National | Communiqué de presse

L’UNF soutient les appels à la justice des travailleurs agricoles jamaïcains

La Nationale des Fermiers (UNF) félicite les fermières jamaïcaines migrantes pour avoir courageusement dénoncé les injustices dont elles sont victimes dans le cadre du Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) du Canada.

En tant qu’organisation agricole nationale engagée dans la promotion de l’amélioration des fermières dans la réalisation de leurs objectifs économiques et sociaux, l’UNF soutient les travailleurs agricoles jamaïcains dans leur lutte et leurs demandes de justice et de protections juridiques.

Dans une
lettre ouverte
au ministre jamaïcain du travail, Karl Samuda, des travailleurs agricoles migrants de deux fermes du sud de l’Ontario ont écrit que le programme SAWP est un “esclavage systémique” et que “nous avons l’impression d’être en prison” : “Nous sommes traités comme des mules et punis si nous ne travaillons pas assez vite. Nous sommes exposés à des pesticides dangereux sans protection adéquate. Nos patrons sont violents verbalement, ils nous insultent. Ils nous intimident physiquement, détruisent nos biens et menacent de nous renvoyer chez nous”, ont-ils écrit.

Les travailleurs ont indiqué qu’ils ne pouvaient pas faire appel aux autorités gouvernementales pour qu’elles interviennent en toute sécurité : “Lorsque nous appelons nos officiers de liaison à l’aide, ils ne nous répondent pas ou, pire, ils prennent le parti de nos patrons et mettent une marque rouge à côté de notre nom pour que nous ne soyons pas réembauchés la saison suivante. C’est cette peur qui nous empêche, ainsi que nos collègues travailleurs agricoles migrants, de défendre nos droits en tant que travailleurs et en tant qu’êtres humains.”

Le jour où le ministre du travail Samuda a quitté la Jamaïque pour se rendre au Canada dans le cadre du programme SAWP,
Garvin Yapp
Le père, 57 ans, travailleur agricole saisonnier originaire de la Jamaïque, est décédé alors qu’il travaillait dans une exploitation de tabac de l’Ontario. L’Alliance des travailleurs migrants pour le changement (ATMC) signale que trois autres travailleurs agricoles migrants, dont le nom n’a pas été révélé, sont également décédés en Ontario au cours du mois dernier. L’UNF présente ses plus sincères condoléances à la famille et à la communauté de M. Yapp, ainsi qu’à tous ceux qui pleurent la mort d’autres travailleurs migrants.

L’UNF soutient également les demandes de justice formulées dans la lettre ouverte jamaïcaine, notamment : la mise en œuvre et l’application de normes nationales en matière de logement ; la délivrance de permis de travail ouverts qui ne soient pas liés à un seul employeur ; un système anonyme fonctionnel et protecteur permettant de dénoncer les employeurs abusifs ; la fin des listes noires ; la représentation légale des travailleurs pour toutes les négociations contractuelles du PTAS ; et, surtout, l’octroi d’un “statut de résident permanent à tous les migrants à leur arrivée, y compris les travailleurs agricoles saisonniers”.

En attendant que le ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada nous fasse part, début septembre, de ses
propositions
pour élargir le flux d’immigration économique afin de permettre aux travailleurs de tous niveaux de compétences, y compris les travailleurs agricoles essentiels, d’accéder à la résidence permanente, nous devons amplifier les voix de ces travailleurs jamaïcains et de tous ceux qui réclament un statut pour tous. Sans un statut d’immigration complet et permanent, les travailleurs agricoles ne pourront pas faire valoir pleinement leurs droits et continueront à subir des conditions de travail injustes et dangereuses.

Ajoutez votre voix à l’appel du Réseau pour les droits des migrants (MRN) en faveur du #statusforall les travailleurs migrants en signant leur pétition et en participant à un rassemblement/une manifestation dans votre communauté ! Si vous êtes à Ottawa, rejoignez le groupe “
Marche pour la régularisation des migrants à Ottawa – Un statut pour tous !
le 18 septembree.

Et, alors qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) explore des solutions à la question des pénuries de main-d’œuvre dans le secteur agricole et agroalimentaire, faites-le savoir par le biais de leur consultation en ligne (date limite 28 septembre 2022) pourquoi
vous
pensez que le statut de résident permanent pour tous les travailleurs migrants agricoles – et non l’expansion des programmes de travailleurs étrangers temporaires – est la seule façon juste et équitable de progresser.

Crédit photo : Travailleurs agricoles jamaïcains et membres de l’Alliance des travailleurs migrants pour le changement.