National | Des lettres

2nd Lettre au vérificateur général concernant les dépenses publiques consacrées à la privatisation de la CCB

En janvier 2018 le UNF a écrit une lettre à la vérificatrice générale du Canada pour demander une vérification publique des dépenses post-2012 liées à la Commission canadienne du blé. Nous avons reçu une réponse de sa part et en avons fait suivre une autre lettre, comme suit:

25 avril 2018

Michael Ferguson
Vérificateur général du Canada
240 Sparks Street
Ottawa, Ontario
K1A 0G6

Cher M. Ferguson,

Re: réponse à UNF demande de vérification des dépenses publiques liées à la Commission canadienne du blé (CCB) 2011 post-déc

Merci pour votre réponse à notre lettre de janvier 31, 2018. Nous aimerions préciser que le Union Nationale des Fermiers ne demande pas un audit de G3; notre demande concerne un audit de la Commission canadienne du blé (CCB) préparant le passage à la propriété privée entre December 11, 2011 et July 31 2015. Au cours de cette période, certains fonds publics ont été transférés à la CCB et les contribuables canadiens garantissaient toujours le passif de la CCB. Nous notons également que le rapport final du Comité permanent des finances de la Chambre des communes sur ses consultations préalables au budget de 2016 contenait la recommandation suivante:

Recommandation 48
Le gouvernement fédéral fournit aux producteurs de céréales et d'oléagineux de l'Ouest canadien un compte rendu complet et transparent de la cession des actifs de la Commission canadienne du blé depuis la sanction de la Loi sur le libre choix des producteurs de grains du marché, ainsi que des effets sur le système de manutention et de commercialisation du grain depuis cette loi. temps.

Nous estimons donc que l’audit que nous demandons relève de la section 11 du Loi sur le vérificateur général. De plus, nous savons que l'ancienne vérificatrice générale, Sheila Fraser, était habilitée à effectuer une vérification de la CCB en 2002.

Nous savons que le gouvernement fédéral a fourni à la CCB un financement pour les «coûts de transition de la CCB» comprenant au moins un million de dollars 249 alloué en vertu d'un accord de subvention et au moins un million 62 alloué sous la forme d'un accord de contribution. Ces fonds devaient être versés sur plusieurs années. Nous pensons que le public a le droit de savoir quelles obligations, le cas échéant, ont été attachées à ces allocations et si elles ont été remplies. Si ces fonds publics étaient versés à la CCB sans aucune obligation en retour, cela devrait également être porté à la connaissance du public canadien. Nous demandons respectueusement une comptabilité complète de ces allocations.

L'industrie UNF demande également une vérification complète de tout décaissement d'actifs de la CCB - y compris les œuvres d'art et les collections de la bibliothèque de la CCB - avant son maintien en tant que G3 entre le 15 décembre 2011 et la date à laquelle la propriété de la CCB a été transférée au G3.

Votre lettre datée de mars 9, 2018 indique que le transfert d’actifs résulte de la prorogation de la CCB en tant que G3 Canada «peut avoir été reflété dans les comptes publics du Canada et a donc peut-être déjà fait l’objet d’un audit dans le cadre de la États financiers résumés du gouvernement. »À la lumière de cette possibilité, nous demandons que ces vérifications soient examinées et que nous partagions avec nous les détails pertinents, y compris les montants en dollars transférés à la CCB chaque année entre les mois de décembre, décembre et novembre. dollars publics impliqués dans la formalisation de la continuation de la CCB vers G15, les conditions liées à la ou les transactions, et les montants transférés du Canada à G2011 après la continuation.

Nous comprenons que le Loi sur le vérificateur général autorise votre bureau à demander des documents gouvernementaux, y compris des documents du Cabinet, si vous devez accéder aux rapports de vérification complets de la CCB afin de déterminer si les fonds publics ont été utilisés correctement.

Avant le maintien de la CCB sous la Commission canadienne du blé (opérations provisoires) et Loi sur la liberté de commercialisation des agriculteurs, la CCB était tenue de fournir au ministre un rapport annuel sur ses achats et ventes de tout le grain au cours de la campagne agricole en question, les quantités de grain qu’elle possédait alors, les contrats de prise de livraison du grain auxquels elle était alors partie, toutes les valeurs alors détenues par elle et le résultat financier des activités de la Société à la fin de la campagne agricole, ainsi que tous les autres renseignements que le ministre pourrait exiger. Ce rapport devait être certifié par les auditeurs de la CCB. Le ministre était tenu de présenter ce rapport au Parlement dans les premiers jours 15 suivant sa séance après avoir reçu le rapport.

Sous Loi sur la Commission canadienne du blé (opérations provisoires), l'obligation annuelle de la CCB en matière de vérification publique et de déclaration a été maintenue, mais le ministre a été autorisé à empêcher le Parlement de consulter des informations si elles estimaient que leur publication serait préjudiciable aux intérêts commerciaux de la CCB. Puisque la CCB n'existe plus, il n'est plus nécessaire de retenir des informations pour protéger ses intérêts commerciaux. Ainsi, nous pensons que les informations financières pertinentes pour notre demande ont été documentées, ne sont plus commercialement sensibles et seraient en la possession du ministre de l'Agriculture, et donc accessibles à vous sous l'autorité du Loi sur le vérificateur général.

Merci de votre attention à notre demande. Nous attendons avec impatience votre réponse.

Cordialement,
Sproule de corail,
Président, Union Nationale des Agriculteurs

CC: L'hon. Wayne Easter, président, Comité des finances de la Chambre des communes

Retour au sommet