Région 1-District 2 | Opinion

Obtenir de la nourriture locale dans les restaurants: une agricultrice et une restauratrice du N.-B. partagent ses idées

Quand nous avons commencé l'agriculture il y a six ans, nous étions restaurants depuis sept ans déjà. Tout a commencé lorsque nous pensions trouver le moyen de nourrir notre famille grandissante de trois garçons et une fille. Nous voulions savoir ce que contenaient nos aliments et quels produits chimiques étaient utilisés par nos enfants. Nous avons donc choisi de grandir conformément aux normes biologiques canadiennes. Nous pensions que ce serait le moyen le plus intelligent de fournir la meilleure nourriture à notre famille de la manière la plus rentable.

Nous avons commencé avec une petite parcelle, puis avons agrandi la parcelle à mesure que nous utilisions les légumes dans notre restaurant et que nous nourrissions notre famille. L'année suivante, nous avons à nouveau augmenté les terres afin de pouvoir accueillir un marché de producteurs locaux. En fin de compte, nous avons commencé à exploiter toutes nos terres et cela nous permet maintenant de vendre à de nombreux types de clients, notamment des magasins, des marchés et d’autres restaurants.

Nous avons envisagé ce merveilleux mariage entre les deux mondes; nous sommes des restaurateurs, qui exploitons une ferme, ou inversement, nous sommes des agriculteurs qui ont un restaurant! Nous connaissons intimement les deux mondes, des premières heures du matin à la fin des nuits du restaurateur. Mon mari, Carson, avait de nombreux contacts dans le secteur des restaurants locaux et nous savions d'expérience personnelle qu'ils seraient à la recherche de produits locaux frais. En outre, nous pensions que nous serions le vendeur idéal de nos produits, car nous sommes conscients des nombreuses frustrations potentielles d'être acheteur.

Nous avons décidé de proposer des prix compétitifs aux grands fournisseurs pour ces restaurants et notre avantage serait de pouvoir choisir nos légumes avec une consistance adaptée à un «chef». Nous savions également que les commandes minimales étaient difficiles pour les restaurants ayant des budgets stricts et des besoins spécifiques. Nous avons donc décidé de ne proposer aucune commande minimale pour la livraison ni aucune quantité minimale pour chaque article à l'achat. Nous savions que c’étaient les principales plaintes que nous avions en tant qu’acheteurs: prix, uniformité des produits et minimum de commandes.

Nos produits ont été bien accueillis, de même que notre flexibilité pour la commande de produits, mais nous avons parfois eu du mal à faire concurrence aux grands fournisseurs déjà configurés pour les grosses commandes de restaurateurs, ce qui compliquait la tâche des petits fournisseurs. de produits a parfois été un problème pour nos acheteurs et en tant qu'agriculteurs, nous ne savons toujours pas pourquoi les gens ne semblent pas se rendre compte que les carottes ne poussent pas toutes jusqu'à 6 - 8 pouces et en ligne droite! La question de la tarification est également délicate. L'écart entre le coût de la production de bons produits et le peu de volonté des chefs cuisiniers est remarquable. Bien sûr, nous le savons des deux côtés! Nous vivons les aliments à prix élevé en famille, en tant qu’agriculteurs et en tant que restaurateurs; et comme tout le monde, nous essayons d’équilibrer coût et qualité.

Alors, comment ça s'est passé? Notre ferme et notre restaurant ont survécu et prospéré, mais à mon avis, de par notre position unique d'agriculteurs et de restaurateurs, l'éducation est la réponse. En tant qu'agriculteurs, nous devons continuer à dire aux restaurants et au grand public à quoi «ressemble vraiment» la nourriture. Et en tant que restaurateurs, nous devons continuer à informer nos clients que le local est meilleur pour la santé de leur famille ainsi que pour la santé de leur économie locale. Il y a un coût pour les aliments biologiques locaux, mais, de notre point de vue, cela en vaut la peine. Il doit y avoir un équilibre et avec l'éducation, nous pourrions encourager les clients à accepter que les produits locaux coûtent un peu plus cher, permettant au restaurant de facturer un peu plus pour la salade ou le hamburger. À son tour, le propriétaire du restaurant serait en mesure de payer plus à l'agriculteur pour la viande ou les légumes locaux de haute qualité afin que chacun puisse gagner un salaire équitable pour son travail - et tout le monde serait heureux ☺

Retour au sommet