Aperçu

En juin 2015, la NFU a été invitée à présenter son point de vue dans le cadre de l'étude du Comité sénatorial de l'agriculture et des forêts sur les priorités d'accès aux marchés internationaux pour le secteur agricole et agroalimentaire canadien. Lire le mémoire de la NFU et l’équipe de transcription officielle de la réunion. Ces documents sont également disponibles en anglais.

Si le CETA est adopté, il y aura de graves conséquences

  • restrictions sévères au droit des agriculteurs de conserver et de réutiliser des semences, avec des pénalités pouvant inclure une peine de prison pour les contrevenants
  • saisie préventive des biens d'un agriculteur (y compris les récoltes, les machines et le compte bancaire) en cas de violation présumée (non prouvée) d'un brevet ou de droits d'obtenteur
  • perte de potentiel du marché alimentaire local en raison de règles interdisant les achats locaux par les municipalités, les universités, les écoles et les hôpitaux.
  • règles restrictives relatives à l'utilisation de l'indication géraphraphiques - les noms de produits tels que “fromage feta” et “jambon de Parme” en fonction de l'endroit où ils sont produits traditionnellement.
  • Réduction de la tonne 13,000 sur le marché intérieur du fromage canadien, qui nuira à nos fromagers artisanaux et à nos producteurs laitiers.

Il convient également de noter que le L'UE subventionne ses agriculteurs et le Canada ne le fait pas.L’UE dépense des milliards de dollars par an en subventions agricoles. Aux Pays-Bas, par exemple, les agriculteurs reçoivent plus de 50 € par hectare (400 $ / acre). Le Canada offre un programme de filet de sécurité limité, appelé Gestion des risques de l'entreprise (BRM). De 2007 à 2010, les programmes de BRM ont déboursé environ un milliard de dollars 3.4 / an. Si ces fonds étaient appliqués uniformément à l'acre (ce qu'ils ne sont pas), le programme débourserait environ 20 $ / acre de terres agricoles canadiennes. Les producteurs laitiers, les producteurs d'œufs, de poulets et de dindes canadiens n'utilisent pas les programmes de GRE système de gestion de l'offre assure qu'ils gagnent un revenu adéquat en vendant leur produit.Le secteur laitier canadien est presque entièrement actif sur le marché intérieur.Les ministres de l'Agriculture du Canada ont répété à maintes reprises que les agriculteurs devraient tirer leur revenu du marché, et non de la boîte aux lettres, de sorte qu'il est peu probable les agriculteurs obtiendront toujours des subventions de style européen.

Les avantages de l'AECG pour l'agriculture vantée par le gouvernement fédéral ont peu de chance de se concrétiser

  • L’Europe a exempté ses réglementations relatives aux cultures d’OGM de l’AECG, ce qui signifie que les agriculteurs canadiens qui utilisent la technologie OGM n’auront pas accès au marché européen par le biais de l’AECG.
  • L’Europe a choisi de payer des amendes dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce afin d’éviter d’importer du bœuf canadien produit à partir d’hormones de croissance. L'AECG n'ouvrira pas le marché européen aux producteurs qui continuent à utiliser ces hormones, alors que l'Europe autorise déjà l'importation de bœuf sans hormones du Canada en franchise de droits.

Développements récents de la campagne CETA

Le 14 octobre 2016, le Parlement de la province belge de Wallonie a voté contre l'AECG, ce qui a empêché la Belgique d'accepter l'accord. Le 17 octobre 2016, la NFU a envoyé un lettre de support au dirigeant wallon, exprimant sa solidarité avec le peuple wallon en défendant les intérêts des agriculteurs et des travailleurs.

Lors des négociations ultérieures, la Wallonie a accepté un «déclaration interprétative»À utiliser en cas de litige entre investisseurs et États. Le résultat est que la ratification de l'AECG peut se poursuivre, mais se fera en deux étapes. Les parties de l'accord qui relèvent de la compétence du Parlement européen seront adoptées à titre provisoire; les parties de l'AECG concernant le règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS), désormais appelé système judiciaire des investissements (ICS), doivent être ratifiées séparément par chacun des 28 États membres de l'Union européenne.

Le Canada a ratifié l’ensemble de l’AECG par le biais de Le projet de loi C-30, qui a été présenté au Parlement en octobre 31, 2016.

En Septembre 2016, Le président de la NFU, Jan Slomp, a rencontré le European Milk Board partager de l'information sur la façon dont l'AECG endommagerait le système de gestion de l'offre du Canada. L'EMB s'est intéressé à adopter un système comme le nôtre pour atténuer la crise actuelle de surproduction et de prix bas au lieu de saper nos producteurs via l'AECG après lecture la lettre ouverte de la NFU au commissaire européen à l'agriculture Phil Hogan.

L’Union nationale des fermiers s'est associé à d'autres organisations de citoyens du Réseau de justice commerciale contester la portée et le processus de négociation secret de AECG, les négociations de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, et de souligner la nécessité d’un régime commercial international plus durable, équitable et socialement juste.

