National | Des lettres

Lettre ouverte: le Canada doit soutenir l'accès mondial aux vaccins COVID-19 à l'OMC

Cette lettre a été envoyée au premier ministre Justin Trudeau le 10 mars 2021. 

Monsieur le Premier ministre,

Depuis le début de la pandémie, les dirigeants du monde ont à maintes reprises évoqué la nécessité d'une solidarité mondiale pour nous aider tous à traverser cette crise sanitaire unique en un siècle. Vous ont été parmi les premiers à appeler à l'égalité d'accès mondiale aux technologies de la santé COVID-19. Mais avec le temps, les appels à l'unité ont été suivis d'un manque d'engagement décevant de la part de nombreux pays plus riches, dont le Canada.

La réticence du Canada à approuver une proposition de l'Organisation mondiale du commerce visant à rendre les vaccins, les traitements et les technologies liés au COVID plus abordables et facilement disponibles pour tous les pays est un exemple flagrant de cette inadéquation entre les paroles et les actes.

En octobre 2020, l'Afrique du Sud et l'Inde ont fait un proposition conjointe de renoncer temporairement à certaines obligations au titre de l'OMC Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (TRIPS) jusqu'à ce que l'urgence COVID-19 soit terminée. La dérogation signifierait que les États membres de l'OMC n'auraient pas à accorder ou à appliquer des brevets et autres droits de propriété intellectuelle couvrant les médicaments COVID-19, les vaccins, les diagnostics et d'autres technologies telles que les masques et les ventilateurs.

Cette proposition de dérogation n'est pas une panacée. Mais une fois ces barrières et restrictions supprimées, les États membres de l'OMC et la communauté scientifique peuvent continuer à travailler sur le développement et la distribution de nouveaux diagnostics, vaccins, médicaments et fournitures médicales, sans crainte de risque de litige et de sanctions commerciales au titre de l'Accord sur les ADPIC.

À l'heure actuelle, la technologie et les connaissances en matière de vaccins sont traitées comme une propriété privée par les sociétés pharmaceutiques, bien qu'une grande partie de cette recherche soit financée par plus de 100 milliards de dollars de l'argent des contribuables. Alors que les communautés du monde entier s'adaptent à la «nouvelle normalité» de la pandémie, les choses se passent comme d'habitude pour les sociétés pharmaceutiques. Avec leurs droits exclusifs et leurs monopoles protégés par l'OMC, les sociétés pharmaceutiques sont en mesure de facturer des prix plus élevés et d'empêcher la concurrence des génériques qui a été maintes fois démontrée comme essentielle pour faire baisser et maintenir les prix, en particulier pour les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Dans le contexte de l'urgence de santé publique en cours, le résultat est que des pays riches comme le Canada obtiennent des contrats privés avec des fabricants de vaccins alors que de nombreux pays en développement n'ont vu aucune dose de vaccin. Bien que le Canada ait commandé suffisamment de doses des multiples vaccins disponibles pour inoculer sa population à plusieurs reprises, certaines estimations indiquent que les vaccins ne seront pas disponibles pour un cinquième du monde avant 2022.

La proposition de l'OMC de déroger temporairement à certaines restrictions de l'Accord sur les ADPIC aiderait à éliminer les obstacles à l'augmentation de la fabrication et de la fourniture d'outils médicaux COVID-19 vitaux à travers le monde. Le Canada a soutenu qu'il n'avait pas rejeté cette proposition. Mais le Canada n'a pas non plus dit oui, se joignant à l'Australie, au Brésil, à l'UE, au Japon, à la Norvège, à la Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis pour faire obstruction à la dérogation au Conseil des ADPIC de l'OMC.

Le Canada prétend à tort que les flexibilités existantes dans l'Accord sur les ADPIC, telles que celles pour la délivrance de licences obligatoires pour la fabrication de médicaments brevetés (comme l'affirme la Déclaration de Doha de 2001 sur l'Accord sur les ADPIC et la santé publique), sont suffisantes. Cependant, comme l'ont souligné Médecins sans frontières et d'autres défenseurs de la santé, ces flexibilités ne sont accessibles qu'au cas par cas, ce qui peut prendre des années à être réglées avec des sociétés détentrices de brevets ou des gouvernements étrangers. Pour répondre au COVID-19, les marchandises soumises à un brevet exclusif et à d'autres revendications et restrictions de propriété intellectuelle doivent devenir accessibles et abordables Maintenant.

Le mois dernier, plus de organisations 400 aux États-Unis, a appelé le président Joe Biden à soutenir la dérogation au Conseil des ADPIC. Plus que 100 organisations de la société civile ont appelé le Parlement européen à le soutenir également, de même que de nombreux parlementaires européens eux-mêmes. Le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé appelle les États membres, dont le Canada, à soutenir la dérogation. Les organisations de la société civile et les syndicats canadiens lancent des appels similaires depuis des mois.

La pandémie COVID-19 est la crise sanitaire et économique mondiale la plus grave depuis des générations. Au Canada et dans le monde, le virus a touché de manière disproportionnée les femmes, les travailleurs migrants et les travailleurs à bas salaire, les groupes racialisés et d'autres groupes marginalisés. Des millions de vies ont été perdues à cause de ce virus.

Tout le monde, partout, a besoin de sortir de cette pandémie le plus rapidement possible. Le Canada doit faire partie de l'effort mondial pour sauver des vies - pas un obstacle. Nous demandons au gouvernement canadien d'appuyer la dérogation dès maintenant.

Signé:

Réseau de justice commerciale
Amnistie internationale Canada francophone
Amnestie International Canada
Centre canadien de politiques alternatives (CCPA)
Métallurgistes unis (USW)
Groupe de 78
Union Nationale des Fermiers
Syndicat National des Employés Publics et Généraux (NUPGE)
Unifor
Mines Alerte Canada
Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)
Réseau juridique VIH
CWA Canada, l'Union des médias
Coalition canadienne de la santé
Alliance de la Fonction publique du Canada
Justice du commerce PEI
Réseau de défense des grands-mères
International des jésuites canadiens
Coalition interinstitutions sur le sida et le développement
Société canadienne du sida
Action Canada pour la santé et les droits sexuels
KAIROS: Initiatives canadiennes œcuméniques pour la justice | Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice
Réseau canadien autochtone du sida
Fédération canadienne des syndicats d'infirmières
Ministère de la justice sociale, de la paix et des soins à la création avec les sœurs de Saint-Joseph de Toronto
Service jésuite des réfugiés - Canada
Forum jésuite pour la foi sociale et la justice
Réseau québécois sur l'intégration continentale (RQIC)
Congrès des retraités syndicaux du Canada
ATTAC-Québec
Coalition canadienne pour la recherche en santé mondiale / La Coalition canadienne pour la recherche en santé mondiale
Conseil des Canadiens | Le Conseil des Canadiens
Amis de l'assurance-maladie
Canadian Society for International Health / Société canadienne pour la santé internationale
L'Église Unie du Canada | L'Eglise Unie du Canada
Syndicat des employés d'hôpitaux
Centre Oblat • Une voix pour la justice
Alliance des travailleurs migrants pour le changement

Dérogation_OMC_Justin_Trudeau_10mars2021
OMC_waiver_Justin_Trudeau_10mars2021

Retour au sommet