prix des producteurs laitiers européens représentant les deux tiers du coût de production des dernières années 2. Les agriculteurs individuels font faillite et le secteur est confronté à un désastre énorme. Pour tenter de faire face à cette crise, les pays de l'UE ont alloué des millions d'euros en paiements d'urgence pour éliminer les excédents de production. Il n'y a pas eu de réelle amélioration du prix du lait à la ferme. Malgré ces faits, l’UE, tout en espérant que la demande rattrapera l’offre, continue de promouvoir l’expansion des exportations, notamment vers le Canada, par le biais de concessions accordées dans le cadre de l’AECG.

«L'AECG transfèrerait la production de lait en tonnes 185,000 du Canada vers l'Europe en augmentant son accès à notre marché du fromage. Cette production pourrait soutenir les familles de producteurs laitiers nouveaux entrants 400 au Canada. Au lieu de cela, le CETA enlèverait les moyens de subsistance de nos producteurs laitiers sans avoir aucun impact sur le prix des producteurs européens », a déclaré Slomp. «Grâce à l'AECG, le Canada sacrifie sa production nationale et les agriculteurs européens ne gagnent rien. Un volume supplémentaire serait vendu en dessous du coût de production et à moins de 3% des exportations de fromage actuelles de l'Europe ne toucherait pas la demande globale de produits laitiers européens. Il est fort peu probable que même les consommateurs canadiens profitent d'une baisse des prix du fromage. L'augmentation des exportations de l'UE vers le Canada nous nuit, mais cela ne fait rien pour leurs agriculteurs. »

En septembre 20, Slomp faisait partie des personnalités 15,000 qui ont participé à la manifestation nationale Stop CETA et à la journée TTIP à Bruxelles. Quelques jours plus tôt, une journée nationale d’action similaire avait eu lieu dans plusieurs villes d’Allemagne, et environ un 320,000 manifestait.

«L’opposition au CETA est rapide en Europe», a noté Slomp. «Les citoyens y apprennent qu'il ne s'agit pas de commerce mais de donner aux entreprises le pouvoir de poursuivre les gouvernements en justice et de piétiner l'intérêt public. Les mesures prévues dans le CETA ne profitent pas aux économies générales des pays concernés; ils aident simplement les entreprises à extraire davantage de la richesse créée sur la terre par les habitants de leurs communautés. »

«Le tissu social du Canada rural est au bord de la rupture, alors que de moins en moins de personnes sont obligées d'exploiter des fermes de plus en plus grandes avec des marges décroissantes», a déclaré Slomp. «Au Canada et en Europe, nous exhortons nos gouvernements à rejeter l'AECG et leur demandons plutôt d'honorer notre véritable système économique en veillant à ce que les retombées de la production reviennent aux plus petites communautés qui créent la vraie richesse.»

- 30 -

Pour plus d'informations:

Jan Slomp, UNF Président: (250) 898-8223 ou (403) 704-4364

Retour au sommet