En septembre 26, 2014 Canada a publié le texte de l'accord CETA, mais seulement après la fin des négociations. L’accord doit être ratifié par les États membres de l’Union européenne avant de pouvoir entrer en vigueur. La NFU a contribué à Comprendre l'AECG, une analyse du texte final publié par l'analyse de l'AECG par le Centre canadien de politiques alternatives (voir pages 86 à 89 du document). La NFU est également signataire de la DÉCLARATION DES Mouvements Sociaux sur le Sommet Canada-Union européenne à Ottawa auquel plus de 100 organisations syndicales, d'agriculteurs et de femmes; Groupes des Premières Nations; Les ONG; associations de consommateurs; groupes environnementaux; les réseaux de recherche et d'autres organisations de la société civile du Canada et d'Europe expliquent pourquoi nous nous opposons fermement à l'AECG.

En octobre 2013, le premier ministre Harper a annoncé qu'il avait signé l'accord CETA.en principe«, Cependant, le texte réel de l'accord était toujours gardé secret, alors que certains détails n'étaient pas encore finalisés. Les articles de presse se sont concentrés sur le compromis «bœuf et porc contre fromage». La recherche de l'UNF montre qu'il y aura peu ou pas d'avantage aux producteurs de boeuf et de porc, alors que le secteur laitier subira de réelles pertes si l’AECG est mis en œuvre.

La NFU a obtenu des copies divulguées du projet de texte à plusieurs étapes des négociations et a analysé chacune d’elles du point de vue de l’agriculture, de l’alimentation et des agriculteurs. Il est devenu évident que l'AECG ne consiste pas tant à supprimer les barrières commerciales - il y en a peu entre le Canada et l'Europe - mais davantage à limiter le pouvoir des gouvernements élus de les empêcher de faire des lois qui restreindraient les multinationales et d'assurer à ces sociétés des avantages économiques et juridiques permanents par rapport aux citoyens et aux entreprises indépendantes.

En février 2013, le NFU a signé le Déclaration transatlantique Opposition aux droits excessifs des entreprises (règlement des différends entre investisseurs et États) dans l'Accord économique et commercial global entre l'Union européenne et le Canada (AECG). Nous nous associons à des organisations de travailleurs, environnementales, autochtones, féminines, universitaires, de la santé et du commerce équitable de l'Europe, du Canada et du Québec, représentant plus de millions de 65 qui exigent que le Canada et l'Union européenne cessent de négocier un chapitre excessif et controversé sur les droits de l'investisseur dans la proposition de résolution. Accord économique et commercial global (CETA).

En décembre, 2014, la NFU, a présenté le mémoire, Impact agricole de l'accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne au Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire de la Chambre des communes. Le mémoire est basé sur le texte final de l’AECG et résume nos préoccupations.

Dernières mises à jour

Communiqué de presse
La National Farmers Union (NFU) exhorte les députés à appuyer le projet de loi C-216, qui rendrait illégal tout futur accord commercial visant à offrir un accès accru aux étrangers aux marchés canadiens soumis à la gestion de l'offre. Le système de gestion de l'offre repose sur trois piliers : la discipline de production, qui garantit que les agriculteurs ne produisent ni plus ni moins que les besoins du marché ;
Des lettres
Nous faisons écho à l'appel lancé par nos homologues français aux membres de l'Assemblée nationale et du Sénat de voter contre la ratification de l'AECG, car il n'offre pas les garanties nécessaires pour lutter contre les problèmes sociaux majeurs du 21e siècle: le changement climatique et les inégalités sociales.
Communiqué de presse
<strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanSaskatoon</span—Les grandes parties de l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne entrent en vigueur aujourd'hui. «Ce n'est pas le bon accord commercial pour les citoyens canadiens et européens», a déclaré Terry Boehm, président du comité du commerce et des semences de l'Union nationale des agriculteurs (NFU). «C’est toutefois très bien pour les grandes entreprises qui ont des relations avec le Canada ou l’Europe. En effet, il s'agit d'une charte des droits pour les sociétés, leur permettant de passer outre les gouvernements jusqu'au niveau municipal. »
Communiqué de presse
L'AECG offre le langage de la prospérité et du progrès, mais accélère en réalité les inégalités de revenus et les troubles locaux.
Opinion
Jeudi, dans le journal télévisé CBC Vancouver Vancouver, le journaliste d’affaires a fait l’annonce étrange que les producteurs laitiers du Canada sont les deuxièmes moins compétitifs au monde.
Communiqué de presse
Aujourd'hui, la ministre canadienne du Commerce, Chrystia Freeland, a reconnu sa défaite dans ses efforts pour convaincre la province belge de Wallonie de laisser tomber son opposition à l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne.
Restez au courant des problèmes qui touchent les agriculteurs canadiens.
Recevez les dernières nouvelles de l'UNF dans votre boîte aux lettres!
S'abonner
Retour au sommet