National | Communiqué de presse

La NFU félicite le gouvernement d'avoir pris des mesures contre les émissions d'engrais azotés

Woodlawn, ON -Le 11 décembre, le gouvernement fédéral a publié son plan: Un environnement sain et une économie saine: le plan climatique renforcé du Canada pour créer des emplois et soutenir les gens, les collectivités et la planète. Dans le cadre de ce plan, le gouvernement fédéral:

Fixer un objectif national de réduction des émissions d'engrais de 30% sous les niveaux de 2020 et travailler avec les fabricants d'engrais, les agriculteurs, les provinces et les territoires pour élaborer une approche pour l'atteindre.

Les émissions agricoles canadiennes augmentent, et cette augmentation est entièrement attribuable à l'augmentation des émissions provenant de l'utilisation d'engrais azotés. (Les émissions provenant de la combustion de combustibles fossiles à la ferme et du bétail sont stables ou en baisse.) Dans les provinces des Prairies, le tonnage d'azote utilisé a doublé au cours des trois dernières décennies. L'engrais azoté est unique parmi tous les matériaux et processus humains, en ce qu'il est un contributeur majeur de tous les trois principaux gaz à effet de serre (GES): l'oxyde nitreux, dans son utilisation; le dioxyde de carbone, dans sa fabrication; et le méthane, à partir de sa matière première de gaz naturel. 

La présidente de la NFU, Katie Ward, a accueilli cette annonce en déclarant: «Réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture canadienne signifie réduire les émissions des engrais azotés. Les agriculteurs sont très heureux que le gouvernement fédéral se soit fixé un objectif de réduction. Nous sommes maintenant impatients de travailler avec le gouvernement pour élaborer les politiques, les programmes et les incitations qui permettront aux agriculteurs d'atteindre cet objectif.

La NFU est un membre fondateur de Farmers for Climate Solutions (FCS). La NFU et le FCS travaillent à l'élaboration de politiques et de programmes qui peuvent permettre aux agriculteurs de maintenir les rendements des cultures et d'augmenter leurs revenus nets tout en réduisant l'utilisation des intrants et les émissions. La NFU estime qu'il existe de nombreuses façons d'aider les agriculteurs à réduire l'utilisation d'azote, y compris des politiques et des programmes fédéraux visant à:

  • Embaucher des agronomes indépendants et fonctionnaires pour travailler avec les agriculteurs afin de réduire le tonnage d'engrais et l'utilisation des intrants en général tout en maintenant des rendements adéquats;
  • Financer l'échantillonnage supplémentaire du sol et d'autres activités de surveillance et de collecte de données pour mesurer les niveaux d'azote résiduel pendant la culture et en fin d'année et les émissions liées aux engrais;
  • Aider tous les agriculteurs à élaborer des plans de gestion des éléments nutritifs, à adopter des mesures d'efficacité des engrais telles que 4R * et à trouver des alternatives à l'azote synthétique;
  • Mandater les fabricants d'engrais pour réduire les émissions de dioxyde de carbone et de méthane dans les installations de production; et
  • Accroître le soutien aux systèmes de production alternatifs tels que l'agriculture biologique, régénérative et agroécologique - en aidant les agriculteurs à obtenir la fertilité de sources biologiques plutôt qu'industrielles.

«Les agriculteurs veulent faire notre part pour réduire les émissions canadiennes et respecter nos engagements internationaux en matière de climat. Nous nous réjouissons de cette annonce du gouvernement fédéral et avons hâte de nous associer à lui. Mais nous devons nous assurer que des fonds fédéraux et provinciaux adéquats sont alloués pour atteindre cet objectif et que toutes les politiques et tous les programmes fonctionnent pour soutenir et augmenter le revenu agricole net », a conclu le président de la NFU.

* 4R signifie la bonne formulation d'engrais, au bon moment, au bon endroit, au bon taux.

- 30 -

Pour plus d'informations:

Katie Ward, présidente de la NFU: (613) 797-0601

Darrin Qualman, directeur de la politique et de l'action en cas de crise climatique à la NFU: (306) 230-9115

Retour au sommet