Politique: 2015

<strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanRecommandation 1.0:</spanQue les terres cultivables ont une valeur inhérente comme partie d'un écosystème plus vaste; donc, la protection des terres agricoles comprend intrinsèquement la protection des forêts et des cours d'eaux environnants. Ce principe fondamental devrait guider la Politique sur l'utilisation des terres agricoles et les conditions qui en découlent.</spanRecommandation 2.1</span: Que la politique sur l'utilisation des terres agricoles s'efforce d'encourager une diversité d'entreprises agricoles prospères au lieu des modèles d'entreprises de type vertical. La Politique devra limiter le montant de terres publiques (de la Couronne) mises en disponibilité aux compagnies verticalement intégrées pour leur propre production et transformation primaire, afin de voir que des entreprises monopolisent un certain marché. Lire la suite

Version PDF</spanNFU District 1, Région 1</span <strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanSoumission concernant</span<strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanL'élaboration de la Loi sur l'eau de l'Île-du-Prince-Édouard</span<strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanPrésenté au PEI Environmental Advisory Council</span3 novembre 2015</span<em<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanLes membres de la génération au pouvoir ne doivent pas traiter la terre comme quelque chose de donné par leurs parents, mais plutôt comme quelque chose d'emprunté à leurs enfants.</span</strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</span(Politique G-6 #1 du Syndicat national des cultivateurs) Lire la suite

Au cours de cette campagne électorale fédérale, les électeurs ont l'occasion de s'entretenir avec des candidats aux élections fédérales locales sur l'agriculture, l'agriculture et l'alimentation. Le Syndicat national des agriculteurs défend les principales questions politiques du point de vue des agriculteurs familiaux. Nos positions sont mises en avant par des membres de la base et adoptées par un processus démocratique de débat et de vote aux congrès nationaux. Les courts résumés suivants des problèmes critiques sont des ressources pour vos conversations avec les candidats.Pour des informations plus détaillées et des informations sur des sujets supplémentaires, veuillez consulter le reste de notre site Web.Le moyen le plus simple de le faire est de saisir votre mot-clé dans la "recherche". outil dans le coin supérieur droit de l'écran. Lire la suite

<strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanPrésentation de l'Union nationale des fermiers au Comité sénatorial de l'agriculture et des forêts</span<strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanÉtude sur les priorités d'accès au marché international concernant le secteur agricole et agroalimentaire canadien</span <strong<span class="nfu nfu-angle-double-right"</spanPrésentation du 2 juin 2015</spanversion PDF Lire la transcription officielle de la réunion du Comité du Sénat avec témoin de Terry Boehm L'Union nationale des fermiers (UNF) est une organisation nationale bénévole, non partisane et avec adhésion directe, Lire la suite

La NFU est convaincue que les relations internationales doivent être fondées sur le respect mutuel de l'ensemble de la société, que les échanges commerciaux peuvent se faire de manière équitable sans détruire les institutions culturelles et économiques que les gens ont construites, et que la démocratie signifie que les citoyens ont réellement leur mot à dire dans les choix économiques. qui affectent leurs vies. Nous demandons instamment au gouvernement fédéral d’élaborer une politique nationale de l’alimentation et de l’agriculture qui tienne compte de ces valeurs au lieu de s’efforcer de resserrer le contrôle de plus en plus strict des sociétés dans le cadre des ALE. Lire la suite

La NFU recommande que le commerce des produits agricoles soit traité séparément et exclu des accords commerciaux globaux tels que l'ALENA, le CETA et le PTP; les mécanismes préventifs et provisoires de protection de la propriété intellectuelle soient éliminés des accords de libre-échange et de la législation nationale; Le règlement des différends entre investisseurs et États soit éliminé des accords de libre-échange et que les tribunaux canadiens statuent de manière indépendante sur les différends; Toutes les lois et mesures commerciales dans le secteur agricole doivent être évaluées en fonction de leur incidence sur le revenu et la dette des agriculteurs canadiens et ne doivent être adoptées que lorsqu'elles ont un effet positif sur le revenu des agriculteurs, leur communauté et l'environnement; Les recettes ferroviaires excédentaires soient reversées aux agriculteurs; Le mandat de la CCG reste uniquement «dans l’intérêt des producteurs de grains»; La Commission canadienne du blé devrait être rétablie en tant qu'organisme de commercialisation dirigé par les agriculteurs pour le blé, le blé dur et l'orge des Prairies et géré de manière démocratique. La gestion de l'offre devrait être maintenue et protégée des agressions extérieures; et enfin, le système de réglementation des OGM du Canada devrait inclure la contribution des agriculteurs et l'évaluation des impacts sociaux, éthiques et du marché. Lire la suite

Télécharger la version PDF Préparé par le Syndicat national des agriculteurs, mars 2015</spanLe Syndicat national des cultivateurs exhorte les députés à voter contre le projet de loi C-48 parce qu'il:</spanempêche la Commission canadienne des grains de s'acquitter de sa tâche dans l'intérêt des producteurs de grains, permet au gouvernement de mettre fin au système de garantie des obligations qui le paye maintenant si une société céréalière agréée laisse par défaut une marge d'ingérence politique dans les nominations au Comité de normalisation, élément essentiel du système de classement du grain, nécessite du grain importé recevoir la meilleure note possible, le gouvernement canadien dispose de pouvoirs accrus lui permettant de Lire la suite

Retour au sommet