Politique

Commentaire sur la proposition de l'ACIA de réglementer les plantes génétiquement modifiées

Récapitulatif

Le gouvernement canadien est maintenant en train de décider comment réglementer les plantes développées à l'aide de nouvelles technologies connues sous le nom de « édition de gènes » ou « édition du génome ». L'édition de gènes est un ensemble relativement nouveau de techniques de génie génétique utilisées pour modifier l'ADN de plantes, d'animaux et de micro-organismes afin de modifier leur phénotype (caractéristiques observables).

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) est chargée de réglementer les plantes génétiquement modifiées (OGM) pour la sécurité environnementale. Il le fait sous l'autorité du Règlement sur les semences – Partie V, qui définit les critères pour savoir si les plantes sont considérées comme des « Végétaux à caractères nouveaux » (VCN) et, le cas échéant, comment elles sont réglementées(1) . À l'heure actuelle, toutes les plantes génétiquement modifiées sont assujetties à la partie V et doivent être approuvées par l'ACIA avant de pouvoir être mises sur le marché. L'ACIA propose de modifier la façon dont elle interprète ce règlement afin que la plupart des nouvelles plantes créées par modification génétique soient exemptées de la partie V de la Règlement sur les semences, ce qui leur permet d'être rejetés dans l'environnement (c'est-à-dire plantés) sans aucune surveillance réglementaire ni notification. Par conséquent, les entreprises pourraient vendre ces produits sans fournir de données à l'ACIA, ni informer l'organisme de réglementation, le public ou les agriculteurs qu'ils sont modifiés génétiquement.

Santé Canada est responsable de la salubrité des aliments et des aliments pour animaux et doit évaluer et approuver les VCN utilisés pour l'alimentation humaine ou animale, et aviser le public avant qu'ils ne puissent être vendus au Canada. Santé Canada et l'ACIA proposent tous deux de nouveaux documents d'« orientation réglementaire » axés sur les VCN développés grâce à la technologie d'édition de gènes. Une directive réglementaire ne modifie pas la réglementation, mais elle indique aux régulateurs comment l'interpréter lorsqu'ils l'appliquent à des cas individuels. Un guide réglementaire devrait aider les personnes ou les entreprises à comprendre ce qu'elles doivent faire pour se conformer à la réglementation ; cela ne devrait pas changer l'intention du règlement.

Santé Canada a tenu une consultation sur sa proposition d'orientation relative à la réglementation des aliments modifiés génétiquement en avril et mai 2021 (voir la présentation du Syndicat national des cultivateurs ici) et prévoit de faire rapport sur ce qui a été entendu à l'automne 2021.

L'orientation proposée par l'ACIA permettrait aux développeurs de plantes (entreprises de biotechnologie) de décider par eux-mêmes si leur produit répond aux critères de réglementation de l'ACIA en tant que VCN. Il propose d'exempter de la réglementation les plantes génétiquement modifiées qui ne contiennent pas d'ADN étranger si elles ne devraient pas entraîner l'un des quatre impacts environnementaux répertoriés par l'ACIA. De plus, les critères proposés exempteraient certaines plantes génétiquement modifiées qui ont un caractère préalablement approuvé par l'ACIA, même si le caractère approuvé était dans une autre espèce végétale ou développé à l'aide d'une technologie différente.

Les approbations en cours de l'ACIA éliminent donc progressivement la « nouveauté » et élargissent les motifs d'exemption. De plus, les lignes directrices proposent de permettre aux développeurs de plantes de demander des lettres officielles de l'ACIA pour confirmer que leur produit est exempté de la réglementation, et que ces lettres pourraient rester confidentielles. De telles lettres pourraient être utilisées pour créer des précédents pour les développeurs d'usines afin d'éviter la réglementation dans d'autres pays, ou pourraient être utilisées pour faire avancer des accords commerciaux privés. Au lieu de fournir une évaluation transparente de la sécurité pour protéger l'intérêt public, en offrant ces lettres, l'ACIA fournirait un service aux sociétés privées en secret.

