Politiques

Évaluation de l'impact sur l'agriculture de l'Ontario

L'Union Nationale des Fermiers (UNF) a le plaisir de soumettre des commentaires sur le projet de document d'orientation décrivant les conditions permettant de mener à bien une évaluation de l'impact sur l'agriculture (AIA), numéro ERO 013-2454.

L'industrie UNF est la seule organisation agricole nationale volontaire à adhésion directe au Canada. le UNF en Ontario (UNF-O) est accrédité en vertu de la loi 1993 sur l'enregistrement des exploitations agricoles et le financement de leurs activités. UNF Les députés estiment que les problèmes rencontrés par les agriculteurs sont des problèmes communs et que les agriculteurs qui produisent des produits divers doivent travailler ensemble pour proposer des solutions efficaces. le UNF travaille au développement de politiques économiques et sociales qui maintiendront la ferme familiale comme unité principale de production alimentaire au Canada.

Nos commentaires sur le document d'orientation sur l'évaluation de l'impact sur l'agriculture sont axés sur les processus de pré-consultation et de consultation, les impacts sur les communautés rurales et l'économie agricole, ainsi que sur la documentation des impacts avec et sans atténuation.

L'industrie UNFa une position de longue date en matière de protection des terres agricoles:

Nous recommandons de geler immédiatement le développement urbain et industriel situé sur des terres agricoles de choix et que ces terres agricoles ne soient désignées que pour un usage agricole. La préservation des terres agricoles nécessite une coopération étroite entre tous les niveaux de gouvernement. Il est également impératif que les communautés locales soient impliquées aussi directement et profondément que possible. Les niveaux de gouvernement supérieurs devraient être responsables de la détermination des directives de base, et il est essentiel que le zonage des terres soit administré par le gouvernement provincial dans le cadre d'une politique foncière nationale. Des lois fédérales / provinciales devraient être promulguées interdisant l’utilisation des sols des classes 1, 2 et 3 pour tout développement industriel et résidentiel.

Les terres agricoles particulièrement adaptées aux cultures spécialisées (par exemple, la culture de fruits et de légumes) devraient être exclusivement consacrées à l’agriculture, même si leur développement peut être nul pour d’autres objectifs. Les gouvernements fédéral et provinciaux du Canada devraient empêcher toute perte supplémentaire de ces terres à des fins telles que les utilisations industrielles ou les inondations causées par des projets hydroélectriques.

Nous appuyons les efforts déployés par le gouvernement de l'Ontario pour protéger les terres agricoles des catégories 1, 2 et 3 du développement industriel et résidentiel. Nous exhortons le gouvernement à modifier les lois et les réglementations pour inclure toutes les terres agricoles de classe 1, 2 et 3 de la province et à renforcer les mesures de protection. Les terres agricoles sont précieuses et irremplaçables. L'incertitude du climat futur, des niveaux de population, des coûts de transport et de la disponibilité de l'énergie signifie que la sécurité alimentaire de l'Ontario ne peut être tenue pour acquise. Garder toutes nos terres agricoles de classe 1, 2 et 3 intactes devrait être notre priorité absolue.

Le document d'orientation de l'AIA est un outil destiné aux développeurs, aux promoteurs, aux consultants et aux gouvernements pour les aider à naviguer dans les nombreux règlements et processus requis ou recommandés afin de faire approuver de nouveaux projets résidentiels, industriels, d'infrastructures ou de carrières où le développement affecterait l'agriculture locale. . Nous pensons que ce document devrait inciter les utilisateurs à être plus complets, plus complets et plus transparents afin de fournir aux autorités suffisamment d'informations pour protéger correctement nos terres agricoles.

Consultation préalable (page 15):

La réunion de pré-consultation devrait inviter et inclure des représentants d'organisations agricoles. Le projet de mandat de l'AIA devrait être communiqué aux organisations agricoles à l'avance afin qu'elles puissent se préparer pour la réunion. Les organisations agricoles devraient être impliquées dans la détermination de la zone d'étude pour l'AIA à ce stade. Leurs contributions au cours de la réunion de pré-consultation devraient être enregistrées et disponibles pour un examen aux étapes ultérieures du processus. Si aucune réunion de pré-consultation n'a lieu, l'autorité de réglementation devrait fournir aux organisations agricoles le projet de mandat de l'AIA pour examen et contribution.

Consultation (page 16):

Le document d'orientation devrait recommander une consultation publique pour toutes les AIA, au-delà des situations requises par la loi ou la réglementation.

