Politiques

Évaluation environnementale fédérale du projet de drainage nécessaire

Lettre à l'appui de la désignation du projet de drainage Blackbird Creek en vertu de la LCEE 2012

La NFU a envoyé la lettre suivante à Environnement Canada:

Le Syndicat national des cultivateurs (NFU) appuie la désignation au titre de la sous-section 14 (2) de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale, 2012 (LCEE 2012) du projet de drainage proposé par le conseil de la Smith Creek Regional Watershed Association, à environ 50 km à l'est de Yorkton, en Saskatchewan. et à environ 6 km de la frontière entre la Saskatchewan et le Manitoba. La désignation en vertu de la LCEE 2012 entraînerait une évaluation environnementale fédérale du projet.

La NFU est une organisation agricole nationale non partisane et à adhésion directe volontaire, composée de milliers de familles agricoles du Canada, y compris la Saskatchewan et le Manitoba, qui produisent une grande variété de produits, notamment des céréales, du bétail, des fruits et des légumes. organisation agricole, nos membres reflètent la diversité des systèmes de production, la taille des exploitations et les données démographiques des agriculteurs à travers le pays. Nous promouvons la souveraineté alimentaire, une approche globale qui place les personnes, la nourriture et la nature au centre de la politique, et qui fait du contrôle démocratique du système alimentaire sa priorité.

La NFU adhère au principe de précaution, qui appelle une action rapide pour prévenir tout préjudice, même si toutes les preuves ne sont pas encore disponibles. Les membres de la NFU estiment que le Manitoba et la Saskatchewan devraient optimiser la rétention d'eau pour atténuer les inondations en aval. La NFU a également pour politique de conserver au moins 20% des terres que chaque propriétaire possède sous forme de zones humides, de prairies ou de forêts.

Le projet Blackbird Creek est situé en Saskatchewan dans le bassin hydrographique du cours supérieur de la rivière Assiniboine et drainerait 2756 66 acres de terres humides - 21,456% des terres humides existantes - sur une superficie de 623 XNUMX acres. À l'achèvement, le projet comprendrait XNUMX kilomètres de travaux de drainage. La sortie du drainage serait sur le ruisseau Blackbird, qui alimente la rivière Assiniboine. Ses eaux se poursuivent dans le lac des Prairies et éventuellement dans le lac Winnipeg.

Le projet serait situé en Saskatchewan mais aurait des effets directs au Manitoba. Le drainage des terres humides de la région de Blackbird Creek augmenterait le volume total d'eau entrant au Manitoba, augmentant le risque de débordement du barrage de Shellmouth et d'inondation des terres agricoles en aval. Au cours de la dernière décennie, de telles inondations se sont déjà produites fréquemment, causant des difficultés et des pertes de terres productives aux agriculteurs du Manitoba.

Le drainage des terres augmenterait la quantité de terres cultivées dans la zone du projet, en incorporant des zones humides dans les champs. Les zones humides sont un important puits de carbone. Le maintien des zones humides est un moyen important de faire face à l’urgence climatique. En supprimant les terres humides, le projet Blackbird Creek exacerberait le réchauffement climatique, causant des dommages aux agriculteurs du Canada et du monde entier en contribuant à une plus grande instabilité climatique. Par conséquent, le projet est contraire au Cadre panCanadien 2016 sur la croissance propre et les changements climatiques, qui comprend un engagement des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux à «travailler ensemble pour protéger et améliorer les puits de carbone, y compris dans les forêts, les terres humides et les terres agricoles. (par exemple par le biais de mesures d’utilisation des terres et de conservation). ”

Le paysage de la région du ruisseau Blackbird est connu sous le nom de «topographie de nids-de-poule» - qui a été créée par les matériaux déposés par la fonte des glaciers. Elle se caractérise par de nombreux petits étangs, marécages et marécages. Ces plans d'eau et leurs marges constituent un habitat faunique important et constituent des zones de nidification et des haltes pour une abondance d'oiseaux migrateurs.

