Agriculture & Bien Commun

Discours d'ouverture

La justice est notre seul salut : Leticia Ama Deawuo

Avant de rejoindre SeedChange en tant que directrice exécutive en 2021, Ama a passé quinze ans en tant que militante de premier plan pour la souveraineté alimentaire et la justice alimentaire, et quatre ans en tant que directrice exécutive de Black Creek Community Farm, où elle a travaillé pour une plus grande justice alimentaire avec la communauté torontoise de Jane. -Bouvreuil. Elle a joué un rôle déterminant dans la création de plusieurs initiatives à Toronto, notamment Jane Finch On The Move, Jane Finch Action Against Poverty, Jane Finch Political Conversation Café, Black Creek Food Justice Network et Mothers-In-Motion. Ama termine actuellement une maîtrise à l'Université York, examinant comment la décolonisation, l'agroécologie et l'expertise des femmes aînées dans les communautés agricoles à petite échelle peuvent soutenir les changements indispensables dans la façon dont nous pensons nos relations les unes avec les autres et avec les autres êtres vivants. (elle/elle, Ottawa)

 

Faits saillants du programme

Jeudi, 25 novembre

Présentation en panel : Envisager l’agriculture pour le bien commun

Séverine von Tscharner Fleming est une fermière, une activiste et organisatrice à Downeast, Maine. Elle est une fondatrice et membre du conseil du « Agrarian Trust » et directrice de « Greenhorns », une organisation populaire qui recrute, promouvoit et supporte la prochaine génération de fermiers aux États-Unis. Elle est également cofondatrice et secrétaire de « Farm Hack », une plateforme libre en ligne pour des outils et des technologies appropriés et abordables, ainsi que fondatrice de la « National Young Farmers Coalition ». Elle est membre du Conseil d’administration du « Schumacher Center for New Economics », de la « Eat Local Eastport Cooperative » et elle est sur le conseil consultatif du « Savanna Institute ». En plus de tout cela, elle exploite Smithereen Farm, une exploitation certifiée biologique de bleuets sauvages, d’algues et de vergers qui acceuille également des camps d’été, du camping et des ateliers éducatifs. Severine a étudié à Pomona College et à l’Université de la Californie, à Berkeley, où elle a reçu un Baccalauréat ès sciences en Conservation/Agroécologie.

Katherine Strand est candidate au doctorat à l’Université McGill, à la Faculté d’anthropologie. Sa recherche ethnographique et historique dans les communautés d’aridoculture a commencé dans les hautes plaines des États-Unis et qui s’étend maintenant aux Prairies du Canada. Son travail est concentré sur le développement historique de concepts en agriculture qui continue à façonner les pratiques agricoles, y compris la conservation des sols. Elle met l’accent sur leur adoption par les producteurs à l’échelle de la ferme. Son travail de dissertation, basé dans le Sud-Ouest de la Saskatchewan, explore la relation entre la communauté agricole et le « Swift Current Research and Development Centre » à partir du temps qu’il fut créé en 1920. Katherine a grandit sur une exploitation ovine et bovine dans la région Centre-sud du Wyoming, mais elle vit présentement et fait de l’agriculture avec son partenaire près de Fox Valley, SK. En plus de produire des céréales biologiques, ils élèvent également du bison pour ventes directes de viande aux consommateurs.   

Bryan Dale est professeur adjoint au Département de l’Environnement et de la Géographie à l’Université Bishop, située sur le territoire traditionnel et non cédé du peuple Abenaki, à Sherbrooke, au Québec. Il a complété une bourse postdoctorale auprès du « Culinaria Research Centre » à l’Université de Toronto, à Scarborough, et un doctorat en Géographie humaine à l’Université de Toronto. Sa recherche porte sur la souveraineté alimentaire et sur l’expansion potentielle de l’agriculture biologique dans le contexte canadien, qui inclut l’examen de différentes considérations politico-économiques et culturelles reliées à la transformation du système alimentaire. Bryan a été membre associé de l’UNF depuis plusieurs années ; durant ce temps-là, il a été engagé avec le Local 305 (Toronto-York-Peel) et différents comités. Il est également un membre non-agriculteur de l’Union Paysanne, l’autre organisation membre du Canada qui appartient à La Vía Campesina.  

Venqdredi, 26 novembre

Atelier : Comment avancer le bien commun par l’action démocratique

Kévin Shimin est un organisateur syndical avec TUAC Canada depuis 20 ans. Avant son activité d’organisateur, Kevin a complété une MA sur le Travail & la Société en mettant l’accent sur les stratégies pour syndiquer les travailleurs agricoles migrants. À la fin des années 1990, il vivait au Sri Lanka où il travaillait avec des organismes clandestins sur les droits de l’homme lors de la guerre là-bas. De nos jours, Kevin continue à être actif dans les groupes de paix et de droits de l’homme à l’échelle mondiale.

