Politique

Commentaires du NFU sur la réévaluation des pollinisateurs par la clothianidine et le thiaméthoxame

Commentaires soumis par la NFU sur les décisions de réévaluation des pollinisateurs proposées concernant la clothianidine et le thiaméthoxame (PRVD2017-23 et PRVD2017-24)

L’Union nationale des fermiers (UNF) est la plus grande organisation agricole à adhésion directe volontaire du Canada, qui représente les agriculteurs familiaux de tous les coins du pays, dans tous les secteurs de l’agriculture. Nous croyons que les fermes familiales devraient être les principaux producteurs d'aliments au Canada. Nous travaillons à la promotion d'un système alimentaire reposant sur des fermes familiales financièrement viables, qui produisent des aliments de qualité, sains et sans danger. encourager les pratiques respectueuses de l'environnement qui protégeront nos précieux sols, notre eau, notre biodiversité et nos autres ressources naturelles; et promouvoir la justice sociale et économique pour les producteurs de denrées alimentaires et tous les citoyens.

En XNUMX, le UNF appuie la décision proposée par Santé Canada de protéger les pollinisateurs en modifiant les méthodes d'utilisation de la clothianidine et du thiaméthoxame.

La clothianidine et le thiaméthoxame sont des insecticides néonicotinoïdes qui sont de plus en plus préoccupants en raison de leurs effets sur les organismes non ciblés, y compris les pollinisateurs domestiques et sauvages. La clothianidine et le thiaméthoxame affectent les pollinisateurs, entraînant la mort et / ou une altération du pouvoir à la suite d'une exposition aiguë et chronique, au niveau individuel et au niveau de la population. Ces insecticides sont systémiques. Lorsque les plantes sont traitées avec l'un de ces produits, l'ingrédient actif est absorbé et distribué dans toute la plante - y compris son nectar et son pollen - et est sécrété par les exsudats racinaires et les gouttelettes de guttation. Ces insecticides sont solubles dans l'eau, ce qui leur permet de s'écouler avec les eaux souterraines et le ruissellement de surface, affectant les sols dans et au-delà de la zone d'application. Ils sont persistants dans les sols et peuvent donc être absorbés par les plantes cultivées dans les zones touchées la saison suivante.

Pour protéger les pollinisateurs, la clothianidine sera progressivement éliminée pour l'application foliaire (pulvérisation) sur les arbres de verger et les fraises, ainsi que sur les terrains en gazon municipaux, industriels et résidentiels. La pulvérisation avant la floraison sera réduite à une fois par saison pour les légumes cucurbitacées (concombres, courges, etc.). L'utilisation autorisée de clothianidine en tant que traitement de semences pour les cultures céréalières sera modifiée afin de nécessiter des mesures de contrôle de la poussière.

La pulvérisation de thiaméthoxame sera progressivement supprimée pour une application foliaire (pulvérisation) sur des plantes ornementales entraînant une exposition des pollinisateurs, des vergers, des légumineuses, des légumes-fruits extérieurs et des cultures de baies avant ou pendant la floraison. Les applications ornementales de thiaméthoxame dans le sol, qui entraîneront une exposition des pollinisateurs, seront progressivement supprimées, de même que l'application au sol sur les cultures de baies, de cucurbitacées et de légumes-fruits. L'utilisation autorisée du thiaméthoxame en tant que traitement de semences pour les cultures de céréales et de légumineuses sera modifiée afin de nécessiter des mesures de contrôle de la poussière.

En XNUMX, le UNF demande que le principe de précaution soit appliqué dans la réglementation des produits chimiques agricoles afin de protéger la biodiversité, la productivité à long terme des sols, ainsi que la sécurité et la pureté des eaux de surface et des eaux souterraines. le UNF fait également la promotion de l'utilisation de la souveraineté alimentaire - le droit des peuples à une alimentation saine et culturellement appropriée produite par des méthodes écologiquement saines et durables, et leur droit de définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles - comme cadre des politiques agricoles et alimentaires du Canada. L'un des piliers de la souveraineté alimentaire est de travailler avec la nature en optimisant les contributions des écosystèmes et comme moyen d'améliorer la résilience de notre système alimentaire.

Les alternatives à la clothianidine et au thiaméthoxame doivent être comprises comme un large ensemble de stratégies, et non simplement comme des insecticides agrochimiques différents. Lorsque les pesticides sont utilisés à plusieurs reprises - et en particulier s'ils sont utilisés comme allié prophylactique, ou «juste au cas où» - les espèces de ravageurs développent rapidement une résistance, conduisant à une utilisation accrue du pesticide et à de plus grands dommages collatéraux aux écosystèmes.

Nous exhortons Santé Canada et Agriculture et Agroalimentaire Canada à promouvoir activement la recherche et l'éducation en matière de lutte antiparasitaire intégrée par le biais de programmes financés par des fonds publics qui englobent non seulement des insecticides moins toxiques, mais également l'utilisation de solutions au niveau du paysage telles que la plantation / l'entretien d'un les prédateurs des parasites; techniques agricoles telles que la rotation des cultures et les pratiques de travail du sol; et l'utilisation de contrôles biologiques et de micro-organismes. Nous encourageons vivement les gouvernements fédéral et provinciaux à aider les agriculteurs à adopter des méthodes de lutte intégrée contre les ravageurs afin de réduire la quantité de produits chimiques agricoles toxiques appliqués à nos terres agricoles.

Nous exhortons également Santé Canada à plaider en faveur de, et AAC, de financer intégralement la sélection végétale publique pour les variétés de cultures résistantes aux insectes nuisibles. Le blé tolérant au moucheron du blé, élevé au Crop Development Centre de l’Université de la Saskatchewan, par exemple, connaît un franc succès. Le canola poilu d'Agriculture Canada qui résiste aux altises est un autre exemple. Cependant, il n'a pas encore été mis à la disposition des agriculteurs.

L'évaluation par Santé Canada des effets de la clothianidine et du thiaméthoxame sur les pollinisateurs était rigoureuse et conservatrice. Les mesures proposées pour réduire les impacts sont nécessaires. Nous pensons que la décision proposée est une étape positive et nous l’appuyons pleinement. Nous demandons également à l'ARLA de mettre en place une surveillance et une mise en application efficaces pour garantir la conformité.

Respectueusement soumis par

L’Union nationale des fermiers
Retour au sommet