National | Communiqué de presse

La NFU demande une remise sur le carburant utilisé pour le séchage des céréales à la ferme

(Saskatoon) - Aujourd'hui, le National Farmers Union a envoyé une lettre à l'hon. Jonathan Wilkinson, ministre de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique, a souligné l'urgence d'un rabais sur les frais de tarification de la pollution actuellement facturés sur le gaz naturel et le propane utilisés pour le séchage des grains à la ferme.

Conformément aux objectifs de l'Accord de Paris en matière de sécurité alimentaire et de production alimentaire, le Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre exempte les achats d'essence et de diesel des agriculteurs qui sont utilisés pour faire fonctionner des machines agricoles à la ferme et pour conduire des machines d'un endroit à un autre dans une ferme, mais n'exempte pas le propane ou le gaz naturel utilisé dans les fermes pour le séchage des grains. En conséquence, les agriculteurs ont des coûts supplémentaires pour le séchage inévitable des grains, et certains peuvent avoir recours à des brûleurs diesel à émission plus élevée pour éviter de payer le prix du carbone.

Lors de la récente convention nationale, les membres de la NFU ont adopté une résolution demandant au gouvernement fédéral d'accorder une remise aux agriculteurs pour le carburant utilisé dans les opérations de séchage des céréales à la ferme.

«De toute évidence, le propane a été négligé lorsque les exemptions de carburant ont été abordées», a déclaré le membre du conseil d'administration de la NFU, Doug Scott, de Waskatanau, en Alberta. «Le séchage du grain est devenu un coût important pour les céréaliculteurs des Prairies et le propane est le principal combustible utilisé pour le séchage du grain.»

«Il est absurde pour le Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre d'offrir une exemption qui semble encourager les agriculteurs à utiliser des brûleurs au diesel pour le séchage du grain, tout en pénalisant ceux qui utilisent du gaz naturel ou du propane à combustion plus propre », a déclaré Kyle Korneychuk, qui exploite une ferme à Pelly, en Saskatchewan. "Nous pensons que c'est une erreur qui peut être corrigée en mettant en place un rabais dès que possible."

«Cette année, le printemps a commencé deux à quatre semaines plus tard que la normale, les semences pour les variétés à maturation précoce étaient en nombre insuffisant, et un gel de destruction précoce en octobre a été suivi de pluies et de neige considérables. Tout cela signifie que les agriculteurs de l'Ontario et du Québec sont confrontés à une culture qui est anormalement humide et coûteuse à sécher », a noté Don Ciparis de Rodney, en Ontario. «Les coûts de séchage doivent être pris en compte dans la réalité actuelle de l'agriculture et reconnus par la remise de la taxe sur le carbone payée sur le propane nécessaire pour rendre nos cultures vendables.»

«Nos ascenseurs n'acceptaient tout simplement pas de soja à plus de 14% d'humidité, mais nous l'avons obtenu entre 15% et 18% en novembre. Un séchoir à grains au propane ou au gaz naturel est la seule solution dont nous disposons pour réduire l'humidité du soya cet hiver », a déclaré Dean Harder de Lowe Farm, au Manitoba. «Nous espérons que le gouvernement comprendra notre situation difficile et travaillera avec l'industrie agricole pour trouver des solutions de rechange pour le séchage des grains à l'avenir, mais pour le moment, le propane reste la meilleure option sur notre ferme.

En 2015, le Canada a signé l'Accord de Paris, qui reconnaît les vulnérabilités particulières des systèmes de production alimentaire aux effets néfastes des changements climatiques et la nécessité de sauvegarder la sécurité alimentaire. Conformément à l'Accord de Paris, le Canada a adopté la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre en 2018, qui oblige toutes les provinces à établir un mécanisme de tarification du carbone comme incitatif fondé sur le marché pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les résidents des provinces qui n'ont pas encore établi leur propre système de tarification du carbone ou qui ont abrogé leurs anciens systèmes sont couverts par la loi fédérale. Cela comprend l'Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba et l'Ontario.

- 30 -

Pour plus d'informations:

Doug Scott, NFU Region 7 (Alberta) Membre du conseil d'administration, Waskatenau, AB: (780) 650-1336

Kyle Korneychuk, membre de la NFU, Pelly, SK: (306) 595-2094

Don Ciparis, coordonnateur de la région 3 de l'Ontario (Ontario), Rodney, ON: (519) 615-5366

Dean Harder, membre de la NFU, Lowe Farm, MB: (204) 797-6388

Lire la lettre de NFU au ministre Wilkinson 

 

 

 

 

Retour au sommet