Politique

Réponse à l'ARLA Risque environnemental potentiel pour l'abeille de la courge

Section des publications de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA)
Santé Canada
2720 Riverside Drive
Ottawa, Ontario K1A 0K9

Par email: hc.pmra.publications-arla.sc@canada.ca

13 aout, 2021

Objet : Projet de décision d'examen spécial PSRD2021-02, Examens spéciaux : Risque environnemental potentiel lié aux abeilles de la courge (Peponapis pruinosa) exposition à la Clothianidine, au Thiaméthoxame et à l'Imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées

L'Union nationale des cultivateurs de l'Ontario (NFU-O) a le plaisir de faire part de ses commentaires à Santé Canada sur le risque environnemental potentiel lié à l'exposition des abeilles de la courge (Peponapis pruinosa) à la clothianidine, au thiaméthoxame et à l'imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées.

La NFU-O est une organisation agricole accréditée qui représente des milliers d'agriculteurs familiaux durables en Ontario et qui défend les familles agricoles de l'Ontario et du Canada depuis 1969. Les membres travaillent ensemble pour mettre en place des politiques agricoles qui garantissent la dignité et la sécurité du revenu des familles agricoles, tout en protégeant et en l'amélioration des environnements ruraux pour les générations présentes et futures. La NFU-O collabore localement, nationalement et internationalement pour rechercher, éduquer et partager des solutions efficaces qui mènent à un monde meilleur pour les familles agricoles et leurs communautés.

Contexte

En 2014, Santé Canada a lancé des examens spéciaux sur les produits antiparasitaires néonicotinoïdes contenant de la clothianidine, du thiaméthoxame et de l'imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées comme la citrouille et la courge. À partir de cet examen, il a été déterminé que pour certaines utilisations de cucurbitacées, il y avait des risques inacceptables pour Apis (abeilles) et non-Apis les abeilles contre l'exposition par les résidus dans le pollen et le nectar des cucurbitacées, et une atténuation des risques était nécessaire. Cette atténuation a également été considérée comme protectrice pour les abeilles solitaires nichant dans le sol dans les cultures de cucurbitacées, y compris l'abeille de la courge. L'atténuation des risques résultant des réévaluations des pollinisateurs comprenait des changements dans la façon dont les néonicotinoïdes peuvent être utilisés sur les cultures de cucurbitacées. Les applications au sol d'imidaclopride et de thiaméthoxame sur les cucurbitacées ont été annulées et les applications foliaires de clothianidine sur les cucurbitacées ont été réduites à une seule application avant la floraison. Aucun changement n'a été apporté aux utilisations du traitement des semences pour la clothianidine, le thiaméthoxame et l'imidaclopride, car le risque pour les pollinisateurs a été jugé acceptable et des mesures d'atténuation spécifiques ont été introduites.

Depuis 2014, l'utilisation de la clothianidine, du thiaméthoxame et de l'imidaclopride a été examinée pour les impacts sur les pollinisateurs, les invertébrés aquatiques, les oiseaux et autres mammifères, et la santé humaine. En novembre 2016, l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada a annoncé qu'elle interdirait les utilisations agricoles de l'imidaclopride, un insecticide largement utilisé dans les fermes canadiennes, en raison des risques pour les oiseaux chanteurs et les insectes aquatiques. Le 15 août 2018, Santé Canada a annoncé sa décision proposée d'éliminer progressivement toutes les utilisations agricoles et de gazon en plein air de la clothianidine et toutes les utilisations agricoles et ornementales en plein air du thiaméthoxame sur une période de cinq ans. Cette annonce était fondée sur les résultats de l'étude de l'ARLA Examens spéciaux sur les invertébrés aquatiques pour la Clothianidine et le thiaméthoxame. D'ici 2017, l'ARLA a terminé ses examens des impacts sur les pollinisateurs des trois néonicotinoïdes et a proposé d'interdire ou de restreindre leur utilisation sur les cultures que les abeilles trouvent attrayantes. À ce moment-là, l'ARLA a examiné des stratégies d'atténuation potentielles pour voir s'il serait possible de restreindre plutôt que d'interdire les produits chimiques. Ils ont conclu qu'il était peu probable qu'elles fassent une différence suffisante, seraient difficiles à mettre en œuvre et pourraient être annulées par une intensification de l'utilisation. Cependant, en ce qui concerne l'utilisation chez les cucurbitacées, les changements et mesures d'atténuation suivants ont été mis en œuvre depuis 2014.

