Publications

L’Agence canadienne de résilience agricole proposée par l'UNF

Neuf membres et responsables de l'UNF tiennent des réunions avec des députés individuels pour aider à faire avancer la proposition de l'UNF de l'Agence canadienne de résilience agricole (ACRA). L'UNF signale aux députés qu'il existe un important déficit de capacité à Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), comme en témoignent les décisions d'exécution du programme concernant le programme du Fonds d'action pour le climat à la ferme (OFCAF). Plutôt que de concevoir et de mettre en œuvre les programmes de l'OFCAF lui-même, AAC a confié le travail à douze organisations tierces, dont l'Ontario Soil and Crop Improvement Association, la Manitoba Association of Watersheds et le Canola Council of Canada. AAC a actuellement un déficit de capacité. Plus important encore, l'UNF a souligné qu'au fur et à mesure que les années passent et que nous nous rapprochons de nos engagements de réduction des émissions de 2030 et 2050, les défis de réduction des émissions ne feront que croître. "l'AAC est au début de décennies d'intensification et d'expansion des travaux et doit renforcer ses capacités", tel est le message que l'UNF transmet aux décideurs. Pour renforcer cette capacité, l'UNF propose un ACRA. Tirant les leçons du très respecté ARAP, mais mis à jour pour le 21ièmesiècle, un ACRA pourrait diriger l'adaptation au climat et la réduction des émissions, embaucher et former des centaines d'agronomes indépendants et créer un réseau de fermes de démonstration où les pratiques à faibles émissions pourraient être affinées et présentées. 

Lire Le Canada a besoin d'une agence sur les changements climatiques.