Rétrospective 2020: Mettre fin à la Commission canadienne du blé était une tragédie économique
Le 1er août 2020 marque le 8e anniversaire de l'une des grandes tragédies économiques de l'histoire canadienne. Ce fut le jour où la boule de démolition lancée par le premier ministre de l'époque Stephen Harper et l'ancien ministre de l'Agriculture Gerry Ritz a finalement détruit l'une des institutions les plus importantes œuvrant pour la justice économique pour les agriculteurs - la Commission canadienne du blé (CCB). Dans un acte malveillant motivé par une doctrine erronée, ils ont choisi d'éliminer la CCB par le biais de la loi orwellienne sur la liberté de commercialisation pour les agriculteurs.
Une expansion de l'irrigation de 4 milliards de dollars est-elle un bon investissement pour les fermes de la Saskatchewan?
La plus grande menace pour les fermes de la Saskatchewan est le changement climatique. Nous devrions donc nous demander: les gouvernements de la Saskatchewan et du fédéral devraient-ils dépenser 4 milliards de dollars en infrastructures d'irrigation? Cet investissement peut-il vraiment protéger un nombre important de fermes ou d'acres contre le changement climatique? Ou l'argent pourrait-il être mieux dépensé pour d'autres projets ou d'une autre manière? Comment devrions-nous dépenser l'argent limité des contribuables?
Les semenciers indépendants mis de côté par le projet de fusion de Semences Canada
Personne ne peut nier l'importance des semences - pour les agriculteurs et l'agriculture, ainsi que pour la sécurité alimentaire et la société dans son ensemble. Les groupes Seed Synergy se positionnent non seulement pour influencer, mais aussi pour remplacer le régulateur public. Si les plans de fusion de Seed Synergy réussissent, le producteur de semences indépendant appartiendra bientôt au passé et un processus de réglementation publique démocratiquement responsable sera bouleversé, des sociétés intéressées réglementant les agriculteurs à la place.
NFU pose les questions nécessaires
Les appels à une transparence accrue, à des garde-fous clairs sur les dépenses et à une appréciation fondamentale des réalités économiques auxquelles nos agriculteurs sont confrontés devraient être accueillis avec enthousiasme dans une province qui valorise clairement les avantages que les exploitations agricoles apportent à nos collectivités.
Où va votre argent?
Le National Farmers Union (NFU) et la plupart des Insulaires ont été soulagés lorsque les gouvernements fédéral et provincial ont pris des mesures rapides pour lutter contre le COVID-19. Les mesures mises en place ont contribué à freiner la propagation du virus et ont sauvé de nombreuses vies ici à l'Île-du-Prince-Édouard et dans d'autres provinces et territoires. Les porte-parole du gouvernement se sont montrés soucieux de répondre aux
Alimentation et agriculture - leçons de la pandémie
Avec la crise actuelle du virus corona qui a lieu sur notre planète, en tant qu'agriculteurs et en tant que consommateurs, nous devons être prêts à soutenir les autorités sanitaires partout dans le monde. Il s'agit également d'une situation propice à une réflexion sur le système alimentaire existant et sur une nouvelle approche de l'ensemble. À ce jour, nous avons
Coronavirus: une autre couche d'anxiété pour les agriculteurs
Nous devons mettre un terme à la menace virale du modèle industriel de l'agriculture pour les agriculteurs et les terres. Arrêtons de dire: «quand nous reviendrons à la normale ...» La normale est assez désastreuse pour les agriculteurs et la terre. Nous pouvons faire mieux que la «normale». Trouvons ensemble de nouvelles voies
Les céréaliculteurs canadiens subiront-ils des dommages collatéraux dans la hâte d'adopter le projet de loi C-4?
Le projet de loi C-4 comprenait une série de modifications de style général à la Loi sur les grains du Canada qui touchent la Commission canadienne des grains qui n'ont pas été négociées au sein de l'AMUSC et n'ont rien à voir avec la mise en œuvre de l'accord commercial.
Qui est responsable de la politique agricole?
Alors que la récolte occupera le devant de la scène dans l'esprit des agriculteurs à mesure que nous consacrons les longues heures qui nous attendent, d'autres problèmes doivent être pris en compte. Deux des plus importants sont l'attaque d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) contre le droit des agriculteurs à utiliser librement leurs propres semences, et la réécriture apparemment non supervisée d'AAC
Le Canada a perdu sa crédibilité et la confiance des clients du secteur des grains grâce à la déréglementation
Depuis la disparition de la Commission canadienne du blé, les sociétés céréalières sont maintenant en mesure de réaliser des profits énormes dans les Prairies canadiennes. Les administrations Harper et Trudeau ont toutes deux bien joué leur rôle en détruisant la crédibilité internationale du Canada qui avait obligé les clients à spécifier «source: Canadian».