Source: https://www.canada.ca/en/health-canada/services/consumer-product-safety/pesticides-pest-management/public/consultations/proposed-special-review-decision/2021/environmental-risk-related-to-squash-bee/document.html#t1

En 2019, Santé Canada a terminé trois réévaluations axées sur les pollinisateurs et a publié ses décisions. Ces réévaluations ont été effectuées selon les Lignes directrices pour l'évaluation des risques liés aux pesticides pour les abeilles, et évalué les utilisations homologuées des trois néonicotinoïdes, y compris les applications foliaires, le traitement des semences et les applications au sol. Les réévaluations actuelles des pollinisateurs par Santé Canada ont donné les résultats suivants en ce qui concerne les abeilles de la courge :

  • Les mesures d'atténuation mises en œuvre dans le cadre de la réévaluation protègent les abeilles de la courge.
  • Les risques environnementaux potentiels pour Peponapis pruinosa(abeille de la courge) par exposition à la clothianidine, le thiaméthoxame et l'imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées sont considérés comme acceptables lorsqu'ils sont utilisés selon les conditions d'utilisation actuelles et les mesures d'atténuation déjà mises en œuvre (tableau ci-dessus).
  • Sur cette base, l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada propose le maintien de l'homologation des produits de clothianidine, de thiaméthoxame et d'imidaclopride pour la vente et l'utilisation sur les cucurbitacées au Canada.
  • Aucune autre mesure d'atténuation n'est proposée.

néonicotinoïdes

La clothianidine, le thiaméthoxame et l'imidaclopride sont des insecticides néonicotinoïdes systémiques homologués pour usage commercial au Canada sur une variété de cultures agricoles, y compris les cucurbitacées. Lorsque le thiaméthoxame et la clothianidine sont appliqués en pulvérisation foliaire, les résidus peuvent être absorbés par la plante et se déplacer dans toute la plante en pollen et en nectar. Cela peut se produire même lorsque l'application a lieu en l'absence de fleurs. Si un produit n'est pas appliqué pendant la floraison, mais est appliqué avant ou après la floraison, les résidus peuvent être absorbés par la plante, rester dans la plante, puis lorsque les fleurs se forment, les résidus peuvent se transformer en pollen et en nectar. En règle générale, plus le produit est appliqué près de la période de floraison, plus les niveaux de résidus dans le pollen et le nectar sont élevés. Par exemple, une application avant la floraison proche de la période de floraison (par exemple, 1 à 2 semaines avant la floraison) peut entraîner des résidus assez élevés dans le pollen et le nectar.

Un certain nombre d'études (Cimino et al. 2016) ont montré que les néonicotinoïdes sont persistants et présents dans le sol, la poussière, les zones humides, les eaux souterraines, les plantes non ciblées et les proies vertébrées, et les aliments communs au régime américain. Et, contrairement à la plupart des autres pesticides, les néonicotinoïdes ne peuvent pas être éliminés des aliments avant d'être consommés.

Courge Abeilles

L'abeille de la courge, Peponapis pruinosa, est une espèce solitaire nichant dans le sol que l'on trouve dans la majeure partie de l'Amérique du Nord et du Sud. C'est la seule espèce d'abeille de la courge présente au Canada et elle est répandue dans le sud de l'Ontario. Ces abeilles dépendent uniquement des cultures de cucurbitacées pour le pollen et le nectar. Elles sont bien adaptées à la collecte des gros grains de pollen des cucurbitacées, et leur période de vol diurne est synchronisée avec l'ouverture des fleurs. Chaque fleur de cucurbitacée ne dure qu'une journée, s'ouvrant tôt le matin et flétrissant en début d'après-midi. La plupart des butinages des abeilles de la courge se font tôt le matin, quelques heures après le lever du soleil, avant que les abeilles mellifères ne commencent généralement à butiner.

