National | Communiqué de presse

La NFU demande une résolution rapide et équitable du lock-out de la raffinerie coopérative

Saskatoon - Le Syndicat national des cultivateurs est profondément préoccupé par le fait que Federated Co-operatives a mis en lock-out des travailleurs syndiqués au Co-op Refinery Complex de Regina. La NFU a envoyé un lettre au conseil d'administration, les exhortant à mettre immédiatement fin au lock-out et à retourner à la table de négociation de bonne foi.

La NFU soutient le modèle commercial coopératif. De nombreux membres de la NFU choisissent d'utiliser des produits de raffinerie coopérative, y compris du carburant diesel agricole, du gaz et du pétrole. L'une des raisons de l'utilisation des produits coopératifs est que les coopératives sont des entreprises qui ne se limitent pas au résultat net, mais se sont engagées à respecter les «principes coopératifs» internationalement acceptés, qui incluent le souci de la communauté. Avec ce lock-out, il est devenu plus difficile de voir en quoi les coopératives fédérées sont différentes des autres entreprises.

Il est troublant qu'une question clé dans le différend soit de savoir si les travailleurs pourront utiliser les pensions précédemment convenues par le biais de négociations collectives et acquises au cours de leur carrière à la raffinerie, ou s'ils seront obligés d'accepter une pension qui a moins de valeur. Un recul des retraites est un problème pour toute la communauté: renier la promesse de retraite est un moyen pour les entreprises de transférer une partie de l'argent gagné par les travailleurs dans les actifs de l'entreprise. Si la coopérative réussit, d'autres entreprises seront encouragées à saisir les fonds de pension de leurs employés.

Il est également troublant d'apprendre que la direction de la coopérative s'était préparée à un lock-out prolongé en construisant un camp de travail pour abriter les briseurs de grève et qu'elle a dépensé des ressources pour des vols en hélicoptère afin de transporter des briseurs de grève sur la ligne de piquetage. La direction de la coopérative a apparemment beaucoup investi dans des mesures visant à prolonger le différend.

La position de la NFU est que les lois fédérales et provinciales du travail devraient interdire l'embauche de briseurs de grève pendant les grèves légales ou les lock-out, afin d'assurer l'efficacité de la libre négociation collective.

En solidarité avec Unifor 594, la NFU demande la fin rapide du lock-out, demande instamment la négociation de bonne foi et encourage la médiation pour résoudre les problèmes en suspens.

- 30 -

Pour plus d'informations:

Glenn Norman, NFU 1er vice-président, Politique: (403) 227-2253

 

 

 

 

 

Retour au sommet