National | Opinion

Un reportage de CBC: une gifle face aux producteurs laitiers canadiens qui travaillent fort

Jeudi, dans le journal télévisé CBC Vancouver Vancouver, le journaliste d’affaires a fait l’annonce étrange que les producteurs laitiers du Canada sont les deuxièmes moins compétitifs au monde. Cela s'est produit immédiatement après l'annonce qu'un accord sur l'AECG avait été conclu après que la région belge de Wallonie ait refusé de le signer en raison de son opposition aux clauses anti-démocratiques du règlement des différends entre investisseurs et États (CETDS) autorisant les sociétés à poursuivre les gouvernements si elles croient aux nouvelles réglementations. empiéter sur leurs attentes de profits.

De nombreux producteurs laitiers canadiens, ainsi que d'autres agriculteurs et consommateurs solidaires, s'opposent à l'AECG. L'accord permettrait à 17,000 tonnes supplémentaires de fromage européen d'entrer au Canada, privant ainsi le marché et les moyens de subsistance des fermes laitières canadiennes 400.

Il semble que le journaliste d'affaires de CBC (qui est en fait un consultant en relations publiques pour le secteur de la finance et non un journaliste) ait tenté de justifier l'un des aspects les plus préjudiciables de l'AECG en dénigrant les producteurs laitiers canadiens par ce commentaire. Il est évident qu'elle ne sait pas ce que les producteurs laitiers canadiens qui travaillent fort accomplissent chaque jour de 24-sept, 365. Je ne peux pas imaginer une plus grande gifle au visage.

Les producteurs laitiers ont modernisé leurs fermes et produisent des volumes massifs de lait par exploitation et par unité de main-d'œuvre. Chaque jour, les producteurs laitiers canadiens fournissent la bonne quantité de lait frais aux transformateurs, répondant toujours à leurs besoins tout en évitant un approvisionnement excessif. Les producteurs laitiers canadiens ont dû s'adapter aux conséquences négatives de l'ALENA, de diverses décisions de l'OMC et maintenant de l'AECG et potentiellement du PTP plus tard. Tous ces accords commerciaux ont augmenté les coûts et enlevé des parts de marché aux producteurs canadiens. Pourtant, les autres juridictions qui sont maintenant autorisées à importer sur le marché laitier canadien grâce à ces accords subventionnent fortement leur secteur laitier directement à partir des deniers publics. Ici au Canada, on ne fait pas ça!

Des groupes de réflexion de droite, tels que le CD Howe Institute, le Fraser Institute, le Conference Board du Canada et les relations publiques de Bay Street, examinent la "compétitivité" des produits laitiers uniquement en termes de prix que les transformateurs paient aux producteurs pour le lait cru. Les subventions massives reçues par les producteurs laitiers aux États-Unis, en Europe et ailleurs ne sont pas comprises dans les prix à la production à la ferme. Leurs prix «compétitifs» bas des produits laitiers sont en fait une subvention publique aux transformateurs et non un reflet des coûts de production réels.

Les experts de la droite ignorent également le coût social associé à la déréglementation de l'industrie laitière dans ces pays exportateurs. À l'heure actuelle, le surplus de production de lait sur le marché mondial est énorme, entraînant une baisse des prix à la production. Même avec leurs subventions gouvernementales, les producteurs laitiers d'Europe, des États-Unis, d'Australie et de Nouvelle-Zélande touchent un salaire bien inférieur à leur coût de production. Les agriculteurs souffrent, font faillite et il y a de plus en plus de suicides. Les coûts humains sont énormes, mais la production excessive rend le produit bon marché pour les multinationales qui achètent des ingrédients laitiers.

Les législateurs américains et européens se grattent la tête en essayant de trouver comment réparer leurs systèmes cassés avec leurs problèmes chroniques de surapprovisionnement. Dieu merci pour la gestion de l'offre au Canada! Sauf que chaque fois que nous parlons d'accords commerciaux, les négociateurs du Canada portent un autre coup dur à la gestion de l'offre. Nous avons tellement donné au fil des ans et maintenant on nous demande à nouveau d'abandonner encore plus avec l'AECG.

Gouvernement canadien, ARRETEZ de tuer la gestion de l'offre! Assez!

Jan Slomp
A propos de l'auteur

Jan Slomp

Jan Slomp et son épouse, Marian, sont producteurs laitiers depuis 1979, d'abord dans leurs Pays-Bas natals et d'avril 1989 à 2015, en Alberta. Ils ont récemment déménagé en Colombie-Britannique et ouvert une nouvelle ferme sur l'île de Vancouver.

Toutes les histoires de Jan Slomp »

Retour au sommet