Les femelles des courges font des nids dans le sol en grands groupes dans et autour des plantations de cucurbitacées ou des sites de nidification à proximité. Ils ne produisent qu'une génération par an. Les nids de l'abeille de la courge ont généralement quatre à six cellules contenant des œufs et du pollen de cucurbitacées mélangés à du nectar. Ils sont construits à 12-22 cm sous la surface du sol. Les abeilles courges mâles et les abeilles femelles qui n'ont pas encore niché dorment à l'intérieur de la fleur fermée pendant la nuit et se frayent un chemin tôt le lendemain matin pour rencontrer les abeilles courges femelles et se nourrir. Les abeilles adultes sortent de leurs nids dans le sol de fin juillet à août, les mâles sortant avant les femelles. Les abeilles émergent lorsque les cultures de cucurbitacées sont en fleurs. Environ deux à trois semaines après l'émergence, ils construisent des nids jusqu'au début septembre. Les œufs pondus dans les nids du sol se développent d'œufs en larves et en pré-nymphes sur une période de deux semaines. Les abeilles des courges hivernent sous forme de pré-nymphes dans le sol puis se nymphosent l'été suivant de la mi-juin à la mi-juillet. Le cycle de vie est ensuite répété lorsque les abeilles adultes émergent de fin juillet à août.

NFU-O remet en question le risque d'exposition acceptable à la clothianidine, au thiaméthoxame et à l'imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées lorsqu'ils sont utilisés selon les conditions d'utilisation actuelles

La NFU-O remet en question la décision d'autoriser l'utilisation de la clothianidine, du thiaméthoxame et de l'imidaclopride selon les conditions d'utilisation actuelles, car nous ne voyons pas de preuve qu'il y aura une surveillance efficace de la conformité.

La décision proposée par l'ARLA qui a été publiée en 2018 aurait introduit une élimination graduelle de cinq ans menant à une interdiction de l'utilisation des néonicotinoïdes. À notre avis, il s'agissait d'un pas dans la bonne direction pour promouvoir la santé et la survie des pollinisateurs (y compris les abeilles des courges), des insectes aquatiques et des oiseaux qui se nourrissent de ces insectes. La décision proposée était fondée sur la conclusion de l'ARLA selon laquelle les mesures d'atténuation ne feraient probablement pas une différence suffisante, seraient difficiles à mettre en œuvre et pourraient être annulées par une intensification de l'utilisation. Nous ne sommes pas d'accord avec la décision de réévaluation qui a été publiée en 2019, qui a annulé l'interdiction proposée, mais a plutôt mis en œuvre des mesures d'atténuation.

NFU-O remet en question les impacts sur les abeilles des courges de l'utilisation continue de traitements de semences et de l'application intérieure d'imidaclopride et de pulvérisation foliaire de clothianidine

L'épandage d'imidaclopride au sol à des fins agricoles en extérieur a été annulé, en raison du risque le plus élevé de Apis et non-Apis les populations d'abeilles, mais il est toujours autorisé pour la culture intérieure (serre) de cucurbitacées. Les cucurbitacées standard ont des fleurs mâles et femelles séparées, ce qui nécessite un pollinisateur pour apporter le pollen d'une fleur mâle à une fleur femelle. Nous ne voyons pas comment l'utilisation continue de l'imidaclopride dans les serres n'aura pas d'impact négatif sur les populations d'abeilles de courge, à la fois par une exposition directe à l'intérieur ou par des populations nichant des structures de serre à proximité.

