Région 3 | Communiqué de presse

Protéger les pollinisateurs de l'Ontario - Qui a abandonné la discussion, qui est resté?

Rapport de la réunion des parties prenantes de 18 dans le secteur agricole en décembre

par Ann Slater, Union Nationale des Fermiers Vice-président (politique)

En décembre 18, 2014 le Union Nationale des Fermiers a envoyé deux représentants à la réunion de mobilisation des intervenants agricoles sur la proposition du gouvernement de l'Ontario sur la santé des pollinisateurs. Le but de la réunion, selon les représentants du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario et du ministère de l'Environnement, était de donner aux agriculteurs et aux organisations agricoles l'occasion de fournir des commentaires sur les éléments clés du règlement proposé pour restreindre l'utilisation de semences de maïs et de soja traitées aux néonicotinoïdes en Ontario.

La journée s'est ouverte avec les remarques liminaires de l'hon. Jeff Leal, ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales. Il a réitéré l'engagement du gouvernement à réglementer l'utilisation des semences traitées aux néonicotinoïdes. Après avoir souligné la nécessité d'une conversation solide et constructive avec la communauté agricole sur la façon de rendre le règlement pratique et réalisable, il a donné la parole aux organisations présentes à la réunion pour qu'elles fassent leurs propres déclarations.

Les Grain Farmers of Ontario ont été les premiers à s'exprimer. Ils ont dit qu'ils n'étaient pas d'accord avec la proposition de règlement et présenteraient leur propre proposition sur la santé des pollinisateurs au cours de la nouvelle année. Puis ils sont sortis de la réunion. L'Association canadienne du commerce des semences, l'organisation qui représente les multinationales et les petites entreprises semencières, a indiqué que son objectif était un véritable dialogue, mais qu'elle ne pouvait pas non plus participer à la réunion. Ils ont quitté la réunion. Ted Menzies, ancien député et actuel président de CropLife Canada, une organisation commerciale représentant les fabricants et les distributeurs de produits antiparasitaires et de biotechnologie végétale, a qualifié le règlement proposé d'attaque contre l'agriculture moderne et l'économie rurale. Il s'est dit préoccupé par le fait que CropLife Canada n'avait pas pris place à la table pendant l'élaboration de la politique ontarienne sur la santé des pollinisateurs. M. Menzies et les autres représentants de CropLife Canada ont quitté la réunion, tout comme les représentants de l'Association of Equipment Manufacturers, de l'Ontario Agri Business Association et du Canola Council of Canada.

Des représentants de plusieurs organisations agricoles ont fait des déclarations à l'appui du plan d'action proposé pour la santé des pollinisateurs (section A de la proposition), mais en même temps, ils ont exprimé des inquiétudes quant à l'intention du gouvernement provincial d'utiliser une approche réglementaire pour réduire l'utilisation du maïs traité aux néonicotinoïdes. et les semences de soja de 80 pour cent d'ici 2017. Outre les organisations de l'industrie énumérées ci-dessus, les personnes présentes sont restées à la réunion pour contribuer au dialogue.

Dans sa déclaration au ministre, le Union Nationale des Fermiers (UNF) a exprimé son soutien à la proposition de règlement visant à réduire l'utilisation de semences de maïs et de soja traitées aux néonicotinoïdes, tout en laissant la possibilité de continuer à utiliser des semences traitées pour les agriculteurs qui peuvent en démontrer le besoin. le UNF a noté que notre position est basée sur des recherches et des études menées par des scientifiques publics canadiens - des scientifiques qui ne sont pas influencés par les sociétés chimiques et semencières qui produisent et vendent des néonicotinoïdes et des semences traitées. En particulier, nous avons fait référence à la conclusion de 2013 de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada selon laquelle le L'utilisation actuelle de semences traitées aux néonicotinoïdes dans le maïs et le soya n'est pas durable, de même que les recherches menées par le personnel du MAAARO qui indiquent que les semences traitées n'offrent des avantages de lutte contre les insectes que sur XNUMX à XNUMX pour cent des acres de maïs et de soya de l'Ontario.

Un dialogue précieux a eu lieu en décembre 18 entre diverses organisations agricoles et des représentants des gouvernements, même si les représentants d’associations agroalimentaires se sont retirés. Le gouvernement a indiqué qu'il adoptera une approche réglementaire pour réduire l'utilisation des traitements de semences aux néonicotinoïdes dans le but d'améliorer la santé des pollinisateurs.

Les agriculteurs doivent apporter leur contribution pour s'assurer que la réglementation est applicable et pratique. L’Union nationale des fermiers fournira des informations supplémentaires au gouvernement sur le règlement proposé au début de l’année prochaine. Nous encourageons les agriculteurs et le public à participer au processus de consultation via le registre EBR (012-3068) ou en envoyant des commentaires à PollinatorHealth@Ontario.ca.

Ann Slater est la Union Nationale des Fermiers Vice-président (politique). Elle peut être atteinte à 519-349-2448 ou aslater@quadro.net.

Retour au sommet