Nohora Castaneda est une championne des droits de la personne dans son rôle comme représentante nationale pour les Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce Canada (TUAC Canada). En tant que représentante nationale, Nohora aide les travailleurs à obtenir une représentation syndicale, elle anime des ateliers et elle participe activement aux programmes d’engagement communautaire. En tant que militante syndicale, elle est complètement engagée à faire avancer les enjeux reliés à l’équité des sexes, à la sécurité alimentaire, aux alliances, à l’intersectionalité, à la vérité et à la réconciliation, à mettre fin à la discrimination au travail.

Présentation du panel : L’UNF travaille pour le bien commun

David Gehl a grandit avec ses frères sur une ferme céréalière dans le Sud de la Saskatchewan, qui était la propriété initiale de ses grand-parents. David continue la tradition de sa famille de s’impliquer dans les mouvements progressifs pour l’intérêt des fermiers et des travailleurs. Il a étudié en agriculture à l’Université de la Saskatchewan, se spécialisant dans la gestion des grandes cultures et dans la phytosélection. Après l’université, il a travaillé pour Agriculture et Agroalimentaire Canada, y compris une période de travail de vingt-cinq ans en tant qu’officier responsable et chef de l’Unité de multiplication des semences auprès de la Ferme de recherche à Indian Head, où il était responsable de la production et de la distribution de semences de base pour les variétés de céréales, de légumineuses, d’oléagineuses et fourragères développées par les obtenteurs d’AAC. Il a également conseillé la « Saskatchewan Seed Growers Association », représenté AAC sur le « Saskatchewan Advisory Committee on Grain Crops », et il a participé dans une variété de comités de recommandation de l’enregistrement. Depuis sa retraite, il est demeuré actif dans la communauté et il demeure à Indian Head avec son épouse Roberta, une enseignante.

Tim Dowling cogère 80 têtes de bovins de boucherie nourris à l'herbe du vêlage à la finition sur l'île Howe, en Ontario. Il se concentre sur le pâturage en rotation géré pour améliorer la vie du sol et la productivité animale. Il est président du Comité national de l'élevage de la NFU et membre du groupe de travail sur les abattoirs de la région 3 (Ontario).


Brooke Hayes est étudiante en doctorat à l’Université de Victoria et elle est présidente du Groupe de travail sur la santé mentale de l’UNF où elle contribue vingt ans d’expérience de travail à la fonction publique de la C.-B. dans une variété de ministères uniques. Le rôle le plus récent de Brooke fut comme Directrice exécutive au Ministère de l’Agriculture où elle dirige une équipe qui aborde les changements climatiques, le marketing, la planification de l’utilisation des terres, l’innovation, ainsi que les programmes sur la qualité des sols, de l’air et de l’eau, entre autres. Les impacts des changements climatiques sur les fermes et les fermiers ont suscité une curiosité profonde et passionnée pour l’agriculture qui a inspiré un retour à l’école, là où Brooke étudie activement les relations entre les sols sains et les exploitations agricoles saines en C.-B. et au-delà.

Musique sociale


Scott Palmater a commencé à jouer à l'âge de 14 ans et depuis lors, il a passé des décennies à jouer de la musique live à la guitare, à la batterie et au chant. Il a ouvert pour Lawrence Gowan et April Wine. Sa musique est un mélange éclectique de mélodies reconnaissables des années 70, 80, 90 et au-delà qui ne manquera pas de vous faire taper du pied et l'envie de chanter en même temps se fera sentir. Né et élevé au Nouveau-Brunswick avec des racines fermement ancrées dans les Malécites et les communautés Mikmaq, vivant maintenant à Kingston, en Ontario, la voix douce de Scott peut être entendue, chantant tout, de The Tragically Hip à Tom Jones dans une province ou une autre!

Venez, apportez un verre, profitez de la musique de Scott et rendez visite à vos amis NFU !

 

Samedi, 27 novembre :

Présentation en panel : Avancer le bien commun au Québec en en Afrique 

Thibeault Rehn est ingénieur en sciences des matériaux, titulaire d'un Master en économie de l'environnement. Militant écologiste, il a co-fondé et est aujourd'hui coordinateur de l'association Vigilance OGM. Il s'intéresse aux enjeux liés aux OGM et aux pesticides ainsi qu'à la mobilisation citoyenne, qu'il juge essentielle afin d'obtenir une société plus juste et écologique. Il a également travaillé plusieurs années chez Greenpeace Québec en tant que gestionnaire de bénévoles. 