De même, des études utilisées par Santé Canada dans son examen spécial des effets des néonicotinoïdes sur les abeilles des courges ont montré que les résidus de thiaméthoxame dans le sol augmentaient avec le temps avec la plantation répétée de semences traitées au thiaméthoxame. Par conséquent, la NFU-O se demande comment l'accumulation persistante de néonicotinoïdes dans le sol à partir de cultures plantées avec des semences traitées affectera les nids et la survie des larves d'abeilles de courge à long terme, ainsi que comment l'exposition à des accumulations croissantes de néonicotinoïdes dans le le pollen et le nectar récoltés sur les fleurs auront un impact sur les abeilles des courges à long terme.

NFU-O appelle à la précaution et à la transition vers l'agriculture écologique

La NFU-O a été un chef de file parmi les organisations agricoles en appelant les gouvernements à utiliser l'approche de précaution lors de la réglementation des pesticides. Parallèlement à une approche prudente de la réglementation des pesticides, la NFU a encouragé le financement public de la recherche sur des méthodes alternatives de gestion des ravageurs, l'amélioration de la collecte de données et de la surveillance afin que les décideurs politiques disposent de bonnes preuves pour soutenir leur prise de décision, et l'éducation pour et par les agriculteurs à adopter des pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement.

La NFU-O exhorte Santé Canada à reconnaître et à promouvoir des alternatives agronomiques à l'utilisation de pesticides chimiques et à soutenir la recherche agricole, l'éducation et les mesures de politique publique pour réduire l'utilisation de pesticides dans l'agriculture canadienne.

Cordialement,

Don Ciparis

Président, Syndicat national des cultivateurs – Ontario

Références:

Andria M. Cimino, Abee L. Boyles, Kristina A. Thayer et Melissa J. Perry (2016). Effets de l'exposition aux pesticides néonicotinoïdes sur la santé humaine : examen systématique, perspectives de santé environnementale (2016). https://ehp.niehs.nih.gov/doi/10.1289/EHP515

Cathy Holtslander (2018). Santé Canada propose l'élimination progressive des néonicotinoïdes sur 5 ans. Bulletin de l'Union des agriculteurs. https://www.nfu.ca/wp-content/uploads/2018/09/UF-NEWSLETTER-SEPT-OCTOBER-2018.pdf

Roger Williams, Dan Fickle, Andrew P. Michel et Karen Goodell (2009). Pollinisateur de citrouille : biologie et comportement de l'abeille de courge. Département d'entomologie, OARDC/The Ohio State University. http://icpbees.org/wp-content/uploads/2016/06/Ohio-State-Fact-Sheet-on-Peponapis.pdf

Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (2021). Projet de décision d'examen spécial PSRD2021-02, Examens spéciaux : Risque environnemental potentiel lié aux abeilles de la courge (Peponapis pruinosa) exposition à la Clothianidine, au Thiaméthoxame et à l'Imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées. https://www.canada.ca/en/health-canada/services/consumer-product-safety/pesticides-pest-management/public/consultations/proposed-special-review-decision/2021/environmental-risk-related-to-squash-bee/document.html#a3

Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (2019). Décision de réévaluation RVD2019-06, Imidaclopride et ses préparations commerciales associées : Réévaluation des pollinisateurs. https://www.canada.ca/en/health-canada/services/consumer-product-safety/reports-publications/pesticides-pest-management/decisions-updates/reevaluation-decision/2019/imidacloprid.html

Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (2019). Décision de réévaluation RVD2019-05, Clothianidine et ses préparations commerciales associées : Réévaluation des pollinisateurs. https://www.canada.ca/en/health-canada/services/consumer-product-safety/reports-publications/pesticides-pest-management/decisions-updates/reevaluation-decision/2019/clothianidin.html

Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (2019). Décision de réévaluation RVD2019-04, Thiaméthoxame et ses préparations commerciales associées : Réévaluation des pollinisateurs. https://www.canada.ca/en/health-canada/services/consumer-product-safety/reports-publications/pesticides-pest-management/decisions-updates/reevaluation-decision/2019/thiamethoxam.html

 

Retour au sommet