Région 3 | Des lettres

Lettre de l'UNF à l'Office national de l'énergie, septembre 7, 2016

Re: Ordonnance d'audience OH-002-2016 - Fichier OF-Fac-Oil-E266-2014-01 02
Projet Énergie Est, projet de transfert d'actifs et projet du réseau principal de l'Est (le projet)
Commentaire sur les avis de motion à partir de Stratégies Énergétiques (SE) et l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Et Initiative de transition Kenora (TIK).
Ce mémoire fait suite à l'invitation de l'Office national de l'énergie de répondre par écrit aux demandes des deux organisations québécoises (SE et AQLPA, 11/16 août) et à l'avis de motion présenté par TIK (22/16 août). Cette soumission est faite au nom du Union Nationale des Fermiers (UNF).
Préambule
L' UNF a suivi les informations qui se sont dégagées concernant des réunions secrètes et non autorisées entre des membres du personnel supérieur de l'Office national de l'énergie (l'Office) et diverses parties externes. Les détails de ces réunions, qui ont eu lieu à Montréal en janvier 2015, sont apparus le mois dernier. Ces détails ont sérieusement porté atteinte à la réputation de l'ONÉ et à sa capacité de rendre éventuellement une décision crédible et légitime concernant le projet Énergie Est. Ces détails ont également donné lieu à des motions officielles devant l'ONÉ.
L' UNF se félicite de la décision du Conseil d'ajourner les séances du comité sur ce projet jusqu'à ce qu'il ait traité les deux motions dont il était saisi. L'ONÉ fait clairement face à une crise de confiance et ne peut tout simplement pas aller de l'avant tant que les questions de gouvernance, de responsabilité, de légitimité et de transparence ne sont pas résolues.
En ce qui concerne le processus à venir, cet intervenant souligne qu'il n'est pas clair si les demandes /demandes ES et AQLPA ont le même poids procédural que l’avis de motion ultérieur de TIK. Cet intervenant ne sait pas non plus quel est le statut juridique / le poids procédural de la demande ultérieure de M. Marc Beshai (Bélanger Avocats, août 30 / 16) demandant tous les documents relatifs aux réunions de janvier 2015. Ce qui est clair, c’est que toutes ces soumissions formelles reflètent la profonde préoccupation des divers groupes face à ce qui s’est passé, leur désir de connaître la vérité et la nécessité de rétablir la confiance du public dans notre conseil d’administration. le UNF partage le même point de vue: ce qui s’est passé à Montréal en janvier 2015 était tout à fait inapproprié, nous devons aller au fond des choses, et des mesures correctives efficaces doivent être prises.
Il convient de noter que les trois communications officielles mentionnées ci-dessus ne sont pas identiques. Chacun a ses propres priorités et ses propres demandes de la part du conseil.
1. Lettre de Neuman(Août 11 / 16)
Dans sa lettre au nom de Strategies Energetiques (SE) et de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Dominique Neuman énumère sept demandes /demandes du conseil. Cette lettre est disponible uniquement en français. Cet intervenant traduit le demandes comme suit:
1. Récusation des membres Mercier et Gauthier du panel de l'ONE.
2. Récusation du membre George du groupe à moins que celui-ci ne déclare officiellement qu'il n'était pas au courant des réunions à Montréal ou qu'il était au courant et s'opposait activement aux réunions.
3. Retrait par le président Watson et le vice-président Mercier du dossier Énergie Est et leur remplacement par un président et un vice-président par intérim.
4. Suspension des audiences d'Énergie Est jusqu'à la formation d'un nouveau comité.
5. Suppression du fichier Énergie Est de tous les employés ayant pris part aux réunions de Montréal et destitution de leurs superviseurs.
6. Publication de tous les documents et informations de l'ONÉ relatifs aux réunions de Montréal.
7. Mise en place par le futur panel d'une enquête et d'audiences spéciales en vue de déterminer ce qui s'est passé. Ce processus aurait lieu avant la reprise des audiences d'Énergie Est. Il faudrait que toutes les personnes impliquées dans les réunions de Montréal témoignent et se soumettent à un contre-interrogatoire.
L' UNF convient que les mesures ci-dessus doivent être prises pour les raisons exposées dans Mme. Les observations de Neuman, qui sont dans le dossier public et n'ont pas besoin d'être reformulées ici.
2. Avis de motion de Transition Initiative Kenora(TIK, août 22 / 16)
Ce document a été soumis par deux avocats représentant TIK. Il demande officiellement la récusation des membres Gauthier et Mercier du groupe Énergie Est. Ce document demande également que l'affaire soit renvoyée à la Cour d'appel fédérale si les récusations ne se produisent pas.
