Nationale | Des lettres

Lettre à la ministre Bibeau concernant les directives réglementaires de l'ACIA pour les semences génétiquement modifiées

Le 17 janvier 2022, le Syndicat national des cultivateurs a fait parvenir la lettre suivante à la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau :

Cher Ministre Bibeau

OBJET : Directives réglementaires de l'ACIA concernant les semences élaborées au moyen de la technologie d'édition de gènes

En septembre 2021, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a conclu un processus de consultation publique sur son projet d'orientation réglementaire afin de changer la façon dont elle interprète et applique la partie V du Règlement sur les semences en ce qui concerne les produits développés à l'aide de nouvelles technologies génétiques, souvent appelés comme "l'édition de gènes". Le Syndicat national des agriculteurs a soumis des commentaires détaillés sur les orientations proposées, qui sont disponibles ici - https://www.nfu.ca/policy/nfu-submission-to-cfia-on-gene-editing-regulatory-guidance/ . En décembre, nous avons assisté à une réunion organisée par l'ACIA au cours de laquelle le personnel a indiqué que l'Agence avait l'intention de procéder à la mise en œuvre de sa proposition avec quelques modifications mineures, dont aucune ne répondait à nos préoccupations.

Notre mémoire soulève de très sérieuses questions de gouvernance, de science et du devoir de l'ACIA en tant qu'organisme de réglementation public de servir l'intérêt public. Nous avons noté que dans le processus d'élaboration des directives proposées, l'ACIA s'est fortement appuyée sur les représentants de CropLife Canada, dont les membres risquent d'exercer un contrôle indu sur les semences et de bénéficier financièrement de la déréglementation des produits génétiquement modifiés aux dépens des agriculteurs et du bien public. . Cette conflit d'intérêt est au cœur de nos préoccupations. L'approche de l'ACIA suggère qu'elle assimile les parties réglementées aux intervenants. Les parties réglementées cherchent à éviter les contraintes sur leurs activités, tandis que le public a un intérêt à long terme dans la sécurité et la transparence environnementales.

Si elles sont autorisées, les directives réglementaires proposées auront pour résultat que la plupart des variétés de semences génétiquement modifiées produites à l'aide de la technologie d'édition de gènes seront exemptées de la partie V du Règlement sur les semences, et donc autorisées à être introduites dans notre environnement, nos fermes et notre approvisionnement alimentaire sans aucune intervention indépendante. l'évaluation de la sécurité et sans aucune obligation d'informer le gouvernement ou les agriculteurs que la semence a été génétiquement modifiée. Nous pensons que cela est non seulement irresponsable, mais aussi que cela va au-delà de l'autorité de l'ACIA, car les directives ne sont pas conformes à l'intention du règlement.

Nous vous écrivons maintenant en tant que ministre responsable de l'ACIA, pour vous alerter sur cette question et vous exhorter à intervenir pour faire respecter les principes de transparence et de preuve scientifique indépendante en mettant un terme aux orientations réglementaires proposées par l'ACIA afin de protéger le public l'intérêt et regagner la confiance du public dans le rôle du gouvernement fédéral en tant qu'organisme de réglementation.

Veuillez recevoir nos salutations distinguées,

[signé]

Katie Ward, présidente de l'UNF