La réglementation est un élément de notre système de gouvernance démocratique. La réglementation impose des limites aux activités des particuliers et des entreprises par le biais d'un processus de responsabilité publique. L'autorité réglementaire est à la fois autorisée et limitée par les lois adoptées par le Parlement. Les règlements sont élaborés et mis en œuvre par des fonctionnaires responsables devant le ministre de leur ministère. Les règlements conformes à la législation n'entrent en vigueur qu'après leur approbation par le ministre ou le Cabinet concerné dans son ensemble. Ainsi, il existe une ligne de responsabilité directe entre les règlements et les Canadiens par l'intermédiaire du Parlement.

L'ACIA et Santé Canada présentent la discussion actuelle sur la réglementation des plantes génétiquement modifiées comme une question de sécurité, alors qu'en réalité, c'est une question de pouvoir. Les directives réglementaires que l'ACIA et Santé Canada proposent à la fois réduisent considérablement le rôle de l'organisme de réglementation public et élargissent la portée de la capacité des entreprises privées d'agir sans restriction. On peut soutenir que les orientations réglementaires proposées ne sont pas conformes au règlement et que Santé Canada et l'ACIA outrepassent leur autorité en utilisant des orientations réglementaires pour modifier l'intention du règlement. Ces orientations réglementaires proposées créent des voies pour réduire progressivement la surveillance publique et étendre l'introduction non réglementée de plantes génétiquement modifiées, en particulier celles produites par édition de gènes. L'objet de la partie V de la Règlement sur les semences est de réglementer l'introduction de nouvelles plantes, pas de les déréglementer. Documents de discussion des consultations présentent une vision non critique de la technologie d'édition de gènes, minimisant les risques, mais à la fois sa nouveauté et son potentiel d'apporter des changements jusqu'à présent inimaginables aux génomes végétaux signifient qu'une surveillance publique prudente et bien informée de son application est nécessaire.

Un petit nombre de sociétés multinationales contrôlent la technologie d'édition de gènes via les brevets qu'elles détiennent : Corteva détient des brevets exclusifs sur les technologies clés CRISPR/Cas. ChemChina (Syngenta), Bayer, BASF ont également de nombreux brevets importants relatifs à l'édition de gènes. Ces quatre sociétés contrôlent non seulement plus de 60 % du marché mondial des semences, mais elles sont également dominantes dans les pesticides, les autres produits chimiques et pharmaceutiques. Ils sont responsables devant leurs actionnaires et leur devoir est d'augmenter la valeur actionnariale en maximisant le profit.

Les directives réglementaires proposées renforceraient le pouvoir de Corteva, ChemChina, Bayer, BASF et d'autres grandes entreprises de semences et de produits chimiques de façonner l'avenir du système agricole et alimentaire du Canada dans leur propre intérêt. En fournissant à ces entreprises des outils pour accroître leur capacité de tirer profit des semences, des produits chimiques et du travail des agriculteurs qui cultivent les aliments et gèrent les fermes, le gouvernement fédéral permettrait à ces entreprises de devenir encore plus puissantes tout en bloquant la capacité des futurs les régulateurs et les décideurs politiques à intervenir dans l'intérêt public.

Des renseignements sur la façon de participer à la consultation de l'ACIA sont inclus à la fin de ce document.

Qu'est-ce que l'édition de gènes ?

Le but des nouvelles technologies génétiques utilisées dans la sélection végétale est de créer de nouvelles variétés. Les partisans de l'édition de gènes soulignent la puissance de la technologie pour apporter des changements radicaux aux plantes non seulement plus rapidement, mais aussi qui ne sont pas possibles avec les méthodes traditionnelles de sélection végétale. L'édition de gènes peut également être utilisée pour modifier l'ADN des animaux (y compris les humains), des champignons et des organismes unicellulaires. L'édition de gènes, également appelée édition du génome, utilise des techniques telles que CRISPR/Cas pour modifier l'ADN sur une cible spécifique du génome de la plante, de l'animal ou du microbe. Le génome est l'ensemble complet des gènes ou du matériel génétique présent dans une cellule ou un organisme. CRISPR est l'outil d'édition de gènes le plus connu aujourd'hui, mais de nouveaux outils d'édition de gènes encore plus puissants sont en cours de développement (2).