Zones d’étude (page 17 - 20)

Les zones d'étude primaire et secondaire devraient inclure les bassins versants touchés par le développement proposé. Les impacts sur le drainage, la qualité de l'eau, les eaux souterraines et l'approvisionnement en eau doivent être évalués, car l'eau est essentielle pour l'agriculture.

Avantages économiques et communautaires de l'agriculture (page 27-28)

Le document d'orientation devrait recommander une documentation plus approfondie des avantages économiques et communautaires de l'agriculture. Nous sommes d’accord avec l’utilisation des données du recensement, car elles sont très précises et peuvent être ciblées géographiquement, mais le recensement n’est effectué que tous les cinq ans. Outre le recensement, des données d'enquête plus récentes devraient également être utilisées, telles que l'enquête sur la population active et les enquêtes financières sur les exploitations agricoles.

Nous recommandons également d’évaluer le potentiel agricole futur. Les terres agricoles dans la zone d'étude peuvent avoir la capacité de produire des cultures et du bétail de plus grande valeur que ce n'est actuellement le cas. Des changements dans les conditions internationales, le climat, la politique intérieure, les goûts des consommateurs et les connaissances émergentes pourraient permettre d'accroître les avantages économiques et collectifs de l'agriculture. À la lumière de ces possibilités et des incertitudes quant à la sécurité alimentaire future, le document d'orientation devrait garantir que l'AIA adopte une position conservatrice afin de protéger au maximum les terres productrices de denrées alimentaires.

Nous aimerions attirer l'attention sur les avantages économiques et collectifs de l'agriculture biologique, qui doivent être reconnus et soutenus lors de la conclusion d'un accord préalable en connaissance de cause. La demande d'aliments biologiques certifiés augmente, de sorte qu'il faudra disposer de terres supplémentaires adaptées à la production biologique. Les exigences en matière de certification biologique, telles que des zones tampons adéquates et des réserves d'eau potable, devraient être explicitement prises en compte par les AIA. Les contributions des exploitations biologiques existantes doivent être reconnues et protégées, et le potentiel d'expansion de l'agriculture biologique (exploitations plus grandes et plus nombreuses) doit être pris en compte.

Le document d'orientation devrait évaluer les besoins d'infrastructure de l'agriculture et veiller à ce que les entreprises dépendant d'agriculteurs locaux, y compris les transformateurs d'aliments, les fournisseurs de matériel agricole, les fournisseurs de services agricoles (tels que les vétérinaires et les mécaniciens), soient incluses dans l'AIA. De même, les infrastructures sociales nécessaires / soutenues par les familles d'agriculteurs ruraux, telles que les écoles rurales, les établissements de soins de santé, les centres communautaires, etc., devraient être incluses dans l'AIA.

Impacts nets (page 31):

Cette section indique «En supposant que les recommandations de mesures visant à éviter, minimiser et atténuer les impacts du développement soient mises en œuvre, cette section devrait décrire les impacts nets attendus, une fois les mesures d'atténuation mises en place…». Nous craignons que l'hypothèse selon laquelle l'atténuation toutes les mesures sont mises en œuvre et leur fonctionnement conforme aux attentes pourrait susciter un optimisme excessif. Le document d'orientation devrait fournir une gamme d'impacts nets basés sur des scénarios de mauvaise, bonne ou excellente mise en œuvre et efficacité des mesures d'atténuation proposées. Des indicateurs mesurables des impacts doivent être fournis de sorte que, si le développement est approuvé, la performance réelle des mesures d'atténuation puisse être évaluée au fil du temps.

Réhabilitation 3.5 - Extraction de ressources en agrégats minéraux dans les zones de production primaire (page 45):

Nous croyons comprendre que cette consultation porte sur le document d’orientation pour les AIA et non sur la réglementation, mais nous enregistrerons à nouveau notre objection à l’extraction de ressources en agrégats minéraux sur des terres agricoles de classe 1, 2 et 3. Il n'est pas possible de remettre les gravières et les carrières dans leur état d'origine. Les terres agricoles sont irremplaçables… les agrégats peuvent être trouvés ailleurs et transportés. Le coût du transport supplémentaire peut être supporté, mais une fois détruites, les terres agricoles ont disparu pour toujours.

Respectueusement soumis par

Union Nationale des Fermiers - Ontario
9 juillet 2018

Retour au sommet