National | OPINION

L'UNF appelle le Canada à soutenir l'étude de l'agroécologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition

Vous trouverez ci-dessous le texte de la lettre d’avril 26, 2017.
Monsieur le Ministre MacAulay et membres de la Mission permanente du Canada auprès des agences de la FAO,
Nous vous écrivons de la part du Union Nationale des Fermiers du Canada concernant une question très importante qui est actuellement débattue au Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA): la proposition pour le CSA de demander au Groupe d'experts de haut niveau de préparer un rapport sur «L'agroécologie pour la sécurité alimentaire et nutrition »en 2019.
Cette proposition a été faite par les organisations de la société civile en novembre 2016. Par la suite, en novembre et décembre 2016, le CSA a entrepris un exercice de classement de toutes les propositions parmi les membres et les participants du CSA. Parmi tous les thèmes proposés pour un rapport du Groupe d'experts de haut niveau (HLPE), l'agroécologie est arrivée en tête du classement, après avoir reçu le plus grand soutien.
Au cours de la réunion du groupe de travail à composition non limitée (GTCNL) du Programme de travail pluriannuel du CSA, qui s’est tenue en février 6, 2017, la proposition a été fortement appuyée par un grand nombre d’États membres du CSA et d’autres participants, notamment le trois agences basées à Rome (FAO, FIDA et PAM), réaffirmant ainsi le résultat de l'exercice de classement.
Cependant, à cette même occasion, certains pays, ainsi que le secteur privé, ont exprimé leurs doutes sur cette proposition. Un pays a même déclaré qu'il s'agissait d'une «ligne rouge» pour eux et s'opposerait donc au choix de l'agroécologie. Ils ont suggéré que le GTCNL devrait définir un thème différent et plus large.
À la fin du mois de mars, le président du GTCNL du PTPA a proposé deux options à débattre au CSA le 2 mai 2017. La première option présentée par le président est la proposition initiale intitulée «Agroécologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition», qui avait viennent en tête de l'exercice de classement. La deuxième option serait un thème plus général intitulé «Approches innovantes des systèmes alimentaires et agricoles pour améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition».
Compte tenu de cette situation, nous aimerions attirer votre attention sur cette question et demander ce qui suit:
1) À la suite des processus mondiaux et régionaux conduits par la FAO au cours des dernières années, il est clair que l'agroécologie est au cœur d'un modèle d'agriculture durable qui est toujours pratiqué et promu par les petits producteurs de denrées alimentaires, solution la plus viable pour insécurité alimentaire et changement climatique.
2) Les conférences et colloques mondiaux et régionaux de la FAO ont maintenu une approche globale de l’agroécologie. De même, nous pensons que ce serait l'approche la plus favorable pour le rapport du HLPE, en veillant à ce que le thème reste tel qu'il a été présenté, conformément aux demandes des organisations mondiales, régionales et nationales de petits producteurs de denrées alimentaires qui participent au CSA. CSM.
3) À cet égard, nous vous appelons à soutenir l’option qui permet de préserver l’intégrité de la proposition initiale. Nous pensons qu'il est grand temps que tous les membres et participants du CSA, s'appuyant sur un rapport du HLPE, tiennent une discussion sur l'agroécologie, qui est très pertinente pour des centaines de millions de petits producteurs d'aliments et, plus largement, pour la réalisation progressive de le droit à une nourriture suffisante.
4) Nous pensons qu’il est inacceptable qu’un petit nombre d’acteurs essaient d’entraver la discussion sur un concept et une pratique qui revêtent une importance particulière pour la production alimentaire à petite échelle et la sécurité alimentaire en général. En outre, il ne serait pas judicieux de lier ou de subordonner l'agroécologie à d'autres concepts et pratiques répondant à d'autres raisons ou à des intérêts opposés et poursuivant des objectifs divergents, tels que l'intensification de l'agriculture industrielle, l'expansion des monocultures induites par les exportations ou l'utilisation excessive d'intrants chimiques. dans la production alimentaire.
5) Nous soulignons que l’agroécologie offre des solutions gagnant-gagnant, une productivité accrue, la restauration et une utilisation plus efficace des ressources naturelles. Les systèmes agroécologiques sont mieux à même de surmonter les problèmes critiques auxquels est confronté le système alimentaire mondial, car ils apportent des solutions qui peuvent être appliquées à différents contextes en combinant les connaissances locales, la praxis et l’innovation avec les connaissances scientifiques, garantissant ainsi l’utilisation durable des ressources naturelles.
6) Au cours des dernières décennies, une quantité considérable d’expériences et de connaissances a été générée, ainsi que des recherches et des analyses effectuées par des universitaires, des producteurs et des organisations gouvernementales et intergouvernementales, qu’un rapport du HLPE peut mettre en évidence grâce à une analyse exhaustive et actualisée. analyse à jour.
7) Le rapport du HLPE alimentera un débat approfondi et servira de base au processus de convergence des politiques du SCF qui aboutit aux recommandations de politique du SCF dans 2019.
Nous estimons que cette proposition revêt une grande importance pour le Canada, non seulement en raison des importantes contributions apportées par le Canada au développement et à la recherche en matière d’agriculture durable dans de nombreuses régions du monde, mais également en raison du besoin urgent de travaux sur l’agriculture durable et la gestion agroécologique. systèmes ici au Canada. La production agricole au Canada devra changer afin de respecter les engagements en matière de changement climatique pris dans l'Accord de Paris. Les agriculteurs, les chercheurs, les décideurs et les autres acteurs de l'agriculture tireraient grand profit des connaissances et des analyses générées par le groupe d'experts de haut niveau sur «l'agroécologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition».
Nous vous remercions sincèrement de prêter attention à nos réflexions, qui sont le fruit d’une discussion avec des organisations qui travaillent dans le domaine de l’agroécologie depuis plusieurs décennies à tous les niveaux.
Nous espérons pouvoir compter sur votre soutien à la proposition faite au CSA, conformément au soutien que vous avez accordé dans le cadre de la FAO aux niveaux régional et mondial.
Meilleures salutations,
Jan Slomp
Président, Union Nationale des Fermiers
lectures complémentaires
Jan Slomp
A propos de l'auteur

Jan Slomp

Jan Slomp et son épouse, Marian, sont producteurs laitiers depuis 1979, d'abord dans leurs Pays-Bas natals et d'avril 1989 à 2015, en Alberta. Ils ont récemment déménagé en Colombie-Britannique et ouvert une nouvelle ferme sur l'île de Vancouver.

Toutes les histoires de Jan Slomp »

Retour au sommet