La technologie d'édition de gènes peut être utilisée pour modifier la fonction de l'ADN d'une plante en réduisant au silence ou en forçant l'expression de gènes spécifiques, en supprimant des gènes et/ou en modifiant l'emplacement des gènes dans le génome. Il peut également être utilisé pour ajouter de nouvelles séquences génétiques à des emplacements spécifiques. On s'attend à ce que de nombreuses plantes génétiquement modifiées soient produites en utilisant une séquence « éditeur » composée d'« ADN étranger » (trouvée à l'origine dans un autre organisme) pour modifier le propre ADN de la plante, puis en supprimant l'ADN « éditeur » après qu'il a fait modifications du génome. Bien qu'il ait été modifié par ce processus, l'ADN maintenant réarrangé de la plante n'est pas considéré comme « étranger », même s'il a été modifié d'une manière qui n'est probablement pas due à la reproduction biologique naturelle.

Avec l'édition de gènes, les développeurs de plantes peuvent apporter des modifications à des sites spécifiques du génome d'une plante, mais ils n'ont pas un contrôle total sur les résultats. Les cellules « lisent » les instructions de l'ADN qui les dirigent pour produire des protéines spécifiques. Les « mots » d'ADN consistent en une série de paires de bases moléculaires disposées dans un ordre spécifique dans la molécule d'ADN en spirale. La technologie d'édition de gènes sépare les séquences existantes sur le site cible du génome et s'appuie sur le propre mécanisme de réparation de la cellule pour reconstituer la molécule d'ADN, soit avec une nouvelle séquence ajoutée, soit avec une séquence existante supprimée. Le processus ne se comporte pas toujours comme prévu. L'éditeur de gènes peut également modifier d'autres parties du génome, entraînant des « effets hors cible ». Les modifications apportées au site cible peuvent également entraîner des effets imprévus, appelés « effets sur la cible ». Le processus d'édition de gènes peut amener la cellule à réorganiser son propre ADN – brouillant les « mots » génétiques et leur donnant de nouvelles significations. Cela peut entraîner l'effacement de grandes quantités d'ADN, la suppression de « paragraphes » entiers du livre, ou l'insertion de nombreuses séquences en double, l'ajout de nouveaux « paragraphes ». Certains des outils d'édition de gènes d'ADN étranger utilisés pour diriger et couper l'ADN peuvent également s'incorporer de manière inattendue dans l'ADN d'origine de la plante. Bon nombre de nos cultures vivrières importantes, telles que le blé et le maïs, sont polyploïdes – elles ont plusieurs paires de chromosomes, ce qui augmente à la fois leur complexité génétique et le risque d'erreurs d'édition de gènes.

Comme nous l'avons vu lors de la chaleur et de la sécheresse extrêmes de l'été 2021, le stress peut amener les plantes à exprimer des caractéristiques atypiques telles qu'une maturité plus précoce, une hauteur plus courte, moins de graines dans les cultures céréalières et dans les bisannuelles comme les carottes et les betteraves, allant semer la première année - même quand ils n'ont pas été génétiquement modifiés. De nouvelles recherches dans le domaine de l'épigénétique – les effets intergénérationnels des stress environnementaux sur l'expression des gènes – montrent que les organismes peuvent hériter des changements causés par l'expérience des parents sans changer leur ADN. Les connaissances scientifiques émergentes sur l'épigénétique pourraient avoir des implications importantes pour la compréhension des risques et des résultats complexes de l'édition de gènes au fil du temps.

En bref, il n'existe pas encore de connaissances complètes sur l'édition de gènes, le développeur de plantes n'a pas un contrôle total sur les actions du matériel génétique utilisé pour modifier le génome de la plante, et la réponse de la plante aux modifications de son génome n'est pas entièrement prévisible. Ce qui peut sembler être de petits changements dans la séquence des gènes peut amener la plante à «lire» son ADN d'une nouvelle manière, l'amenant à produire des protéines imprévisibles, à activer des gènes normalement «silencieux» et à faire taire les gènes qui sont normalement exprimés. Ces protéines imprévues et l'expression ou le silence inattendus de gènes peuvent affecter l'impact environnemental des plantes modifiées et peuvent affecter la physiologie des plantes en général, ou lorsqu'elles sont stressées de manière particulière.

Même lorsque le processus d'édition de gènes aboutit exactement aux changements souhaités par les développeurs de plantes, le but de l'utilisation de la technologie d'édition de gènes est de créer un nouveau génome qui n'existait pas auparavant, de le faire rapidement et, dans de nombreux cas, de modifier des parties du génome. que les techniques de sélection conventionnelles et non génétiques n'affectent pas. Il n'y a pas de correspondance univoque entre les gènes et les protéines ou les traits - il y a encore beaucoup de choses inconnues sur la relation entre l'ADN et les cellules individuelles et les organismes entiers. Ainsi, un inventaire complet de la séquence du génome des plantes génétiquement modifiées ne peut pas fournir une connaissance complète de la façon dont les gènes modifiés fonctionneront dans l'organisme vivant.

