National | Communiqué de presse

Un incident de contamination par le blé GM rappelle la nécessité d'une meilleure réglementation

Saskatoon - L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a publié des informations sur un incident survenu en Alberta au cours du mois de juin, où une petite parcelle de blé génétiquement modifié non approuvé a été découverte. Les plants de blé ont un trait de tolérance aux herbicides résistant au glyphosate qui a été développé et testé par Monsanto sur des parcelles de plein air il y a quinze ou vingt ans. Le site d'essai le plus proche se situe à plus de 14 kilomètres de l'endroit où l'incident de contamination a été découvert. L'identité exacte du blé est inconnue. Lorsque les essais sur le terrain ont été approuvés, l’ACIA n’a pas exigé la caractérisation génétique complète des lignées expérimentales contenant la modification génétique. L'ACIA l'ignore et ne veut pas spéculer sur la façon dont la semence expérimentale a fini par pousser sur une route d'accès à une plate-forme pétrolière dans le sud de l'Alberta 2018 quelques années après le retrait par Monsanto de sa demande d'approbation de blé génétiquement modifié.
«Nous sommes soulagés que cet incident lié au blé génétiquement modifié ait été découvert et que des mesures aient été prises rapidement pour empêcher la contamination des stocks de blé commercial et des stocks de semences du Canada», a déclaré Terry Boehm, président du conseil. Union Nationale des Fermiers Comité des semences. "Il s'agit d'un appel à part, qui, nous l'espérons, n'entraînera pas une perte de marchés ni une baisse des prix du blé."
Cet incident est un rappel du grave risque pour l'accès aux marchés et de la dévastation potentielle des revenus des agriculteurs mise en branle par l'ACIA lorsqu'elle a permis de tester sur le terrain des cultures génétiquement modifiées. De retour dans 2004, le Union Nationale des Fermiers a appelé à la fin des essais secrets en plein air de cultures génétiquement modifiées au Canada. Depuis 2000, le UNF a maintenu que les entreprises qui promeuvent des cultures génétiquement modifiées telles que Monsanto (maintenant Bayer) doivent être tenues responsables des pertes subies par les agriculteurs à la suite d'incidents de contamination.
«L'ACIA a procédé à des essais en plein air, assurant aux agriculteurs que leurs protocoles pour isoler les plantes génétiquement modifiées du reste de l'agriculture étaient adéquats. Aujourd'hui, nous constatons qu'il s'est échappé et que le processus de réglementation en place dans les sociétés 1990 et 2000 récentes n'exigeait même pas que les sociétés de biotechnologie fournissent à l'ACIA des informations complètes sur les installations testées », a poursuivi M. Boehm.
Le blé représente toujours une récolte de plusieurs milliards de dollars pour les agriculteurs canadiens et un aliment de base pour une grande partie de la population mondiale.
Parlant de la demande d’approbation de Monsanto concernant le blé OGM résistant au glyphosate dans 2001, ancien UNF Le président Stewart Wells a déclaré: «Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer à Ottawa avec le blé, la plus grande culture d'exportation du Canada et un aliment de base de l'approvisionnement alimentaire dans le monde."
Aujourd'hui, Boehm a déclaré: «L'ACIA a joué et continue de jouer en permettant le test en plein air de blé génétiquement modifié. Nous avons peut-être esquivé une balle cette fois-ci, grâce aux travailleurs observateurs et responsables qui ont repéré le blé qui a survécu à l’épandage de glyphosate et aux fonctionnaires qui ont veillé aux tests et à la surveillance afin de s’assurer qu’il s’agit d’un incident isolé. Mais ce serait le bon moment pour arrêter les tests en plein air de blé génétiquement modifié afin de prévenir des incidents potentiellement plus graves à l'avenir. "
 - 30 -
Pour en savoir plus :
• Terry Boehm, président du UNF Comité des semences: 306-255-7638
• Pour le rapport complet de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, voir Rapport d'incident de l'ACIA
Retour au sommet