Région 3 | Communiqué de presse

L'UNF exige le gouvernement Ontarien de renverser ses coupures aux services de langues française.

Saskatoon - À la suite de rassemblements dans plus de 40 collectivités de l'Ontario ce week-end, le Syndicat national des cultivateurs (NFU) demande au gouvernement de l'Ontario de respecter les améliorations et la culture que les Franco-Ontariens ont apportées à notre société.

"Nos membres en Ontario et particulièrement nos fermiers et fermières francophones ont cherchés du soutien de l’organisme et de ces membres à travers le pays parce qu’ils et elles sont concernés par les coupures de services et nous sommes fiers de se tenir debout avec eux » a noté Katie Ward (Chiasson), Présidente de l’UNF. “L’enseignement agricole est offert en français en Ontario par l’entremise des programmes du Collège Boréal, La Cité Collégiale, et de la Ferme d’Éducation et de Recherche du Campus Alfred (FERCA), et nous encourageons une expansion des services d’enseignement post-secondaire en français plutôt qu’une promesse non tenue qui recule devant le progrès.”

«Un ombudsman indépendant des services en français est essentiel», a souligné Marcelle Paulin, membre du conseil d'administration du Syndicat national des cultivateurs de l'Ontario (NFU-O) du nord de l'Ontario. «En plus de recevoir et d'agir sur les plaintes, un bureau de l'ombudsman serait en mesure de défendre les responsabilités et les obligations des ministères, y compris le MAAARO / MAARO, envers les citoyens, y compris nos agriculteurs francophones.

«En raison de la crise démographique à laquelle sont confrontés les agriculteurs vieillissants en Ontario et partout au Canada, nous devons travailler sans relâche pour encourager les nouveaux agriculteurs et les aider à accéder à la terre et à créer de nouvelles entreprises agricoles», a ajouté Christopher Kelly-Bisson, qui est actuellement membre associé. de la NFU pendant qu'il suspend temporairement son entreprise agricole pour obtenir un doctorat à l'Université d'Ottawa sur la consolidation de la propriété des terres agricoles et la spéculation en Ontario et au Québec. «Les jeunes francophones et les nouveaux arrivants au Canada avec une formation agricole qui arrivent de pays francophones ont besoin du soutien de services gouvernementaux dans leur langue pour permettre à l'Ontario d'être ouvert aux affaires en matière d'agriculture.

Pour en savoir plus :
Katie Ward, Président UNF: (613) 797-0601
Marcelle Paulin, Membre du conseil régional UNF-O: (807) 977-1631
Christopher Kelly-Bisson, Membre associé, ONF: (613) 220-1152

Retour au sommet