Qu'est-ce que la directive proposée par l'ACIA changerait?

L'ACIA propose d'exempter la plupart des nouvelles plantes créées par modification génétique de la partie V de la Règlement sur les semences. Les plantes exemptées peuvent être rejetées dans l'environnement (c'est-à-dire plantées) sans aucune surveillance réglementaire ou notification.

Les directives réglementaires actuelles stipulent que « le statut de VCN est déterminé par la présence d'un caractère nouveau dans une plante, quelle que soit la méthode utilisée pour l'introduire. »(3) [souligné dans l'original]

Dans les lignes directrices proposées, les plantes génétiquement modifiées ne seraient couvertes par la partie V que s'il s'agit d'espèces qui n'ont jamais été cultivées au Canada auparavant, ou si elles contiennent de l'ADN étranger, ou si elles ont un caractère qui causerait probablement des quatre impacts environnementaux énumérés dans le règlement :

1. rendre le contrôle plus difficile en supprimant une option de gestion ;
2. introduire ou augmenter une toxine, un allergène ou un autre composé qui pourrait affecter négativement les organismes non ciblés dans l'environnement ;
3. améliorer sa survie dans la nature suffisamment pour devenir une mauvaise herbe envahissante ; ou
4. provoquerait ou renforcerait un phytoravageur ou créerait un réservoir pour un phytoravageur (toute espèce, souche ou biotype de plante, d'animal ou d'agent pathogène nuisible aux plantes ou aux produits végétaux).

L'orientation proposée exempterait les plantes génétiquement modifiées lorsque les développeurs de produits déterminent que leurs nouveaux caractères n'ont causé aucun des quatre impacts ci-dessus et si l'ADN étranger utilisé pour introduire ces nouveaux caractères est par la suite supprimé.

Aux fins de la réglementation, la nouveauté ou la « nouveauté » d'une plante repose sur le concept d'« équivalence substantielle » que l'ACIA définit comme n'ayant « aucune différence significative dans l'utilisation spécifique et la sécurité de la plante par rapport aux plantes de cette espèce qui ont été cultivés au Canada. Les décisions prises en utilisant l'équivalence substantielle ne peuvent pas être vérifiées scientifiquement, car le concept est basé sur des hypothèses et des critères subjectifs qui ne sont ni définis ni rendus publics.

Selon les directives proposées, les nouvelles plantes dont les traits sont jugés substantiellement équivalents aux plantes précédemment approuvées sans conditions seront exemptées de la partie V. Au fil du temps, de moins en moins de plantes génétiquement modifiées seront couvertes par la partie V. Approbations antérieures de plantes OU de traits sera considérée comme adéquate pour soutenir la dissémination environnementale de nouvelles plantes sans autre examen, même lorsque le caractère en question est introduit dans une espèce différente de celle de l'approbation initiale.

L'ACIA a déjà approuvé des OGM qui ont causé les impacts environnementaux négatifs censés déclencher une réglementation : les cultures tolérantes aux herbicides (par exemple, RoundUp Ready) ont réduit les options de gestion des mauvaises herbes et accéléré l'évolution des mauvaises herbes résistantes aux herbicides; les cultures résistantes aux insectes (Bt) ont favorisé l'évolution de la résistance au Bt chez les phytoravageurs tels que la chrysomèle des racines du maïs, et ont eu des impacts négatifs sur les espèces non ciblées ; les cultures tolérantes aux herbicides ont un potentiel accru de devenir envahissantes dans les écosystèmes naturels (4). Étant donné que les plantes génétiquement modifiées avec ces traits seraient également considérées comme « substantiellement équivalentes » aux OGM précédemment approuvés, il existe un grave manque de clarté quant à savoir si ces impacts environnementaux négatifs déclencheraient réellement une réglementation en vertu de la partie V.

