National | Action

Action: Consultation publique de Santé Canada sur les plantes génétiquement modifiées

Passez à l'action: consultation de Santé Canada sur les plantes génétiquement modifiées

Date limite: Peut 24

(Remarque - si vous avez manqué la date limite, n'hésitez pas à envoyer un message de toute façon. Santé Canada continuera de recevoir les commentaires du public au cours des prochaines semaines.)

Exigez une divulgation obligatoire et des évaluations de sécurité pour toutes les plantes génétiquement modifiées Utilisez la case d'action ci-dessous pour envoyer un courriel à Santé Canada ou envoyer vos commentaires à Santé Canada: hc.bmh-bdm.sc@canada.ca  N'hésitez pas à modifier la lettre pour personnaliser votre message.

Consultation publique de Santé Canada
En tant qu'agriculteur, je soutiens les évaluations gouvernementales obligatoires de la sécurité de tous les aliments provenant de plantes génétiquement modifiées et la notification publique de tous les aliments et plantes génétiquement modifiés avant leur mise sur le marché. Je veux pouvoir faire un choix éclairé sur les graines que j'achète. Je crains que la mise sur le marché de produits modifiés génétiquement sans notification ne mette en péril certains marchés ou certains prix. Par exemple, si des partenaires commerciaux importants refusent des envois contenant des produits qu'ils n'ont pas approuvés. Je sais que la science en apprend toujours plus sur la génétique et que de nouvelles technologies sont constamment développées. Tout n'est pas compris et des problèmes inattendus peuvent être découverts. Il est important pour Santé Canada d'être en mesure d'évaluer les nouveaux produits pour s'assurer qu'ils sont sécuritaires. Des évaluations gouvernementales indépendantes de la sécurité sont également nécessaires pour la confiance du public. Merci de votre attention.

Consultation publique de Santé Canada

Consultation publique de Santé Canada

%votre signature%

Vous pouvez ajouter une mise en forme à l'aide de la syntaxe Markdown - Lire la suite

Partagez ça avec vos amis:

   

 

Contexte

Santé Canada tient une consultation publique sur la façon dont il interprétera les règlements relatifs aux plantes génétiquement modifiées. Il propose une nouvelle interprétation du Règlement sur les aliments et drogues (le Règlement sur les aliments nouveaux) qui concerne la question «quand un aliment dérivé d'une plante est-il développé par la sélection d'un« nouvel aliment »?» et pour l'évaluation préalable à la mise en marché des aliments dérivés de plantes génétiquement modifiées appelées «Retransformants». La consultation se termine le lundi 24 mai 2021.

Cliquez ici pour lire le mémoire complet de la NFU

L'approche du Canada en matière de réglementation de la biotechnologie est déclenchée par la nouveauté (nouveauté) de la plante et non par la technologie utilisée pour développer la plante. La proposition de Santé Canada apporterait des changements majeurs aux «directives réglementaires» qui indiquent à Santé Canada comment appliquer le règlement actuel. L'interprétation proposée exclurait la plupart des produits de modification génétique de la réglementation et permettrait aux développeurs de plantes de vendre des produits modifiés non réglementés sans en informer au préalable Santé Canada ou le public.

L'édition génique est un outil puissant. Ces nouvelles technologies génétiques permettent aux développeurs de plantes d'introduire des caractères qui ne seraient pas possibles en utilisant des techniques de sélection traditionnelles. Santé Canada reconnaît que les plantes développées à l'aide de la technologie d'édition des gènes sont différentes des plantes existantes et produites au moyen du génie génétique, mais le changement proposé en jugerait bon nombre comme «non nouvelles». 

