Politiques

Présentation de la NFU sur la loi modifiant la Loi sur les terres domaniales agricoles du Manitoba (projet de loi 35)

Présenté au Comité social et économique de l'Assemblée législative du Manitoba le 31 octobre 2018

Nous vous remercions d’avoir pris en compte nos commentaires sur le projet de loi 35, modification proposée à la Loi sur les terres de la Couronne.

Je représente ici aujourd'hui des membres du Syndicat national des cultivateurs du Manitoba et des agriculteurs qui ne peuvent pas se défendre en raison du moment choisi pour cette réunion et de l'éloignement de l'Assemblée législative du Manitoba.

Le gouvernement du Manitoba a souvent proclamé son soutien aux agriculteurs, en particulier les jeunes agriculteurs. C’est pourquoi il est particulièrement déconcertant que la soirée d’Halloween à 6pm ait été choisie sans préavis, sur un projet de loi gouvernemental. Le manque de respect pour transformer une soirée amusante en une chose vraiment horrible pour les agriculteurs ne pouvait être plus ironique. Les éleveurs basés dans la communauté demanderont désormais: "Pourquoi le ministre de l'Agriculture nous a-t-il joué un tour?"

Ce projet de loi est-il réel? Ne pensez-vous pas que de réelles consultations substantielles sont appropriées? La National Farmers Union et ses membres n'ont pas encore participé à une seule consultation sur la question.

Le gouvernement lui-même a peut-être peur parce qu'il connaît les conséquences réelles pour les agriculteurs. Le projet de loi 35, Loi modifiant la Loi sur les terres domaniales, contient des dispositions qui nuisent directement à tous les éleveurs de bétail et porteront particulièrement préjudice aux jeunes éleveurs de bétail du Manitoba et à leurs familles.

Les clauses 7.2 (2) b et c, et 7.2 (3) de Bill 35, qui permet l’établissement de redevances de location et de loyers de pâturages par vente aux enchères, sont totalement inacceptables. Négliger d'inclure un système de points tenant compte de la proximité d'un bail d'un agriculteur, négliger de donner des points à de jeunes agriculteurs, ne pas même envisager de déterminer si un soumissionnaire est un agriculteur résident est totalement inacceptable.

Une vente aux enchères est un moyen insuffisant et injuste d’établir un prix. Il existe de meilleurs moyens d’établir un prix du marché équitable pour les loyers des pâturages et les baux de terres de la Couronne. Une enquête sur les loyers privés payés pour les pâturages serait un moyen logique d’établir un prix de marché équitable. Bill 35 base un prix de location ou de loyer uniquement sur une offre, où le seul critère qui compte est le prix le plus élevé, et qui met les jeunes éleveurs en concurrence avec le plus offrant des entreprises absentes hors province. C'est une mauvaise politique agricole pour toutes les provinces.

Un de nos membres exploitants de bétail déclare:
«Ce gouvernement proclame souvent son désir de réduire les formalités administratives. Il est à noter que le nouveau système de location de terres de la Couronne ne réduit pas les formalités administratives pour les agriculteurs. Cela pourrait réduire les formalités administratives pour le gouvernement lui-même, et peut-être est-ce là son intention, mais ces formalités administratives ne seraient réduites que si le nouveau prix fixé par la candidature était appliqué à tous les contrats de location, indépendamment de l'accessibilité ou de la qualité pâturante des terres. terre. Cela pourrait permettre de gagner du temps, mais il en résulte des loyers injustement élevés pour les éleveurs de bétail pour des baux de qualité inférieure. Encore une fois, c'est une mauvaise politique agricole. “

Je viens de parler à une autre famille d'agriculteurs au téléphone hier.

Le fils est 28 et ses parents sont dans leur 50. Ils doivent déménager parce que les bovins de la Saskatchewan occupent une zone de pâturage communautaire et que leur territoire n'est pas assez vaste. Lorsqu'ils cherchent à acheter des terres, ils ont relevé de véritables défis auxquels le projet de loi ne répond pas. Voici leur question:
«L’une de nos préoccupations est le prix que les éleveurs demandent pour leurs ranchs quand ils n’ont qu’une petite parcelle de terre cédée et beaucoup de couronne, ils accordent trop de valeur à la couronne et c’est quelque chose que vous ne posséderez jamais. De plus, une banque ne prête pas d'argent à la couronne. Aussi quelle sécurité est la couronne? Sera-ce à vous après avoir dépensé tout cet argent pour acheter un ranch uniquement pour le perdre au profit d'un autre éleveur qui offre davantage pour la couronne?

Vous voyez que même les prix des terres privées qui ne sont pas des terres de la Couronne augmentent déjà de façon spéculative sur leur valeur en raison des changements que vous apportez. Et des terres privées liées à des baux publics sans garanties de transfert ou même une "très grande ressemblance" de transfert sont mises dans les parcelles. Dans ce cas, quelque chose qui avait été évalué à $ 200,000 était évalué à $ 900,000. Comme si l'élevage de bétail ne suffisait pas.

Nous sommes dans une grande transition générationnelle et il est ridicule que ce projet de loi repousse les jeunes agriculteurs du Manitoba et les jeunes agriculteurs.

Si le gouvernement voulait écarter la production des familles de ranchs et la confier à des sociétés de l'extérieur de la province, et particulièrement causer un préjudice direct aux jeunes familles de ranchs, alors Bill 35 y parviendrait. Si le gouvernement est toujours propriétaire de la terre, alors pourquoi ne veulent-ils pas en être de bons intendants?

Le Syndicat national des cultivateurs croit que nous devrions tous manquer: plus de fermiers. Pas moins.

Pensez-vous honnêtement que les grandes entreprises basées sur les employés sont un moyen efficace d’élever du bétail? Si c'est le cas, vous avez tort. Les familles de ranchs se sont révélées être le système de production vache-veau le plus efficace en raison de leur approche pratique, de leur souci du détail et de leur capacité à former de jeunes agriculteurs dévoués qui contribuent à leurs communautés. Les grandes entreprises basées sur les employés n’ont tout simplement pas le même engagement envers le succès, ce qui est essentiel pour une industrie qui traite les vaches mères et la naissance de leurs veaux.

Bill 35 ne “réduira pas les formalités administratives pour les agriculteurs”. Au lieu de cela, ces amendements transféreront l’accès aux pâturages aux jeunes éleveurs et aux placer entre les mains de l’élite. En adoptant ce projet de loi, le gouvernement a décidé de lancer ces jeunes éleveurs de bétail efficaces aux enchères lors d’une vente aux enchères de baux de terres de la Couronne dans le cadre de laquelle aucune famille ne pourrait rivaliser avec les poches profondes des régimes de retraite ni de la Cargill ou de votre société multiprovinciale.

Le projet de loi 35 dans sa forme actuelle est clairement une ponction financière du gouvernement sur le dos des jeunes éleveurs de bétail. Le passage à des scénarios simplifiés du plus offrant seulement contribue à l'élimination de la prochaine génération de familles d'éleveurs efficaces.

Cet Halloween, déchire ce cauchemar Bill. Revenez au système de points pour attribuer les baux de terres de la Couronne et battez-vous pour: Plus d’agriculteurs. Pas moins.

Merci d'avoir pris en compte notre soumission.

Syndicat national des cultivateurs - Manitoba (région 5)
Ian Robson, coordonnateur régional ilrobson@xplornet.ca (204) 858-2479
Dean Harder, représentant régional dean@mts.net (204) 797-6388
Murray Jowett, défenseur de la jeunesse murrayjowett@gmail.com (204) 807-0877

 

Retour au sommet