Il appartient aux développeurs de plantes de déterminer si leur nouvelle plante génétiquement modifiée est soumise à la partie V. Ils sont fortement incités à minimiser les risques environnementaux potentiels et à faire preuve de laxisme dans leurs efforts pour détecter tout ADN étranger qui pourrait s'être incorporé au génome modifié, afin d'éviter les coûts liés au processus réglementaire. S'ils croient que leur produit est exempté, ils peuvent demander une lettre officielle de l'ACIA pour confirmer l'exemption. Le sondage de consultation de l'ACIA demande si ces lettres devraient être rendues publiques. S'ils sont gardés confidentiels, l'ACIA rendrait un service privé en secret au profit des développeurs de semences cherchant une déclaration officielle que leur produit n'est pas assujetti à la réglementation canadienne, tout en refusant au public la possibilité de savoir si la plante est modifiée génétiquement. .

L'ACIA peut être en désaccord avec le développeur de l'usine et déterminer que l'usine est assujettie à la partie V après tout. Le promoteur a un recours contre cette décision s'il n'est pas d'accord. En revanche, si des membres du public sont en désaccord avec une décision de l'ACIA, ils n'ont aucun recours.

Pour le texte complet des lignes directrices proposées par l'ACIA, cliquez ici .

Quels sont les enjeux?

Absence de débat public
La politique de longue date de la NFU sur les aliments génétiquement modifiés stipule que « tous les Canadiens, qu'ils soient agriculteurs ou non, doivent s'engager dans un débat éclairé sur la modification génétique des aliments. Les citoyens doivent examiner les aliments génétiquement modifiés (GM) dans le contexte social, historique, environnemental, économique et éthique le plus large possible. Après ce débat, les citoyens, et non les entreprises qui font la promotion de ces produits, doivent décider d'accepter ou de rejeter les aliments GM. (Lire la politique complète ici).

Au cours de l'élaboration des directives réglementaires proposées, l'ACIA et Santé Canada ont tenu au moins huit réunions avec le groupe de pression sur les biotechnologies et les pesticides CropLife Canada, et plusieurs autres réunions avec des « intervenants » dont CropLife. En janvier 2020, Santé Canada a établi un groupe de travail gouvernement-industrie composé de représentants de CropLife Canada, de l'Association canadienne du commerce des semences (maintenant Semences Canada) et du Conseil canadien des grains (dont le président et chef de la direction de CropLife est le vice-président), avec l'ACIA représentants en tant qu'observateurs, pour éclairer l'élaboration de ses orientations réglementaires (5). Santé Canada et l'ACIA ont activement sollicité l'avis des entreprises qu'ils réglementent et ont conçu les documents d'orientation proposés en fonction des priorités de l'industrie.

L'édition de gènes est une nouvelle technologie puissante de génie génétique qui a le potentiel de perturber le système alimentaire et agricole du Canada. Comment, où et dans l'intérêt de qui les techniques pourraient être utilisées, sont des questions qui concernent tous les Canadiens, pas seulement les développeurs de produits. La consultation de l'ACIA et les consultations récemment closes de Santé Canada n'offrent pas l'occasion d'un débat public complet et significatif. Les directives proposées empêcheraient les Canadiens d'avoir le dialogue public nécessaire sur les plantes génétiquement modifiées avant qu'elles ne soient introduites dans notre système alimentaire et agricole.

Non basé sur la science
L'ACIA prétend utiliser un processus décisionnel fondé sur la science. Son insistance sur la science semble moins porter sur son dévouement à la science qu'une justification pour maintenir une focalisation étroite sur les questions techniques afin d'exclure les préoccupations publiques légitimes et valables concernant les implications plus larges de ses décisions. Dans l'orientation réglementaire proposée, l'ACIA sape ses prétentions à une réglementation fondée sur la science de plusieurs façons. En exemptant les plantes génétiquement modifiées au motif qu'elles ne contiennent pas d'ADN étranger, l'ACIA assimile l'absence d'ADN étranger à l'absence de risque. Cette approche ignore un principe fondamental de la science : que la science crée continuellement des connaissances et que de nouvelles recherches révèlent de nouvelles compréhensions. Le gouvernement encourage vigoureusement l'innovation, mais avec les directives proposées, l'ACIA rejette fermement toute curiosité scientifique au sujet des impacts connus ou futurs de telles innovations.

