Région 6 | Communiqué de presse

Les organisations autochtones, environnementales et agricoles de la Saskatchewan demandent à la province de mettre un terme à la liquidation des terres de la Couronne

Les organisations autochtones, environnementales et agricoles de la Saskatchewan se sont réunies pour demander au gouvernement provincial de mettre un terme à la vente des terres visées par un traité à des propriétaires privés. Depuis 2007, la province a vendu aux enchères plus de 2 millions d'acres de terres de la Couronne - totalisant une superficie plus grande que le parc national de Prince Albert - avec des implications majeures pour les relations de traité, l'habitat faunique et la capacité des habitants de toute la Saskatchewan d'accéder aux terres pour gagner leur vie et activités récréatives.

La déclaration (ci-jointe) est signée par plus de 20 organisations en Saskatchewan, y compris Idle No More, Bureau du commissaire aux traités, Nature Saskatchewan, Société environnementale de la Saskatchewan, le Union Nationale des Fermiers, et le Fédération du travail de la Saskatchewan, représentant ensemble plus de 100,000 XNUMX membres.

Les terres qui ont été privatisées comprennent des prairies, des terres humides et des parcs à trembles autrefois protégés qui sont les territoires des peuples cris, saulteaux, nakota, dakota, lakota et métis. «Les gens oublient que ce sont des terres issues de traités qui appartiennent aux détenteurs de titres autochtones», déclare Sylvia McAdam, professeure de droit et membre fondatrice de Idle No More. «Ils ne devraient pas être considérés comme des terres cédées.»

Comme il reste moins de 14% des prairies en Saskatchewan, les terres de la Couronne fournissent un habitat faunique d'une importance cruciale dans un écosystème de prairies de plus en plus fragmenté. «Les blocs relativement grands de prairies indigènes existant sur les terres de la Couronne fournissent un refuge et une population source à de nombreuses plantes et animaux à risque», déclare Jordan Ignatiuk, directeur général de Nature Saskatchewan. «Leur protection est cruciale pour éviter l'extinction d'espèces emblématiques des prairies.»

«Nous partageons tous la responsabilité de préserver la précieuse petite prairie indigène qui reste et de veiller à ce qu'elle demeure accessible», déclare Trevor Herriot de Public Pastures - Public Interest. «Ce sont des terres que nous avons été chargées de partager et de protéger ensemble en vertu d'un traité, et c'est ce qui se rapproche le plus d'une terre détenue en commun pour le bénéfice de tous les signataires de traités. Elle appartient aux générations futures et est cruciale pour honorer la relation conventionnelle. »

Une pétition en ligne demandant aux particuliers de signer la déclaration a été lancée ici.

Ci-joint le Déclaration sur les ventes de terres de la Couronne

PERSONNES-RESSOURCES:

Sylvia McAdam Trevor Herriot Mary Smillie

Idle No More Public Pastures - Syndicat national des agriculteurs d'intérêt public

306-281-8158 306-585-1674 306-567-7739

 

Valérie Zink

Réseau de partage des terres issues des traités

(Logistique)

306-209-9110

 

Retour au sommet