L'Union Nationale des Fermiers et d'autres organisations de travailleurs agricoles / paysans, autochtones et ruraux familiaux travaillent au sein du mouvement mondial, La Via Campesina, pour résister aux accords commerciaux mondiaux et à l'OMC, arrêter la destruction des communautés, des cultures et des environnements et construire une alternative: la souveraineté alimentaire.

La souveraineté alimentaire consiste à responsabiliser les gens - agriculteurs et mangeurs - pour prendre les décisions importantes concernant l’alimentation et l’agriculture. C'est la condition dans laquelle les gens définissent leurs propres systèmes alimentaires et agricoles pour produire des aliments sains et adaptés à la culture par des méthodes écologiques et durables. Le concept de souveraineté alimentaire s’exprime à travers six piliers:

Souveraineté Alimentaire:

  1. met l'accent sur la nourriture pour les gens
  2. valorise les fournisseurs d'aliments
  3. localise les systèmes alimentaires
  4. met le contrôle localement
  5. renforce les connaissances et les compétences
  6. travaille avec la nature

Téléchargez un PDF qui explique les six piliers en détail

Nettie Wiebe, ancienne présidente du NFU, a été impliqué dans la formation du LVC ​​et l’articulation de ses objectifs:

«… Je me souviens de longues discussions profondes, parfois controversées, qui ont duré tard dans la nuit alors que nous avions du mal à trouver un terme qui tiendrait compte de ce pour quoi nous nous battions. Le terme conventionnel de «sécurité alimentaire» était inadéquat. Il s’agissait de faire plus que de produire plus de nourriture ou de la distribuer plus efficacement. Nous étions aux prises avec des questions fondamentales de pouvoir et de démocratie: Qui contrôle les ressources productrices d'aliments telles que la terre, l'eau, les semences et la génétique et à quelles fins? Qui décide de ce qui est cultivé, comment et où il est cultivé et pour qui? Nous avions besoin d'un langage qui exprimait les dimensions politiques de notre lutte.

La souveraineté alimentaire est un tel terme. Cela provoque le discours nécessaire sur le pouvoir, la liberté, la démocratie, l'égalité, la justice, la durabilité et la culture. La nourriture est retirée du domaine des produits de marché et réintégrée dans les contextes social, écologique, culturel et local en tant que source de nutrition, de moyens de subsistance, de sens et de relations. »

Bulletin Nyéléni | No.30

En 2007, la NFU a participé à la conférence historique Nyéléni Forum international sur la souveraineté alimentaire au Mali, où plus de 500, des organisations de pays à faible capitalisation membres de LVN se sont réunies pour créer un mouvement mondial en faveur de la souveraineté alimentaire. Les participants au forum ont affiné leur compréhension de ce nouveau paradigme des relations entre l’alimentation et l’agriculture dans le monde. Déclaration de Nyéléni.

La souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une nourriture saine et culturellement appropriée produite par des méthodes écologiquement rationnelles et durables, ainsi que leur droit de définir leurs propres systèmes alimentaire et agricole. Il place les aspirations et les besoins de ceux qui produisent, distribuent et consomment des aliments au cœur des systèmes et des politiques alimentaires plutôt que des exigences des marchés et des entreprises. Il défend les intérêts et l'inclusion de la prochaine génération. Il offre une stratégie pour résister et démanteler le commerce actuel et le régime alimentaire des entreprises, ainsi que des directives pour les systèmes alimentaires, agricoles, pastoraux et de pêche définies par les producteurs et les utilisateurs locaux. La souveraineté alimentaire donne la priorité aux économies et aux marchés locaux et nationaux et renforce l'autonomie des exploitations agricoles paysannes et familiales, de la pêche artisanale, du pâturage dirigé par les pasteurs et de la production, de la distribution et de la consommation alimentaires basées sur la durabilité environnementale, sociale et économique. La souveraineté alimentaire promeut un commerce transparent garantissant des revenus équitables à tous les peuples, ainsi que le droit des consommateurs de contrôler leur nourriture et leur nutrition. Elle garantit que les droits d'utilisation et de gestion des terres, des territoires, des eaux, des semences, du bétail et de la biodiversité sont entre les mains de ceux d'entre nous qui produisent des aliments. La souveraineté alimentaire implique de nouvelles relations sociales libres d'oppression et d'inégalité entre hommes et femmes, peuples, groupes raciaux, classes sociales et économiques et générations.

- Déclaration de Nyéléni

Le système Comité de programme international (IPC) de la NFU a produit un Brochure 12 sur la souveraineté alimentaire. Vous pouvez le télécharger en anglais et en français en cliquant sur les images ci-dessous. Si vous souhaitez obtenir plusieurs exemplaires du livret, vous pouvez demander la version imprimée ici pour l’imprimer dans votre imprimerie locale.

Dans 2008 un ambitieux projet de trois ans, Projet de politique alimentaire populaire (PFPP), a développé et sensibilisé davantage le public au concept de la souveraineté alimentaire au Canada en impliquant plus de gens de 3,000 de partout au Canada dans des discussions intentionnelles, souvent difficiles, sur la politique alimentaire. Le projet a rendu hommage au travail de la Commission alimentaire des peuples de 1970, qui a mis en évidence les liens entre la justice sociale, la durabilité écologique et les moyens de subsistance des agriculteurs dans son rapport final. Le pays du lait et de l'argent (PDF) Dans 2011, le PFPP a publié un rapport de synthèse - Réinitialisation de la table (PDF) - avec une série de plus documents de discussion détaillés sur des domaines politiques clés. Le travail commencé par le Projet de politique alimentaire populaire se poursuit par le biais de Sécurité Alimentaire Canada, de ses groupes membres et affiliés et d'organisations à base communautaire, y compris la NFU.

Restez au courant des problèmes qui touchent les agriculteurs canadiens.
Recevez les dernières nouvelles de l'UNF dans votre boîte aux lettres!
S'abonner