L'exemption proposée pour les plantes génétiquement modifiées qui ne contiennent pas d'ADN étranger ou qui sont « essentiellement équivalentes » aux VCN précédemment approuvés empêcherait le public d'accéder à l'information sur ces plantes génétiquement modifiées et empêcherait l'ACIA de rechercher les informations nécessaires pour évaluer leur longue durée de vie. -effets à terme sur l'environnement. Les exemptions réglementaires croissantes libèrent l'ACIA de cette obligation et font peser le fardeau, les coûts et le risque d'impacts futurs sur les agriculteurs et le grand public par défaut.

Les orientations proposées supposent également de manière non scientifique des connaissances sur l'avenir avec ses exemptions des versions génétiquement modifiées de plantes avec des traits précédemment approuvés. Il suppose que tous les résultats possibles avec l'édition de gènes se situent dans la gamme des résultats qui sont déjà familiers aux organismes de réglementation de l'ACIA. Cette exemption regroupe également un large éventail de modifications génétiques spécifiques qui entraînent le « caractère substantiellement équivalent », mais n'a aucune curiosité scientifique sur les modifications génétiques non intentionnelles potentielles qui entraînent des caractéristiques (ou des traits non documentés) qui font en réalité partie du phénotype de la plante, c'est-à-dire, une partie de ses caractéristiques observables lorsqu'il est cultivé dans une gamme de conditions dans l'environnement.

Les directives proposées reposent sur les entreprises privées pour déterminer si leur produit est soumis à la réglementation, de sorte qu'il n'y a aucune transparence quant à ce que, si des recherches appuient leurs décisions. L'ACIA ne peut donc pas évaluer les conclusions de l'entreprise. Si une entreprise décide que son produit nécessite l'approbation de l'ACIA, l'ACIA examine simplement le propre ensemble de données de l'entreprise. Les informations soumises pour approbations réglementaires sont considérées comme des informations commerciales confidentielles et ne peuvent être divulguées en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. Refuser l'accès du public aux données n'est pas scientifique, car le processus scientifique est basé sur l'ouverture. La science progresse grâce à l'examen par les pairs des études, à la réplication d'expériences et à l'application de nouvelles idées pour tester les conclusions passées. En protégeant et en promouvant le secret des données utilisées pour appuyer les approbations et commercialiser les produits, l'ACIA contredit son engagement déclaré envers la prise de décision fondée sur la science.

Dommages prévisibles aux marchés sensibles
Les nouvelles technologies génétiques sont controversées. Il existe des marchés sensibles où les plantes génétiquement modifiées ne sont pas acceptées par les consommateurs et/ou où les réglementations nationales exigent des approbations gouvernementales rigoureuses. Tous les pays n'ont pas finalisé leur approche réglementaire des plantes génétiquement modifiées. L'orientation réglementaire proposée par l'ACIA exempterait de nombreuses plantes génétiquement modifiées non seulement de toute évaluation environnementale, mais aussi de toute exigence de notification publique. Il n'y aurait aucune transparence quant à savoir si une nouvelle variété cultivée au Canada est le produit d'une modification génétique. Pour les marchés sensibles, cela pourrait entraîner le rejet des exportations canadiennes de cultures dont on sait ou soupçonne qu'elles contiennent des variétés génétiquement modifiées. Lorsque le lin canadien a été contaminé par la variété de lin OGM annulée Triffid, tous les producteurs de lin, que leurs semences aient été contaminées ou non, ont subi des pertes en raison du rejet généralisé du marché et des coûts de remise en état de l'approvisionnement en graines de lin. Une situation similaire est prévisible en raison de l'exemption de nombreuses plantes génétiquement modifiées de la réglementation canadienne.

Les normes internationales pour la production biologique certifiée interdisent l'utilisation de plantes génétiquement modifiées (6). Sans notification publique de toutes les variétés génétiquement modifiées, les agriculteurs biologiques risquent de planter par inadvertance des semences interdites et de contaminer potentiellement les expéditions en vrac biologiques. Cela nuirait à l'agriculteur individuel, aux agriculteurs dont le grain a été mélangé à la variété interdite, et potentiellement à tous les agriculteurs qui cultivent cette culture s'il y avait un rejet généralisé sur les marchés importants.