Qui décide de ce qui est nouveau ou non? Les orientations proposées s'appuieraient sur les développeurs de plantes pour évaluer si leur nouvelle variété modifiée génétiquement est «nouvelle». Si une nouvelle plante est considérée comme «non nouvelle», il n'est pas nécessaire de déclarer son existence à Santé Canada avant de la mettre sur le marché. Santé Canada propose de mettre sur pied une «Initiative de transparence volontaire» (IVT) dans le cadre de laquelle les entreprises peuvent informer Santé Canada lorsqu'elles envisagent de mettre sur le marché un produit qu'elles jugent non nouveau. Si Santé Canada n'est pas d'accord, le produit devra peut-être subir une évaluation de l'innocuité. Cela augmenterait les coûts, il y a donc une forte incitation à mettre les produits sur le marché sans les signaler au VTI. 

Les orientations proposées manquent de preuves scientifiques et de transparence. Les résultats de l'édition génique ne sont pas connus à l'avance. Les connaissances scientifiques augmentent constamment grâce à un processus constant d'investigation, de test et de réfutation d'hypothèses, de publication des résultats et de conception de nouvelles expériences. Une approche réglementaire qui dit «nous n'avons pas besoin d'en savoir plus» avant que des produits génétiquement modifiés ne soient mis sur le marché est fondamentalement non scientifique. Créer également un mécanisme permettant à ces produits d'être commercialisés sans les identifier comme étant développés par édition de gènes est l'opposé de la transparence. 

Les agriculteurs canadiens ne devraient pas être confrontés à des produits inconnus de modification génétique dont l'innocuité n'a pas été évaluée par Santé Canada. Les agriculteurs savent que lorsque les cultures non approuvées sont rejetées par les marchés, ce sont eux qui en paient les coûts.

Les normes biologiques interdisent la technologie d'édition de gènes dans la production biologique certifiée. Les orientations proposées, en permettant une commercialisation non transparente des variétés modifiées génétiquement, créent un risque élevé que les agriculteurs certifiés biologiques utilisent par inadvertance ces variétés interdites. 

Retransformants. Santé Canada propose également de nouvelles directives réglementaires pour réduire les exigences réglementaires pour les plantes avec des caractères et / ou des séquences d'ADN qui ont déjà été examinées en partant de l'hypothèse qu'il est possible pour les développeurs de plantes d'apporter des changements «identiques» à la même variété à l'aide d'une nouvelle technologie, ou à une variété différente en utilisant la même technologie, et même à une variété différente en utilisant une nouvelle technologie. 

Recommandations NFU:

Tous les produits modifiés génétiquement devraient être réglementés comme nouveaux et donc soumis à une évaluation de la sécurité du gouvernement et à une notification préalable à la mise sur le marché. Cela permettrait à Santé Canada de maintenir sa capacité de réglementer les aliments dérivés de plantes génétiquement modifiées dans l'intérêt public. Cela garantirait aux agriculteurs l'accès aux informations dont ils ont besoin pour faire des choix éclairés sur les semences qu'ils achètent et les cultures qu'ils cultivent. La déclaration obligatoire avant la commercialisation réduirait le risque de rejet du marché en raison de la présence de variétés génétiquement modifiées non acceptables sur les marchés sensibles, y compris le marché certifié biologique. Une notification obligatoire préalable à la mise en marché fournirait également à Santé Canada les renseignements nécessaires à la traçabilité au cas où il aurait besoin de s'acquitter de ses responsabilités si un rappel d'aliments dérivés de plantes génétiquement modifiées était nécessaire.

Compte tenu du manque de preuves scientifiques solides et de la nouveauté de la technologie d'édition de gènes, il serait prudent de continuer à exiger des données complètes et à examiner les retransformants comme de nouveaux événements. Une fois ces produits sur le marché, ce seront les agriculteurs et les consommateurs qui assumeront le risque si les traitements réglementaires plus légers proposés entraînent un rejet du marché ou des problèmes de sécurité alimentaire. Nous recommandons donc que tous les retransformants continuent d'être évalués comme de nouvelles plantes avec de nouveaux caractères.

Retour au sommet