Nationale | Communiqué de presse

Aucune stratégie pour la réduction des émissions agricoles, déclare le commissaire à l'environnement L'UNF signale une solutions

SASKATOON, SK -Le Rapport d'aujourd'hui par le Commissaire canadien à l'environnement et au développement durable, Jerry DeMarco, dresse un constat sévère : Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) « N'a pas encore élaboré de stratégie sur la façon dont il contribuerait aux objectifs d'atténuation et de séquestration des gaz à effet de serre du Canada pour 2030 et 2050 ». Le rapport poursuit : « En l'absence d'une stratégie qui fournisse au secteur une vision et une orientation à long terme, la voie suivie par le ministère pour contribuer à la réalisation des objectifs du Canada pour 2030 et 2050 reste floue ». 
 
Le rapport reconnaît que les programmes d'AAC peuvent commencer à réduire les émissions, comme le Fonds d'action pour le climat à la ferme (FACF), mais il indique que « les retards pris par le ministère dans l'approbation des financements ont fait que les bénéficiaires ont manqué une saison de croissance, ce qui a limité les résultats en matière de réduction des gaz à effet de serre obtenus dès janvier 2024. En outre, deux des trois programmes n'avaient pas encore fixé ou finalisé tous leurs objectifs de performance en matière d'atténuation du changement climatique.... Il est important de fixer des objectifs et de suivre les résultats ».

Le rapport du commissaire fait également état d'une augmentation significative et probablement continue des émissions agricoles : 39 % de plus entre 1990 et 2021. 

Darrin Qualman, Directeur de la politique et de l'action de l’UNF en matière de crise climatique, a commenté les conclusions du commissaire et a replacé le rapport dans son contexte. Tout d'abord, il a constaté que les agriculteurs souhaitaient vivement en faire plus. De nombreux programmes gouvernementaux, tels que le FACF, sont sursouscrits. De nombreux secteurs agricoles élaborent eux-mêmes des plans ambitieux de réduction des émissions. « Les agriculteurs veulent en faire plus », explique Qualman, « mais ils ont besoin de plus de soutien et d'orientation de la part du gouvernement ». Le commissaire tient à peu près le même discours..

M. Qualman a également constaté que de nombreux membres du personnel d'AAC étaient impatients d'aller de l'avant en matière de réduction des émissions. Le programme FACF en est un exemple. La stratégie agricole durable (SAD) en est un autre. Depuis un an et demi, l’UNF est l'une des 21 organisations convoquées par AAC pour former le Comité consultatif sur la stratégie d'agriculture durable (CC-SAD). « À la table du CC-SAD », explique M. Qualman, « nous voyons régulièrement des représentants d'AAC désireux de trouver des moyens d'accroître la durabilité et de réduire les émissions ». Malgré cela, les mesures prises sont insuffisantes et les émissions augmentent.
 
M. Qualman propose une solution : « Le gouvernement fédéral, en consultation permanente avec les agriculteurs, doit finaliser une stratégie d'agriculture durable forte et claire ; cette stratégie doit contenir des objectifs et des plans ambitieux de réduction des émissions ; AAC doit publier cette stratégie peu avant la récolte ; et il doit montrer aux agriculteurs qu'il est sérieux en allouant des fonds importants à des programmes efficaces de réduction des émissions, d'accélération de l'adaptation et de renforcement de la résilience ».  

Il conclut : « La stratégie agricole durable est en cours d'élaboration. Son achèvement et sa diffusion rapides, associés à un financement et à un soutien importants pour les agriculteurs, permettront de remédier dans une large mesure aux problèmes mis en évidence dans ce rapport du commissaire à l'environnement».

— 30 —

Pour plus d'informations:
Darrin Qualman, directeur de la politique et de l'action face à la crise climatique : qualman@nfu.ca