La pollinisation croisée de plantes cultivées de manière conventionnelle avec des variétés modifiées génétiquement est une autre voie de contamination et de perte de marché. Bien que les lignes directrices de l'ACIA tiennent compte du flux génétique comme facteur pour déterminer si une nouvelle plante doit être réglementée, l'histoire montre que l'ACIA ne tient pas compte des impacts de ce risque sur les agriculteurs dont les moyens de subsistance seraient touchés. La luzerne GM a été approuvée même si l'ACIA savait parfaitement que la luzerne est une culture allogame pollinisée par les insectes et que la luzerne sauvage poussant dans des fossés, de vieux champs de foin et sur d'autres terres non agricoles qui serait un vecteur de flux génétique incontrôlé. Étant donné que la luzerne génétiquement modifiée a été approuvée, une variété de luzerne modifiée génétiquement qui ne contient pas d'ADN étranger ou dont les caractères sont jugés substantiellement équivalents à la luzerne approuvée résistante au glyphosate et/ou à faible teneur en lignine serait exemptée de la partie V en vertu des directives proposées.

Les brevets intensifient le contrôle des entreprises
Les plantes génétiquement modifiées seront couvertes par des brevets. Les semences de variétés de cultures génétiquement modifiées seront protégées par brevet de la même manière que les autres cultures génétiquement modifiées le sont aujourd'hui. L'édition de gènes sera probablement utilisée pour introduire de nouveaux caractères dans une plus grande variété de types de cultures, y compris les céréales telles que le blé, l'orge et le seigle, ainsi que le lin, la caméline, les pommes de terre, les cultures horticoles et les légumineuses telles que les pois, les haricots et les lentilles. Les variétés génétiquement modifiées de ces cultures seraient brevetées, obligeant les agriculteurs qui les cultivent à acheter des semences chaque année et à payer des redevances au titulaire du brevet. L'utilisation de semences de ferme de variétés modifiées génétiquement serait interdite.

La propriété des brevets liés à l'édition de gènes est très concentrée. Corteva, la société composée des anciennes divisions agricoles de Dow et DuPont, a été la première société autorisée à utiliser CRISPR/Cas9 pour les cultures et détient des droits de propriété intellectuelle exclusifs pour les applications de la technologie CRISPR/Cas dans les principales cultures ainsi que des droits non exclusifs dans autres applications agricoles. Corteva a établi un « pool de brevets » pour contrôler l'accès et l'utilisation des technologies CRISPR/Cas par le biais d'accords de licence confidentiels avec d'autres sociétés. Syngenta, propriété de ChemChina, possède également de nombreux brevets pour des plantes modifiées par des gènes. Les titulaires de brevets fondamentaux licencient gratuitement la technologie aux chercheurs, mais toute application commerciale de la technologie, telle que la vente de semences, est soumise à des conditions et à des redevances.

Certaines demandes de brevet pour des produits modifiés génétiquement sont formulées de manière si large qu'elles brouillent la distinction entre la modification génétique et la sélection conventionnelle. Il est à craindre que ces brevets puissent englober des variétés sélectionnées de manière conventionnelle avec des caractéristiques identiques ou similaires à celles développées par l'édition de gènes. Cette ambiguïté peut être conçue pour permettre aux titulaires de brevets d'édition de gènes de revendiquer également des droits de brevet sur les variétés sélectionnées de manière conventionnelle. (7). La portée trop large de certains brevets liés à la modification génétique, combinée au manque de transparence quant à savoir si une variété est modifiée génétiquement, signifie que les agriculteurs risquent davantage d'être poursuivis pour contrefaçon de brevet s'ils utilisent sans le savoir des semences couvertes par un brevet.

Conclusion

L'orientation réglementaire proposée par l'ACIA permettrait à de nombreuses plantes produites par modification génétique d'être testées sur le terrain et libérées dans l'environnement sans surveillance réglementaire. Cela éliminerait l'accès à la documentation publique nécessaire aux chercheurs indépendants pour enquêter sur les impacts de ces plantes sur l'environnement ou l'approvisionnement alimentaire.

Le cadre réglementaire adopté pour réglementer la réglementation génétique ouvrira également la voie à la réglementation des microbes et des animaux génétiquement modifiés (via la Loi canadienne sur la protection de l'environnement) pour un plus large éventail d'utilisations comme aliments, bioréacteurs, usines biochimiques , les additifs pour le sol, etc. Bien que nous n'en ayons pas discuté dans ce document, les directives proposées couvrent également les arbres modifiés génétiquement, ce qui est clairement en dehors de l'expertise de l'ACIA et de l'intention du Règlement sur les semences. Ainsi, les implications de la voie proposée par l'ACIA vers la déréglementation ont des implications qui vont au-delà de l'agriculture et de l'alimentation.

