Région 8 | Opinion

Une industrie de la viande à petite échelle dynamique pour les Britanno-Colombiens

Recommandations de la NFU au ministère de l'Agriculture de la Colombie-Britannique

Le ministère de l'Agriculture a récemment publié un Papier d'intentions sur la «Modernisation de l'abattage rural». Nous sommes très heureux de voir le MoA s'attaquer aux problèmes complexes auxquels est confronté le secteur de la transformation de la viande en Colombie-Britannique et nous nous félicitons de l'opportunité d'influencer la réflexion du MoA alors qu'il s'efforce de traiter les politiques, les règlements et les incitatifs financiers essentiels qui seront nécessaires pour changement urgent et significatif. 

La Colombie-Britannique fait face à une crise de transformation de la viande; Les structures politiques et réglementaires provinciales actuelles ont créé une situation dans laquelle, malgré la forte demande de produits de viande locaux, durables et de niche, il y a un problème critique de capacité d'abattoir et de coupe / emballage. Les abattoirs sont une caractéristique absolument essentielle d'un système de viande à petite échelle dynamique et résilient, et à l'heure actuelle, le manque d'accès fiable aux abattoirs est le principal obstacle auquel sont confrontés les producteurs existants. Bien que la pandémie de Covid-19 ait exacerbé cette crise, il convient de souligner que ce problème existe depuis de nombreuses années. 

Il convient également de noter que même si Covid-19 a récemment révélé à de nombreuses personnes les vulnérabilités de l'industrie de la viande de la Colombie-Britannique, le gouvernement de la Colombie-Britannique consulte les intervenants de l'industrie depuis des années et est très conscient des problèmes. Heureusement, le MoA est bien placé pour prendre des mesures rapides et stratégiques en ce moment, car il a récemment subi une série de processus de consultation directement pertinents avec les parties prenantes de l'industrie. Bien que nous soutenions la consultation continue et que nous soyons heureux de voir que les producteurs et les consommateurs se voient à nouveau offrir la possibilité de fournir des commentaires, le ministère devrait disposer de suffisamment d'informations sur les consultations précédentes pour prendre des décisions éclairées et urgentes entre-temps tout en continuant à recueillir des réponses. 

Ce qui suit est une exploration des principales dynamiques auxquelles font face les agriculteurs, les abattoirs et les consommateurs de la Colombie-Britannique, ainsi que nos solutions proposées au problème. Ce rapport est le résultat de nos consultations approfondies auprès des producteurs et des intervenants de l'industrie.

Pour comprendre le contexte en Colombie-Britannique, il est impératif de comprendre la dynamique nationale au sens large. L'industrie canadienne de la transformation de la viande est dominée par une propriété excessive et une concentration géographique. Aujourd'hui, presque tout le bœuf vendu dans les épiceries canadiennes est transformé dans seulement trois usines de conditionnement de viande à haut débit et à haut débit appartenant à Cargill et JBS. Il s'agit d'un goulot d'étranglement évident dans l'industrie qui permet à ces deux multinationales d'avoir une influence indue sur le prix du bétail payé aux agriculteurs et le prix du bœuf payé par les consommateurs à l'épicerie. S'il est compromis (comme lors de la propagation du Covid-19 dans les usines), il laisse immédiatement toute l'industrie canadienne de la viande dans le désarroi, soulevant des questions sur la sécurité alimentaire des consommateurs et l'intégrité financière des producteurs qui dépendent des plantes. Comprendre cela montre clairement pourquoi un réseau de transformation de la viande intégré, diversifié et local est si urgent en Colombie-Britannique pour assurer la sécurité alimentaire des Britanno-Colombiens et la sécurité financière des éleveurs provinciaux. 

Le paysage de la transformation provinciale de la viande en Colombie-Britannique a changé après 2004 à mesure que des changements au régime d'abattage ont été introduits pour normaliser la salubrité des aliments et les protocoles d'abattage à l'échelle nationale. La mise en œuvre complète de ces changements a eu lieu en 2007 et a entraîné une restructuration du secteur. Avant ce changement, il y avait plus de 300 installations au service des communautés rurales et des éleveurs. Après 2007, il n'y avait que 13 usines inspectées par la province. En 2010, des licences d'abattage rural de classe D et E ont été introduites pour soutenir les producteurs mal desservis dans certaines zones rurales en permettant à un petit nombre de bétail d'être transformé selon des normes réglementaires moins strictes. À l'heure actuelle, le manque d'inspecteurs dans la province signifie que certaines installations de classe A et B sont incapables de fonctionner à pleine capacité. 