Eric G. Chaurette est co-gérant chez Inter Pares. Eric travaille sur des questions liées à la justice économique, à la souveraineté alimentaire, à l'accaparement des terres et à l'agroécologie et soutient des programmes en Asie, en Afrique et au Canada. Depuis 2005, date à laquelle il s'est joint à l'organisation, Eric s'est efforcé de renforcer les liens entre les mouvements sociaux pour un changement systémique. Eric a coordonné de multiples échanges d'agriculteur à agriculteur, des projets de recherche-action et dirigés par des agriculteurs sur l'accaparement des terres et l'impact des nouvelles technologies dans l'agriculture. Plus récemment, Eric a coordonné les efforts visant à renforcer l'agroécologie dirigée par les femmes en Afrique de l'Ouest afin de favoriser une plus grande égalité des sexes, ainsi que la sécurité et la résilience alimentaires.

Panel des fermiers : Cultiver le bien commun

Celeste Smith (elle) est Oneida, des Six Nations du territoire de Grand River. En tant que survivante de traumatisme intergénérationnel, la mission de sa vie est d’aider les femmes/les gens diversifiés sur le plan du genre à rebâtir leur connexion à la terre et à leurs modes de vies. Elle est gardienne des semences, une agronome traditionnelle et ancienne professeur de connaissances écologiques traditionnelles au Niagara College, ancrée dans les traditions agricoles de sa famille, dans sa propre expérience de jardinage et sa participation continue dans les cérémonies et le mentorat avec les guérisseurs traditionnels et les détenteurs de connaissances agricoles. Elle travaille sur la souveraineté alimentaire autochtone, sur la justice terrienne et les droits fondamentaux des autochtones par l’entremise de « Cultural Seeds » (culturalseeds.com), de Ga Gitigemi Gamik (wewillplantlodge.com), du « Peel Food Action Council » et plusieurs conseils provinciaux et nationaux. L’expérience académique de Celeste au Niagara College, à Brock University et à Columbia University NYC a également contribué à ses interprétations en matière de droits autochtones, de politiques et de droits terriens.


Joël Mowchenko gère la ferme céréalière et bovine biologique de sa famille près de Mossbank, en Saskatchewan, dans le territoire du Traité 4. Il est passionné par les systèmes alimentaires locaux et a expérimenté divers moyens d'acheminer leurs produits de la ferme directement aux gens de la région, notamment en les vendant aux magasins, aux restaurants et aux marchés de producteurs locaux, allant même jusqu'à se lancer lui-même dans la restauration. Il s'est connecté pour la première fois au Treaty Land Sharing Network à l'automne 2019 et a depuis participé à plusieurs événements du réseau, enregistré sa ferme auprès du réseau et organisé une tournée des prairies indigènes en 2020

Marc Trealout est le gestionnaire de ferme et instructeur à la ferme Hayes à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, une ferme d'enseignement communautaire, établie en 2018, qui vise à favoriser une culture florissante et résiliente des producteurs, des mangeurs et des partisans locaux. Leur modèle d'agriculture régénérative à l'échelle humaine fait progresser la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire, la responsabilité environnementale et la prospérité de la communauté locale en intégrant la sagesse et les méthodes alimentaires autochtones, les principes de l'apprentissage basé sur la terre et des liens profondément ancrés avec la terre. La ferme Hayes propose des stages, des opportunités de bénévolat, des actions CSA à prix modique et aide les autres à reproduire leur modèle. Avant de se joindre à Hayes Farm, Mark exploitait une ferme biologique mixte à Woodville en Ontario, Grassroot Organics, et une entreprise de distribution alimentaire, Kawartha Ecological Growers, où il a réuni plusieurs petites fermes familiales pour fournir des produits agricoles locaux de saison, toute l'année, aux restaurants. , membres de l'ASC, magasins de détail et marché de producteurs dans et autour de la région de Toronto.


Table de livres virtuelle ! Achetez vos livres chez le libraire indépendant de Saskatoon Renverser le courant! Ils se présentent normalement à nos congrès de Saskatoon. Cette année, ils ont organisé une sélection spéciale pour nous à leur librairie en ligne. Utilisez le code promotionnel NFU2021 à la caisse pour obtenir 50% de réduction sur les commandes de plus de 50 $ ou la livraison gratuite sur les commandes de plus de 75 $.

Commanditaires du congrès :

 

 

 

 

 

 

Retour au sommet