National | Communiqué de presse

L'UNF appelle à un moratoire sur les traitements de semences aux néonicotinoïdes

UNF demande à un comité du Sénat de recommander un moratoire de cinq ans sur le traitement des semences par les néonicotinoïdes

(May 1, 2014, Ottawa) - Aujourd'hui le Union Nationale des Fermiers (UNF) a comparu devant le Comité sénatorial permanent de l'agriculture et des forêts pour fournir aux sénateurs l'analyse et les recommandations de l'organisation concernant l'utilisation de traitements de semences aux néonicotinoïdes sur les grandes cultures au Canada. Le Comité sénatorial étudie actuellement l'importance des abeilles et de la santé des abeilles dans la production de miel, de nourriture et de semences au Canada.

«Cela fait à peine plus d'une décennie que le produit a été introduit et les néonicotinoïdes sont déjà utilisés partout au Canada à une échelle sans précédent, ce qui cause des dommages importants aux abeilles et probablement aux pollinisateurs sauvages et aux écosystèmes naturels», a déclaré Ann Slater, UNF Vice-président, Politiques. «Nous reconnaissons que les insecticides néonicotinoïdes sont utilisés sur de nombreuses cultures à la fois comme traitements de semences et pulvérisations foliaires, cependant, ils sont maintenant appliqués comme traitements préventifs sur les semences pour presque tous les champs de maïs, de soja, de canola et de blé sans se soucier de savoir si les traitements de semences fournissent agriculteurs avec un avantage en termes de rendement et de lutte contre les insectes. »

Slater a expliqué que grâce à son processus d’élaboration de politiques démocratiques UNF a décidé que des mesures immédiates devaient être prises pour réduire considérablement l'utilisation des traitements de semences par les néonicotinoïdes dans les grandes cultures, à commencer par un moratoire de cinq ans pour toutes les grandes cultures.

«L'Agence de réglementation de la gestion des pesticides (ARLA) a déjà déterminé que les traitements des semences aux néonicotinoïdes dans le maïs et le soya en Ontario et au Québec étaient les principaux responsables de la mortalité des abeilles en 2012 et à nouveau en 2013», a souligné M. Slater. «Il a conclu que l'utilisation actuelle de semences de maïs et de soja traitées aux néonicotinoïdes n'est pas durable, mais continue de s'adapter à la vente et à l'utilisation de ces insecticides sans obliger les sociétés chimiques et semencières à accepter la responsabilité des dommages qu'elles causent aux abeilles et aux pollinisateurs indigènes. . Nous croyons que le Comité sénatorial permanent de l'agriculture et des forêts doit recommander que Santé Canada prenne des mesures immédiates pour protéger les abeilles et les pollinisateurs. Il est temps que le gouvernement canadien et les organismes de réglementation canadiens agissent dans l’intérêt public. »

La UNFLes recommandations de:

  • Un moratoire de cinq ans sur l’utilisation des traitements de semences aux néonicotinoïdes dans toutes les grandes cultures (le cas échéant, commençant par un moratoire de cinq ans sur leur utilisation dans le maïs et le soja en Ontario et au Québec), qui entrera en vigueur en janvier 1, 2015;
  • Autoriser les agriculteurs à demander l’utilisation ponctuelle d’un traitement des semences aux néonicotinoïdes uniquement s’ils peuvent démontrer, au moyen d’un test de sol ou d’un programme de surveillance, que leur culture sera menacée par la pression des organismes nuisibles ET qu’il n’existe aucune autre option de contrôle;
  • Exiger des permis pour acheter des traitements de semences aux néonicotinoïdes, que les traitements de semences soient achetés séparément des semences et que le coût des semences et du traitement soient indiqués séparément lorsque des applications à usage unique sont approuvées;
  • Rechercher et promouvoir largement des pratiques agricoles alternatives et écologiques ne dépendant pas de l'utilisation de pesticides chimiques; et
  • Entreprendre des programmes financés par les fonds publics dans l'intérêt public afin d'évaluer les rendements des grandes cultures produites avec divers agents et pratiques de lutte contre les parasites, y compris des solutions de remplacement non chimiques, et de surveiller le dénombrement des populations de pollinisateurs avant et après la mise en œuvre d'un moratoire.

Pour le UNFla soumission complète, y compris toutes les recommandations, veuillez visiter http://www.nfu.ca/story/importance-bees-and-bee-health

- 30 -

Pour plus d’information :

Ann Slater, UNF Vice-président, politique: (519) 349-2448 ou par courrier électronique:aslater@quadro.net

UNF Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent de l'agriculture et des forêts - L'importance des abeilles et de la santé des abeillesMai 1, 2014

Retour au sommet