L'absence de régulation publique via l'exemption de la partie V a pour effet de privatiser la régulation des semences génétiquement modifiées : les entreprises utiliseront des brevets et des licences pour contrôler l'accès à la technologie et contrôler l'utilisation de ces semences. À moins d'être étroitement réglementées, les entreprises poursuivront leurs propres intérêts commerciaux sans tenir compte des conséquences sociétales plus larges.

En tant qu'organisme public de réglementation, habilité par des lois et des règlements adoptés par des députés démocratiquement élus, l'ACIA est responsable envers le public, et non envers les entreprises qu'elle réglemente. Il a le devoir de protéger l'intérêt public. L'orientation réglementaire proposée vise à dégager l'ACIA de sa responsabilité en créant un mécanisme pour progressivement réduire et minimiser sa surveillance des semences génétiquement modifiées. Cela est contraire à l'esprit du règlement lui-même et devrait donc être rejeté. Toutes les plantes génétiquement modifiées, y compris celles développées à l'aide de la technologie d'édition de gènes, doivent être soumises à la réglementation en vertu de la partie V de la Règlement sur les semences.

Consultation publique – comment participer

La consultation publique sur le projet d'orientation réglementaire de l'ACIA est ouverte jusqu'au 16 septembre 2021. Elle prend la forme d'un questionnaire en ligne. Le Réseau canadien d'action sur la biotechnologie (RCBA) a produit un guide utile pour le questionnaire afin d'aider les membres du public à fournir des commentaires utiles. Cliquez ici pour télécharger le guide CBAN, puis cliquez ici pour remplir le questionnaire de l'ACIA ou envoyer un courriel au Bureau de la biosécurité végétale à DPB@inspection.gc.ca.

Références:

(1) Règlement sur la Loi sur les semences, partie V https://laws-lois.justice.gc.ca/eng/regulations/c.r.c.,_c._1400/page-20.html#docCont

Partagez vos idées : Lignes directrices pour déterminer si une plante est assujettie à la partie V du Règlement sur les semences, ACIA
https://inspection.canada.ca/about-cfia/transparency/consultations-and-engagement/share-your-thoughts/eng/1619740964754/1619741042405

(2) D'autres technologies d'édition de gènes incluent la mutagenèse dirigée par oligonucléotide (ODM), la technologie de nucléase à doigt de zinc, les méganucléases, la cisgénèse, le greffage sur un porte-greffe transgénique, l'agro-infiltration, la reproduction inversée et la génomique synthétique.

(3) Directive 94-08 (Dir 94-08) Critères d'évaluation pour la détermination de la sécurité environnementale des végétaux à caractères nouveaux, https://inspection.canada.ca/plant-varieties/plants-with-novel-traits/applicants/directive-94-08/eng/1512588596097/1512588596818#a1

(4) Enquête OGM, Rapport 2 : Les cultures GM sont-elles meilleures pour l'environnement ? Réseau canadien d'action en biotechnologie, mai 2015. http://gmoinquiry.ca/wp-content/uploads/2015/05/Are-GM-crops-better-for-the-environment_-E-web.pdf

(5) Réunions et correspondance sur l'élaboration de nouvelles orientations réglementaires pour les nouveaux aliments
https://www.canada.ca/en/health-canada/services/food-nutrition/genetically-modified-foods-other-novel-foods/transparency-privacy-regulatory-guidance-novel-foods/meetings-correspondence.html

(6) Document de position : Génie génétique et organismes génétiquement modifiés, adopté par IFOAM – Organics International World Board au nom du mouvement biologique mondial, Novembre 2016. https://www.ifoam.bio/sites/default/files/2020-03/position_genetic_engineering_and_gmos.pdf

(7) Nouvelles plantes génétiquement modifiées et alimentaires : l'impact perturbateur des brevets sur les sélectionneurs, la production alimentaire et la société
Christoph Then, Andreas Bauer-Panskus et Ruth Tippe. Testbiotech e. V., Institute for Independent Impact Assessment in Biotechnology. https://www.testbiotech.org/sites/default/files/Patents_on%20new%20GE.pdf

Retour au sommet