Les nids-de-poule ne sont pas reliés les uns aux autres par des ruisseaux, mais sont remplis la plupart des années par la fonte des neiges et les précipitations. Les années sèches, ils peuvent ne pas remplir du tout. Beaucoup se dessèchent pendant l'été en raison d'une combinaison d'évaporation et d'abaissement afin de reconstituer les formations d'eaux souterraines situées en dessous. Leur évaporation contribue aux pluies d'été nécessaires à la croissance des cultures et des pâturages. Les eaux souterraines alimentent les puits des exploitations agricoles locales et assurent l'approvisionnement en eau des municipalités des communautés locales. Les années humides, les nids-de-poule des Prairies retiennent l'eau dans le paysage pour éviter les inondations en aval; pendant les années sèches, elles fournissent localement l'humidité nécessaire. Elles ressemblent à une éponge qui retient l'eau les années humides et la libère les années sèches, empêchant ainsi les inondations et la sécheresse extrêmes.

Étant donné que la topographie des fondrières des Prairies n'est pas reliée par les ruisseaux, le drainage à des fins de culture nécessiterait des travaux de terrassement importants et / ou un drainage en profondeur. La région est d'ores et déjà marquée par d'importants travaux de terrassement illégaux en raison de l'incapacité de la Saskatchewan, depuis des décennies, à appliquer correctement ses règlements antérieurs en matière de drainage. La proposition de Blackbird Creek conduirait à des travaux de drainage encore plus agressifs. L'élimination rapide de l'eau de surface et le drainage souterrain diminueraient la qualité de l'eau en aval. Sans filtrer à travers la végétation, les eaux de ruissellement contiendront probablement des niveaux plus élevés d'éléments nutritifs provenant des engrais et davantage de résidus de pesticides et d'herbicides. La contamination par les nutriments aura une incidence sur la qualité de l'eau en aval des lacs des Prairies et de Winnipeg, déjà gravement touchés par la prolifération d'algues et l'eutrophisation.

L'utilisation généralisée du traitement des semences aux néonicotinoïdes sur la graine de canola, la culture la plus répandue dans la région, augmenterait la charge de ces produits chimiques dans les eaux de surface en aval après la conversion des zones humides drainées en cultures. Dans 2018, l’Agence de réglementation de la gestion des pesticides (ARLA) a recommandé d’interdire les utilisations agricoles des néonicotinoïdes en raison des dommages qu’ils causent aux écosystèmes aquatiques et aux oiseaux. Même si la recommandation PRMA était mise en œuvre par 2020, il y aurait une période d'élimination progressive de cinq ans au cours de laquelle les eaux de ruissellement contaminées par des néonicotinoïdes endommageraient les écosystèmes. Permettre une augmentation des impacts négatifs des néons sur la vie des oiseaux pourrait bien être contraire à la Convention internationale sur les oiseaux migrateurs.

L'évaluation en vertu de la LCEE devrait également examiner les effets cumulatifs du projet Blackbird Creek conjointement avec d'autres projets dans le bassin versant de Smith Creek, ainsi que de manière plus générale en Saskatchewan. Chaque réseau de drainage individuel peut sembler insignifiant en soi, mais lorsqu'il est associé à tous les autres qui se déroulent ou sont planifiés, leur impact combiné sera considérable, que ce soit dans des conditions de sécheresse ou des années avec des précipitations exceptionnellement élevées.

Le rapport 2018 du Canada à la Convention de Ramsar des Nations Unies souligne que l’une des plus grandes difficultés à respecter nos engagements vis-à-vis de cet accord international est la pression exercée par le développement sur les habitats naturels du sud du Canada, entraînant la perte, la fragmentation et la dégradation des zones humides. Le projet Blackbird Creek semblerait être un pas en arrière. Une évaluation environnementale fédérale serait une mesure importante pour souligner la nécessité de garantir que le drainage à des fins agricoles ne cause pas plus de tort que de bien.

Respectueusement soumis par
L'Union Nationale des Fermiers

Retour au sommet