Où va votre argent?
Le National Farmers Union (NFU) et la plupart des Insulaires ont été soulagés lorsque les gouvernements fédéral et provincial ont pris des mesures rapides pour lutter contre le COVID-19. Les mesures mises en place ont contribué à freiner la propagation du virus et ont sauvé de nombreuses vies ici à l'Île-du-Prince-Édouard et dans d'autres provinces et territoires. Les porte-parole du gouvernement se sont montrés soucieux de répondre aux
Alimentation et agriculture - Les leçons de la pandémie
Avec la crise actuelle du virus corona qui a lieu sur notre planète, en tant qu'agriculteurs et en tant que consommateurs, nous devons être prêts à soutenir les autorités sanitaires partout dans le monde. Il s'agit également d'une situation propice à une réflexion sur le système alimentaire existant et sur une nouvelle approche de l'ensemble. À ce jour, nous avons
Coronavirus: une autre couche d'anxiété pour les agriculteurs
Nous devons mettre un terme à la menace virale du modèle industriel de l'agriculture pour les agriculteurs et les terres. Arrêtons de dire: «quand nous reviendrons à la normale ...» La normale est assez désastreuse pour les agriculteurs et la terre. Nous pouvons faire mieux que la «normale». Trouvons ensemble de nouvelles voies
Les céréaliculteurs canadiens subiront-ils des dommages collatéraux dans la hâte d'adopter le projet de loi C-4?
Le projet de loi C-4 comprenait une série de modifications de style général à la Loi sur les grains du Canada qui touchent la Commission canadienne des grains qui n'ont pas été négociées au sein de l'AMUSC et n'ont rien à voir avec la mise en œuvre de l'accord commercial.
Qui est responsable de la politique agricole?
Alors que la récolte occupera le devant de la scène dans l'esprit des agriculteurs à mesure que nous consacrons les longues heures qui nous attendent, d'autres problèmes doivent être pris en compte. Deux des plus importants sont l'attaque d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) contre le droit des agriculteurs à utiliser librement leurs propres semences, et la réécriture apparemment non supervisée d'AAC
Le Canada a perdu sa crédibilité et la confiance des clients du secteur des grains grâce à la déréglementation
Depuis la disparition de la Commission canadienne du blé, les sociétés céréalières sont maintenant en mesure de réaliser des profits énormes dans les Prairies canadiennes. Les administrations Harper et Trudeau ont toutes deux bien joué leur rôle en détruisant la crédibilité internationale du Canada qui avait obligé les clients à spécifier «source: Canadian».
Le droit des agriculteurs de semer est une question de principe
par Ann Slater En décembre dernier, les Nations Unies ont adopté la Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales. Cette déclaration a été présentée par La Via Campesina (LVC), un mouvement mondial qui regroupe des organisations représentant des agriculteurs de petite et moyenne taille, des paysans, des ouvriers agricoles, des femmes rurales et des communautés autochtones. le
Synergie des semences et création de valeur : une solution en quête d’un problème
Compte tenu de la santé et de la vigueur du système public de sélection des plantes du Canada et de la volonté des agriculteurs d’intensifier leurs efforts et de contribuer à son amélioration, il semble que l’initiative «Création de valeur» d’AAC soit une solution indésirable à un problème inventé.
Synergie de semences: l'histoire précédente
Au cours des deux derniers mois, les fermiers ont pris connaissance d’une inquiétante campagne, coordonnée par des intervenants de l’industrie canadienne des semences. Financée en partie par notre gouvernement fédéral, cette campagne vise à supprimer notre droit de conserver et de réutiliser librement nos propres semences.
Op-Ed: Le paradoxe de la gestion des approvisionnements en produits laitiers et en pétrole souligne la nécessité d'une nouvelle orientation politique
Le 2 décembre, le gouvernement de l'Alberta a annoncé qu'il imposerait une discipline de production aux compagnies pétrolières de la province afin de porter le prix du pétrole à base de bitume au-dessus de son coût de production. Cela est venu en réponse à sa réduction de plus de 50 $ le baril par rapport au pétrole West Texas Intermediate de plus haute qualité. La baisse des prix entraînerait bientôt le pétrole
Retour au sommet