L'accès à la transformation de la volaille est également un défi majeur pour les petits producteurs. Toutes les installations de transformation à grande échelle sont conçues pour servir les producteurs qui font partie de la gestion de l'offre et qui ne sont pas en mesure d'accueillir de petits troupeaux. Les petits transformateurs de volaille jouent un rôle très important et font actuellement défaut en Colombie-Britannique. 

Aujourd'hui, l'activité des abattoirs est notoirement fragile, les abattoirs étant fréquemment entrés et fermés en raison de la nature saisonnière de l'entreprise, de faibles marges, d'un bassin de main-d'œuvre peu fiable (ou inexistant) et de coûts d'exploitation élevés. En outre, bon nombre d'entre eux vieillissent de l'entreprise. Les agriculteurs ne peuvent pas compter sur l'accessibilité de leur abattoir année après année, ce qui laisse les exploitants vulnérables à la compromission de l'ensemble de leur modèle d'entreprise. Les défis auxquels sont confrontés les agriculteurs de la Colombie-Britannique pour transformer leur viande aujourd'hui imposent d'énormes contraintes financières et temporelles aux agriculteurs déjà trop nombreux. De nombreux agriculteurs de la province conduisent entre 2 et 6 heures pour transporter le bétail jusqu'aux abattoirs (nous avons entendu des histoires de 14 heures de voyage cet automne). Les longueurs de ces disques sont de plus en plus intenables. Il n'est pas sûr pour des agriculteurs déjà épuisés d'être forcés de conduire sur des routes dangereuses dans de mauvaises conditions météorologiques juste pour transformer leurs animaux. De plus, il y a une forte préoccupation en matière de bien-être animal avec ces longs transports, ainsi qu'une empreinte carbone croissante imposée aux petits agriculteurs.

La pandémie de Covid-19 a exercé encore plus de pression sur un système déjà au maximum. Il y a eu une augmentation du nombre de Britanno-Colombiens élevant du bétail pour la consommation domestique, une augmentation du nombre de chasseurs ayant besoin de couper et emballer, une nouvelle demande de la part des producteurs qui délaissent une partie de leur bétail de la production commerciale (envoi des veaux à la cour) pour diriger la commercialisation en réponse à Covid-19 et une demande accrue des producteurs à long terme qui ont augmenté la production en raison de la demande des consommateurs post-Covid. Par conséquent, les abattoirs de la province sont déjà complets pour 2020, et bien avant 2021. Certains producteurs voient leurs réservations de l'automne 2020 complètement annulées. Depuis le printemps, les exploitants d'abattoirs ont connu une demande sans précédent, les laissant épuisés et ayant du mal à suivre. Il y a beaucoup de bétail qui sera abattu sans surveillance cet automne en raison du manque d'alternatives. En outre, de nombreux agriculteurs et éleveurs rateront l'opportunité sans précédent que la pandémie de Covid-19 a créée pour développer leurs activités et contribuer à leurs économies locales et à leur sécurité alimentaire. Sans accès aux services d'abattage et de transformation, ces opportunités continueront d'être perdues.  

L'ensemble du modèle commercial des petits producteurs de viande dépend de leur capacité à tuer et à transformer de manière fiable le bétail qu'ils ont élevé. Nous devons agir maintenant pour jeter les bases d'un secteur de la viande plus résilient, plus respectueux du climat et plus prospère financièrement en Colombie-Britannique. Nous sommes ravis de voir que le ministère de l'Agriculture travaille pour s'attaquer à cette crise et souhaitons saisir cette opportunité pour articuler une voie d'action proposée.  

Les mesures nécessaires:

  1. Abattage immédiat à la ferme + mesures d'urgence pour la capacité de coupe / emballage
    1. Le bétail excédentaire cet automne sera abattu d'une manière ou d'une autre. La province serait sage d'instaurer une mesure d'urgence qui légalise l'abattage à la ferme afin de pouvoir suivre ce qui se passera dans les deux cas. 
    2. Pour faire face à l'augmentation du nombre d'animaux abattus, il faut des incitations pour que les boucheries locales facilitent l'augmentation des heures du personnel et un espace plus frais afin de traiter ces animaux. Cela pourrait ressembler à la location d'un entrepôt frigorifique temporaire et à la fourniture d'un logement temporaire au personnel temporaire.
  2. Repenser les licences
    1. La surveillance doit correspondre au risque. Les risques de contamination des aliments pour les grandes opérations sont différents de ceux des petites exploitations et des transformateurs. La structure actuelle des licences doit être mise à jour pour refléter les besoins de ce marché émergent et réglementée de manière proportionnée au risque plus faible et à la traçabilité accrue de la chaîne alimentaire plus courte créée par l'agriculture à petite échelle et marketing consommateur. De plus, une éducation et un soutien appropriés devraient être fournis à toutes les échelles de transformateurs. 
    2. Les restrictions régionales de traitement et de distribution doivent être levées.
  3. Autres méthodes d'inspection
    1. L'inspection virtuelle devrait être mise en œuvre pour faciliter un meilleur accès aux services d'inspection pour les opérations plus petites et moins risquées. Cela permettrait également à moins d'inspecteurs d'inspecter plus d'animaux.
  4. Soutenir et encourager les nouvelles installations de coupe / emballage
    1. Offrir une assistance dans la mise à niveau et la rénovation des installations existantes.
    2. Créer des bourses pour soutenir la formation du personnel. 
    3. Soutien financier et logistique pour permettre aux nouveaux opérateurs de mettre en ligne de nouvelles installations le plus rapidement possible.
  5. Éducation
    1. Nous devons créer une main-d’œuvre prospère et qualifiée. Le MoA peut tirer parti du fait que la Colombie-Britannique est l'une des seules provinces à reconnaître la boucherie comme un métier spécialisé, pour attirer des étudiants et des gens de métier afin de répondre à la demande de bouchers qualifiés en Colombie-Britannique. 
    2. Mettre à jour le programme de transformation de la viande existant à TRU et développer de nouveaux programmes de boucherie et d'abattage qui répondent au marché de niche croissant des produits carnés de la ferme à la table, en se concentrant sur le développement des compétences de boucherie animale entière et des services de boucherie à valeur ajoutée.
    3. Créer des bourses et autres incitatifs pour que les nouveaux bouchers aient accès à l'éducation et pour les employeurs d'offrir des stages. Pour faire de l'abattage et de la boucherie un cheminement de carrière plus souhaitable, les subventions salariales devraient être fortement envisagées.

Il convient de noter que toutes les mesures prises par le MoA doivent être rentables pour les agriculteurs. 

Qu'est-ce qu'une petite industrie de la viande dynamique offre aux Britanno-Colombiens?

  1. Changement climatique
    1. Accès aux abattoirs locaux:
      1. facilite la viande finie à l'herbe et les systèmes de pâturage régénératifs, maximisant les avantages de la construction du sol et de la biodiversité
      2. sous-tend les efforts visant à déplacer la viande d'une protéine de base bon marché vers une nourriture de haute qualité et de plaisir - un produit avec son propre terroir. Cela peut signifier que les agriculteurs ont des marges plus élevées, qu'ils peuvent gagner leur vie avec moins d'animaux et que, par conséquent, le nombre d'animaux dans la province (et les émissions qui en découlent) peut légèrement diminuer même lorsque les revenus augmentent.
      3. favoriser des relations directes entre les agriculteurs et les mangeurs qui peuvent avoir les mêmes effets d'amélioration des marges
      4. rendre possible des chaînes d'approvisionnement courtes qui réduisent les émissions des transports.
      5. rendre possible des systèmes de préservation de l'identité et d'étiquetage qui mettent en évidence la viande à faibles émissions et durable, en améliorant encore les marges et en donnant aux consommateurs la possibilité de choisir des options à faibles émissions.
  2. Sécurité alimentaire et reprise de Covid 
    1. Covid-19 a amené de nombreuses personnes à affronter la fragilité de notre système alimentaire mondialisé. Comme plus de 95% du bœuf sur les tablettes des épiceries de la Colombie-Britannique provient de trois usines situées à l'extérieur de la province, il est essentiel pour la sécurité alimentaire des Britanno-Colombiens de prendre des mesures immédiates pour garantir l'accès à la transformation de la viande locale. Si nous voulons la sécurité alimentaire dans la province, il est impératif que les agriculteurs et les consommateurs ne soient pas redevables à deux multinationales.
  3. Économies locales et développement des communautés rurales 
    1. L'augmentation de la demande d'aliments produits localement, en particulier de viande, a les ingrédients d'une réussite économique. La transformation de la viande et les diverses activités d'élevage et de bétail adjacentes qui prospéreront en raison de leur présence ont la possibilité d'être une source émergente de prospérité locale dans les collectivités rurales en difficulté de la Colombie-Britannique. 
  4. Bien-être animal
    1. Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par le bien-être animal. Permettre l'abattage à la ferme et réduire les distances entre la ferme et l'abattoir est une étape clé pour améliorer le bien-être animal. 

 

Nous devons faire face à la crise croissante de la transformation de la viande et veiller à ce que les actions positives et immédiates ne soient pas contrecarrées. Une industrie de transformation de la viande florissante et résiliente servira les objectifs économiques, nutritionnels, sociaux, de développement communautaire, de production alimentaire et de changement climatique de tous les Britanno-Colombiens.

Par Freya Kellet, coordonnatrice du changement climatique de la NFU - Colombie-Britannique

Retour au sommet