La soumission de TIK contient un énoncé des faits entourant les réunions de Montréal (du mieux qu'ils pourraient être déterminés, sur la base des informations disponibles à l'époque) et les motifs de la motion de TIK. Cette dernière section couvre dix pages et fournit une superbe analyse du cadre juridique que l'ONÉ est tenu de respecter. Ce cadre est défini dans les Manuel de gouvernance, il est Code de Conduite et Annexe 2 - Lignes directrices pour les réunions des membres du conseil avec les parties prenantes (les «Directives) et ses procédures de sauvegarde.
Il convient de souligner que si l'analyse de TIK est correcte, les règles internes de l'ONÉ sont aussi claires que nécessaire. Il semble inconcevable que le personnel de l'ONÉ qui a participé aux réunions de Montréal ait pu aussi méconnaître ces règles. Cela s'applique avant tout au président Watson: le président est sans doute la personne la plus chargée de s'assurer que les règles internes sont respectées et que la réputation de l'ONÉ est maintenue.
Les arguments avancés par TIK ne seront pas rappelés ici; il suffit de mentionner que le document de TIK conclut: «En somme, les lignes directrices n'ont pas été prises en compte en gros» (TIK, p. 13). À quoi il faut ajouter que les Directives n'ont pas été globalement respectées - non pas par le personnel subalterne du Conseil, mais à plusieurs reprises par ses plus hauts fonctionnaires.
L' UNF soutient les motions de la TIK et félicite ses auteurs pour la description détaillée du cadre juridique qui régit les activités du conseil.
*La présentation de Neuman et le document TIK sont accessibles via l’affichage de l’ONÉ à l’adresse suivante: https://tinyurl.com/gufuxpn (Août 23 / 16) qui fournit également un contexte pour la UNFcommentaire formel de.
Cette demande a été présentée par Me Marc Bishai, avocat chez Bélanger Avocats, au nom de quatre groupes environnementaux du Québec. Sa lettre indique qu'une demande d'accès à l'information a été déposée et répertorie huit catégories de documents demandés.
L' UNF soutient sa demande pour ces documents. Comme l'a souligné Mme. Belanger (ci-dessus, #2) dans ses 6th et 7th demandes, il est important que ce qui s'est passé exactement soit découvert et divulgué. Il est peu probable que la confiance du public à l’égard de l’ONE soit rétablie à moins que toutes les informations pertinentes aient été rendues publiques.
Résumé
L'ONÉ est l'une de nos institutions fédérales les plus vitales pour de multiples raisons: l'énergie est essentielle à notre économie, le transport de l'énergie comporte des risques pour la sûreté, la sécurité et l'environnement, il y a des intérêts corporatifs et publics concurrents à équilibrer, etc. Pour ces raisons et d'autres il est impératif que le personnel de l'ONÉ soit lié par des règles claires et prudentes. Le fait que des règles aussi claires puissent être violées à plusieurs reprises par les cadres supérieurs du Conseil est profondément troublant.
Tout aussi troublant est le refus constant des responsables de l'ONÉ que quelque chose d'inapproprié s'est produit à Montréal. À la connaissance de cet intervenant, l'ONÉ a fait deux déclarations concernant les réunions de Montréal. Les deux déclarations contiennent le même libellé: «… à aucun moment les représentants de l'ONÉ aux réunions n'ont permis une discussion inappropriée….» Cela fait près de deux ans et le Conseil n'a jamais reconnu que les politiques de l'ONÉ interdisaient de telles réunions au départ. La violation répétée des règles par les cadres supérieurs de la Commission est clairement «inappropriée» (c'est le moins qu'on puisse dire) et soulève une multitude de questions qui nécessitent maintenant des réponses honnêtes.
L' UNF appuie fermement les actions demandées dans les trois mémoires susmentionnés et exhorte l'ONÉ à y donner suite. Les Canadiens doivent avoir pleinement confiance en leur organisme de réglementation de l'énergie. À moins que les réunions de Montréal de janvier 2015 ne fassent l'objet d'une enquête approfondie, les citoyens se demanderont à jamais ce qui s'est réellement passé et pourquoi, et mettront ainsi en doute l'intégrité et la légitimité de l'ONÉ de ses décisions. Les violations de haut niveau justifient une enquête de haut niveau.
Respectueusement soumis par:
Rick Munroe
Union Nationale des Fermiers
Île Howe, ON
Retour au sommet